Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

De l’eau, pas des puces !



Contre l’accaparement des ressources par les industries de l’électronique et la « vie connectée », week-end de lutte à Grenoble et Crolles les 5,6 et 7 avril 2024.

  • Le programme et les infos pratiques sont arrivés !

    PROGRAMME ACTUEL

    Vendredi 5 Avril : Conférences à Grenoble (14h-23h Salle rouge & La Capsule)

    • OBSARM - « Grenoble et l’industrie de l’armement »
    • Quadrature du Net
    • « Détricotage des liens entre ST et le CEA »
      Repas
    • François Jarrige & STopMicro - « L’accaparement de l’eau aux sources du capitalisme industriel »

    Samedi 6 avril : Repas et Manifestation à Grenoble (12h - Parc Paul Mistral)

    • Grande manifestation contre les industries de l’électronique, leurs nuisances et leur projet politique de « vie connectée ». Venez avec vos enfants, vos slogans et vos déguisements de poisson. Dress code : vêtements bleus.

    Dimanche 7 avril : Rassemblement et débat à Crolles (12h-16h30 - Parc Jean-Claude Paturel)
    Repas

    • « Visite guidée du Mordor » (Office de Promotion de l’Avenir )
    • Discussion « Quel avenir pour le Grésivaudan ? » (Grignon, Luttes Paysannes du Grésivaudan, GRENE, Coverso, Domène 2050, Le Rif, sous réserve).
    • Table ronde « Le numérique à l’assaut de l’agriculture » (Atelier Paysan, Faucheurs volontaires, Confédération Paysanne Isère, Nature et Progrès Isère/Savoie)
    • Atelier et contes pour les enfants
    • Remise des prix des Grenoble Greenwashing Trophies 2024
    • Discours & (petit) concert de clôture

    INFO PRATIQUE :

    Vous ne venez pas de Grenoble et vous ne savez pas où dormir ? Vous voulez inviter plein d’ami-es mais vous n’avez pas suffisamment de lits pour elles et eux ?
    Le mieux, c’est déjà de solliciter au maximum vos propres réseaux, ami-es d’ami-es, famille, etc. pour trouver un endroit où dormir. Et sinon, on met en place un dispositif d’hébergements solidaires en comptant sur l’entraide locale. Pour celles et ceux qui cherchent un endroit où dormir, un formulaire est disponible sur notre site.
    Et pour celles et ceux qui ont envie de filer un coup de main en hébergeant, idem, contactez-nous via le formulaire sur notre site (et faites tourner un maaaax dans vos réseaux, à vos potes qui ont de grandes colocs, etc.).
    Des cantines collectives se chargent des repas du vendredi soir, du samedi midi et du dimanche midi.

    UN COUP DE MAIN ?

    Vous pouvez nous aider à contribuer au succès de ce week-end : hébergement, circulation de l’info, financement…
    Nous en saurons plus bientôt. En attendant, n’hésitez pas à faire circuler l’info, à nous demander des tracts ou des affiches ou à en imprimer de votre côté. Si vous vous occupez d’une cantine, d’un groupe de musique ou autre, contactez-nous ! Quoi qu’il en soit revenez voir ici dans quelques temps, nous vous en dirons plus.

    Ah : et buvez de l’eau !

Le 1er avril 2023, nous étions mille à manifester à Crolles contre l’accaparement des ressources par les industriels de l’électronique et l’agrandissement du géant STMicroelectronics, qui produit des puces électroniques. Aujourd’hui c’est sa voisine Soitec qui veut s’agrandir, pour fabriquer des semi-conducteurs pour batteries de voitures électriques.
Accaparement de l’eau à l’heure des sécheresses à répétition, rejet de produits chimiques, consommation électrique délirante, le tout pour la production d’objets connectés et pour l’armement : ces projets d’agrandissements d’usines promettent un désastre environnemental.

JPEG - 183.1 ko

Une consommation d’eau potable délirante

Le secteur de la microélectronique est très gourmand en eau : il faut 1700 litres pour rincer une seule plaquette de silicium. L’été, quand les particuliers n’ont plus le droit d’arroser leur potager, ST et Soitec continuent d’engloutir l’eau potable du réseau. Leur consommation, en constante augmentation, va encore monter avec les extensions : après son agrandissement, ST prévoit de consommer 21 500 m³ d’eau potable par jour, soit 249 litres par seconde, une augmentation de 190 % par rapport à 2021 (chiffres MRAE).

Le numérique pollue nos rivières

Les « 60% de recyclage » annoncés par l’industriel ne diminuent pas sa consommation d’eau, car il n’y a pas de recyclage chez STMicroelectronics, juste une « réutilisation » de l’eau qui sert à la climatisation des salles (25% de sa consommation). Pour les 75% restants, l’eau potable en entrée ressort chargée des produits hautement toxiques que l’usine utilise à hauteur de 20 000 tonnes par an : ammoniac, chlore, hexafluorure, phosphore, azote, cuivre… L’eau qu’elle souille est retraitée par sa station de traitement puis rejetée dans l’Isère. Par exemple, pour l’azote, ST est autorisé à déverser l’équivalent d’une ville de 53 000 habitants qui ne traiterait pas ses rejets. ST et Soitec doivent cesser de polluer l’Isère !

Démocratie : le compte n’y est pas

Ces agrandissements d’usines se font dans un véritable déni de démocratie. L’enquête publique pour l’exploitation du site de Crolles a eu lieu alors que les travaux de la première tranche étaient presque achevés. Les gendarmes ont relevé les plaques des voitures de tous les participant-es à la deuxième réunion de l’enquête publique. Cette situation témoigne de la façon dont fonctionnent nos sociétés industrielles : plus la technologie est complexe, moins les populations ont de pouvoir sur leurs vies.

