« Une nouvelle fois nous avons eu à subir les procédés inadmissibles de vos services » : Lettre ouverte de l’intersyndicale de Côte d’Or au Préfet

Suite aux incidents provoqués par les policiers en fin de manifestation vendredi dernier, les quatre organisations de l’intersyndicale de Côte d’Or ont rédigé une lettre ouverte au Préfet. Elles dénoncent notamment l’intervention des forces de l’ordre contre la fin de la manifestation, et annoncent qu’en conséquence elles ne négocieront plus les parcours de leurs manifestations avec la Préfecture.

Les organisations syndicales CGT FO FSU et Solidaires de Cote d’Or

A monsieur le Préfet de la région Bourgogne Franche Comté
et de Cote d’Or
53, rue de la Préfecture
21000 DIJON
Dijon le 28 janvier 2020
LETTRE OUVERTE

Objet : incidents lors de la manifestation du 24 janvier à Dijon opposée au projet de réforme des retraites

Monsieur le Préfet
Une nouvelle fois nous avons eu à subir les procédés inadmissibles de vos services en fin de manifestation ce vendredi 24 janvier.
Tout d’abord alors que la manifestation se déroulait sans aucun incident, nous avons eu à déplorer que des véhicules particuliers aient pu accéder au cortège de la manifestation, pouvant mettre en danger l’intégrité physique des manifestant-es.
De même, alors qu’un des véhicules des organisations syndicales était toujours positionné sur la place Wilson, vos services ont procédé à des tirs de gaz lacrymogène dès 16h45 malgré l’intervention de responsables syndicaux les informant que la manifestation n’était pas terminée. Il y a donc eu intention manifeste de provoquer l’incident voire de faire cesser au plus vite l’expression légitime de la contestation démocratique. Ces tirs de gaz ont par ailleurs atteint un véhicule de pompiers qui circulait sur la place et d’autres véhicules en stationnement. Plus grave des enfants étaient présents alors qu’ils sortaient de l’école. Cela démontre bien le peu de maitrise et de discernement manifesté par les forces de l’ordre. Une nouvelle fois ce déploiement violent de forces n’a pas aidé à donner un cadre serein à la fin de cette manifestation au grand dam des organisations syndicales, ce fut même tout l’inverse.
Aussi succédant aux épisodes antérieurs comme le 5 décembre dernier, nous nous interrogeons sur le sens de nos déclarations de manifestation en préfecture. En effet, nous nous sommes régulièrement pliés aux exigences de vos services de sécurité qui ont à de nombreuses reprises modifié nos parcours. Etant donné le traitement subi par les manifestant-es le 24 janvier s’apparentant à celui infligé à une manifestation non déclarée, nous nous demandons vraiment s’il est encore utile de vous les déclarer !
Aussi, nous exigeons de vraies explications et surtout que les actions constatées inopportunes de vos services le 24 janvier fassent l’objet des mises au point nécessaires. Et si nous continuerons à déclarer nos parcours, parcours dont nos organisations mesurent en pleine responsabilité la sensibilité au vu de la conflictualité sociale dont est responsable ce gouvernement, ce sera à la condition qu’ils ne soient plus déviés. Il est de notre devoir d’exiger en démocratie de pouvoir nous exprimer et manifester face aux interlocuteurs qui portent la responsabilité des contre réformes qui portent atteinte à l’intérêt général. C’est donc à eux et par conséquent à vous en tant que leur représentant dans ce département d’en mesurer les conséquences et donc garantir l’expression sereine et démocratique de leur opposition.

L’intersyndicale CGT FO FSU Solidaires de Cote d’Or
Manif du 24 janvier : photos et mise au point sur les violences policières en fin de journée

Retour sur la manifestation du vendredi 24 janvier. Manifestation réussie puisqu’elle a réuni 3000 personnes dans un cortège dynamique, mais aussi marquée par un déchaînement des forces de l’ordre, qui ont attaqué les manifestants au moment de la dispersion.

28 janvier
PDF - 112.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Course à la 5g, d’autres formes de lutte prennent le relais

Ce jeudi 9 juillet deux hommes seront jugés par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, accusés d’avoir incendié le 15 avril dernier un relais téléphonique à Foncine-le-Haut dans le Jura.

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.

Après le café serré, l’a(u)ddition

Récit de la journée de mobilisation du 12 mars 2020 à Chalon, contre la retraite par points, Macron, et son monde.