Un membre du collectif Désarmons-les interpellé pour « port d’armes » à Paris



Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre du collectif « désarmons-les » a été interpellé à sa sortie du train.

  • Du 29 au 31 mars 2019, bloquons l ?usine Alsetex et toutes les usines d ?armement des forces de l ?ordre !

    Deve-se ter muito cuidado ao redigir uma carta, pois será lida por varias pessoas.

    My website site

  • Ian B. libéré avec un rappel à la loi !

    « Désarmons-les ! » a annoncé ce mardi la libération de Ian B., assortie d’un rappel à la loi.

    « Incroyable mais vrai, Ian vient d’être libéré avec un rappel à la loi, on attend les détails pour donner de plus amples informations sur cette nouvelle péripétie sécuritaire en macronie … »

    En attendant plus d’infos, nous vous renvoyons vers cet article sur le traitement médiatique effarant de cette affaire :
    https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/les-chiens-de-garde-et-le-pilori/

« Ce lundi 25 mars en fin d’après-midi, alors qu’il rentrait d’une conférence qu’il dispensait sur le maintien de l’ordre, Ian B, membre de notre collectif a été interpellé à sa sortie du train.

Il a été placé en garde à vue pour port d’arme prohibée, en l’occurence des munitions vides qui illustraient son exposé et qu’il transportait sur lui.

Il est actuellement détenu dans les locaux du commissariat du 7e arrondissement.

On ne peut s’empêcher de lier cet évènement au travail de fond, de recensement et d’accompagnement des blessé.e.s, qu’accomplit notre collectif depuis plusieurs semaines afin de visibiliser les violences policières inédites que subissent les Gilets Jaunes.

Nous dénonçons cette interpellation aux allures d’enlèvement, qui s’apparente aux agissements d’une police politique, dont les intimidations vont croissantes à l’encontre des acteurs de la contestation sociale. Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Ian et la restitution de l’intégralité de son matériel de conférence !

Le Collectif Desarmons-les »

Voir l’article sur le site du collectif contre les violences policières Désarmons-les !

Si vous êtes à Paris dans la soirée, un rassemblement de soutien aura lieu à 18h ce mardi soir, devant le commissariat du 7e arrondissement où Ian B. est actuellement détenu :
https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/appel-a-rassemblement-ce-soir-18h-devant-le-commissariat-du-7e-arrondissement/


P.-S.

Pour en savoir pluis sur le collectif Désarmons-les !, vous pouvez consulter leur site internet, et leur texte d’intention


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Armements de la police

Toque en toc

Miam-miam glou glou et €€€€ ouvre ses portes vendredi 6 mai !

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.