L’électronique au service de l’armée

Les semi-conducteurs de ST équipent les drones kamikazes KUB-BLA de l’armée russe, et ST est un acteur majeur en semi-conducteurs de la défense. C’est vrai aussi de Soitec, qui participe de longue date à l’industrie de l’armement. La technologie SOI a été créée par le CEA pour disposer de composants adaptés au nucléaire militaire. Championnes de la « death.augmented », ST et Soitec sont complices des guerres et de la menace nucléaire. Leurs activités reposent sur la mort et la destruction : elles sont immorales.

Une fabrique de gadgets

Les puces fabriquées dans le Grésivaudan sont utilisées dans des machines à gazon automatiques, dans des bouteilles d’eau connectées, par le réseau de satellites Starlink d’Elon Musk ou dans les smartphones (Google Pixel 7 par exemple). Les batteries des voitures électriques sont également très demandeuses en semi-conducteurs. Mais avons-nous vraiment besoin de tout cela ? Pour notre part, nous refusons le monde connecté, l’« internet des objets » et la « life.augmented » Nous voulons une société avec plus d’humain et moins de numérique, une société où l’on ne soit obligé d’utiliser des outils extrêmement perfectionnés pour chaque acte du quotidien.

Des subventions publiques pour des profits privés

Entreprise « franco-italienne », STMicroelectronics a son siège en Suisse et paye ses impôts aux Pays-Bas, le 4e paradis fiscal au monde. C’est néanmoins l’État français qui finance l’agrandissement à hauteur de 2,9 milliards d’euros (soit 2,9 millions d’euros par emploi créé). Ce budget est provisionné dans le volet semi-conducteurs de France 2030 (5,5 milliards d’euros), lui-même inclus dans le European Chips Act, un plan européen qui veut augmenter drastiquement la production de puces en Europe.

La « souveraineté industrielle » est un mensonge

Les nouvelles usines de ST et Soitec auraient soi-disant pour but de rendre l’Europe « souveraine » en puces électroniques. En réalité, comme on consomme de plus en plus de puces (+15 % par an), les usines du Grésivaudan ne vont pas remplacer des usines en Asie mais s’y ajouter. Et de quelle souveraineté parle-t-on quand on sait que 95% de la production mondiale des métaux rares utilisés pour la fabrication des puces vient de Chine ? La meilleure façon de ne pas dépendre des usines asiatiques est d’utiliser moins d’électronique. Cela passe par reconquérir notre autonomie face au mode de vie industriel et connecté qu’on nous impose, face au pouvoir des multinationales.

Le numérique est anti-écologique

On entend souvent que le numérique participerait à se passer de pétrole et à « construire un monde bas-carbone ». En réalité, on n’a jamais autant consommé de pétrole qu’aujourd’hui : le numérique accélère la consommation d’énergies fossiles. On nous fait croire que le numérique « dématérialise » les activités, mais chaque objet connecté dépend en fait d’une immense infrastructure technologique. La numérisation a un impact concret sur les milieux (mines, consommation électrique, décharges, pollution des rivières…). L’augmentation de la production de puces constitue un renforcement des logiques de destruction planétaire.

Nous n’avons pas besoin du monde connecté

Les puces électroniques sont-elles indispensables à la vie en société ? À la différence de l’eau qui, elle, est un besoin, les semi-conducteurs ne relèvent ni de la nécessité ni de la fatalité, mais d’un choix politique : celui du mode de vie connecté. En quelques dizaines d’années, nous semblons avoir oublié que d’autres manières de se rapporter au monde sont possibles, et sans doute plus désirables que le mode de vie du tout-écran, de la connexion permanente et de la surconsommation de ressources (eau, électricité, métaux rares).

La course à l’innovation : une aberration historique

Le projet de faire du Grésivaudan un pôle de la microélectronique ne répond pas à des enjeux locaux, mais à des choix géopolitiques, économiques et militaires : Taïwan est le leader mondial des puces, l’Europe doit lui courir derrière, financer le CEA et ses start-up, exploiter plus encore les pays du Sud. L’impératif de la compétitivité nous jette dans une course mondiale à l’innovation mortifère pour l’environnement, les animaux et la planète. À l’heure du dérèglement climatique et d’une extinction de masse des espèces, nous prônons la désertion de cette course qui nous fait perpétuer le désastre écologique et humain. Sortons de la course mondiale à l’innovation et finissons-en avec la recherche du profit à tout prix !

Empêchons les agrandissements de ST et Soitec
5, 6 & 7 avril 2024 à Grenoble et dans le Grésivaudan
Manifestation conférences & actions
No puçaran !

Collectif STopMicro
stopmicro@riseup.net
https://stopmicro38.noblogs.org
Rejoignez-nous !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Articles de la même thématique : Gestion des ressources

Greenwashing de la centrale biomasse de Dijon

A Dijon, 4e ville la plus verte de France, les réseaux de chaleur biomasse « bas carbone » sont censés décarboner la chaleur, avec par exemple la centrale biomasse de Dalkia , la chaufferie des Péjoces. Cependant, de très nombreux éléments scientifiques démontrent que cette neutralité carbone du bois énergie est erronée et que la combustion du bois accélère de façon massive le changement climatique, contrairement au stock de carbone dans les forêts, dans le bois matériau et dans le biochar qui améliore les sols agricoles. Il est donc urgent de s’attaquer au greenwashing des réseaux de chaleur biomasse de Dijon.