Un affichage massif dans toute la France dénonce la responsabilité de TotalEnergies dans les sécheresses



Ce 1er septembre à Dijon, comme dans plus de 50 villes de France, des activistes des Amis de la Terre Côte-d’Or et de Greenpeace Dijon ont mené une campagne d’affichage ciblant la responsabilité de TotalEnergies dans les épisodes de sécheresse que connaissent la France et de nombreux autres pays à travers le monde depuis plusieurs années.

“Ils n’ont plus d’eau ? Qu’ils boivent du pétrole !”, “Bénéfices : 36,1 milliards de $ ; à nous l’argent, à vous la souffrance”, “FatalEnergies” : ce sont les messages que l’on pouvait trouver dans de nombreuses villes, accompagnés du portrait de Patrick Pouyanné costumé en aristocrate de l’Ancien Régime.

Par cette action, les activistes des Amis de la Terre Côte-d’Or et de Greenpeace Dijon dénoncent la responsabilité historique et actuelle de TotalEnergies dans le dérèglement climatique mondial, lui-même responsable de l’intensification des sécheresses qui sévissent actuellement, notamment en France.

Nous souhaitons faire connaître les responsabilités de cette entreprise auprès du grand public, et ça passe mieux avec un brin d’humour noir. Mais le constat reste effrayant : alors que nous avons vécu le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré, TotalEnergies se lance dans de nouveaux projets pétroliers comme l’oléoduc EACOP, et son PDG reçoit la légion d’honneur !
Le dérèglement climatique n’est pas un horizon lointain. Il fait déjà partie de notre quotidien, et impacte particulièrement les populations les plus précaires. Dans le monde, des records de température ont été battus dans d’innombrables endroits cet été, comme en Chine, en Italie, aux Etats-Unis ou même dans les océans. Parce que chaque dixième de degré compte, les activistes exigent l’arrêt de tous les
projets d’exploration d’énergies fossiles et demandent que TotalEnergies paye pour les dommages causés au climat, aux écosystèmes et aux populations.

Cette action fait écho à la fresque géante réalisée cette semaine par ANV-COP21 [1] dans le lit asséché de l’Agly, à proximité de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales, à la plainte contre TotalEnergies pour son projet Tilenga/EACOP [2] et au partenariat inacceptable et toxique de TotalEnergies avec la coupe du monde rugby [3].

JPEG - 292.3 ko
JPEG - 394.7 ko
JPEG - 465.4 ko
JPEG - 461.4 ko
JPEG - 129.7 ko
JPEG - 382.2 ko
JPEG - 129.7 ko
JPEG - 201.6 ko
JPEG - 168.7 ko
JPEG - 208 ko
JPEG - 178.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Énergies fossiles

Articles de la même thématique : Eau

Victoire contre Lafarge à Saint-Colomban (44) !

Lafarge vient d’annoncer l’abandon de son projet d’extension de carrière de sable sur 37ha à Saint-Colomban. Les paysan·nes du territoire, les collectifs locaux et les Soulèvements de la Terre luttent depuis plusieurs années pour protéger ce bocage déjà dévoré par les carrières de sable existantes et le maraîchage industriel !

L’activisme écologiste, nouveau terrain d’expérimentation de la Technopolice

Plusieurs affaires récentes ont mis en lumière la surveillance particulièrement intensive subie par les militantes écologistes. Outre l’arsenal administratif et répressif déployé par l’État pour les punir, c’est la nature des moyens utilisés qui interpelle : drones, reconnaissance faciale, marqueurs codés… Le ministère de l’Intérieur expérimente et perfectionne sur les activistes écologiques ses outils technopoliciers.