Dijon : plusieurs centaines de personnes ont demandé justice pour Steve

Ce vendredi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Dijon pour rendre hommage à Steve Maia Caniço, mort le 21 juin dernier suite à une attaque de la police contre une soirée techno.

Gestes d’hommages et dénonciations des violences policières se sont succédés pendant cette marche blanche, qui a arpenté les rues du centre-ville de Dijon pendant la soirée de vendredi.

L’appel à cette manifestation circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Elle faisait suite à l’annonce en début de semaine de la découverte du corps de Steve Maia Caniço, un jeune homme de 24 ans mort après avoir chuté dans la Loire pendant l’attaque par la police d’une soirée techno le soir de la fête de la musique. En tout 14 personnes étaient tombées dans la Loire pendant cette « intervention musclée » à coup de grenades de désencerclement et de chiens d’attaque.

Des rassemblements similaires ont eu lieu ce week-end partout en France (Nantes, Paris, Toulouse, Saint-Étienne, Marseille, Lille, Caen, Limoges, Laval, Montpellier, Avignon, Dole, Besançon...).
À Nantes, ville d’origine de Steve, la journée s’est déroulée en deux temps avec un moment d’hommage sur les lieux du drame le matin, et une manifestation en ville l’après-midi qui a réunit plus de 5000 personnes et a donné lieux à des échauffourrées entre la police et les manifestants.

JPEG - 626.8 ko
JPEG - 647 ko
JPEG - 573.5 ko
JPEG - 605.6 ko
JPEG - 607.8 ko
JPEG - 393.6 ko
JPEG - 593.2 ko
JPEG - 696.7 ko
JPEG - 514 ko
JPEG - 652.7 ko
JPEG - 513.1 ko
JPEG - 708.4 ko
JPEG - 712.1 ko
JPEG - 488.7 ko
JPEG - 501 ko
JPEG - 581.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Articles de la même thématique : Crimes policiers

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.