Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

#62 Ça craque



Où il est question de l’enchainement des délires capitalistes, du grand craquage général et de la grève à venir.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #62 Ça craque
Mardi 27 septembre 2022
Chronique pour Radio Campus Dijon

Pour aller plus loin :

Texte de la chronique

Jeudi c’est une journée de grève annoncée depuis un mois. On sait pas trop ce que ça va donner, mais ce qui est sur c’est que ça va pas faire de mal de se retrouver dans la rue, après cette été catastrophique, l’économie qui nous tiraille et les néo fascistes, post-fascistes ou fascistes tout court (les médias pinaillent sur les termes) qui arrivent au pouvoir en Italie.
La manif de jeudi, c’est pour les salaires, les minimas sociaux et les retraites. On se retrouve à 14h place de la Libération.

Sinon cette semaine, c’est aussi possible d’aller à la présentation de Woman Journal, une revue féministe qui vient questionner les notions de genre et d’inclusivité. C’est aux Tanneries à 18h mercredi 29. Jeudi à 17h, il y aura le marché des Lentillères. Et pour finir la semaine, il y a un repas de soutien de la CNT au Café le Chez Nous dimanche à 12h, et qui sera suivi d’une aprem de jeux.

Et pour ce qui est de cette chronique, on a eu envie de vous lire l’édito des Tanneries.


Un jour Macron il s’est reveillé, c’était le confinement et là il a fait un genre de discours chelou « éboueur infirmière je vous kiffe vous etes des héros blablablou ». Aprés ba les livreuses les caissières ambulanciers ont pas vraiment vu l’avantage d’etre des héros de la nation.

Les premières lignes sont restées dans des conditions de travail de merde pendant que les premiers de cordées se faisaient plaiz avec leur cuisine exotique livrée à domicile.

Alors voilà maintenant, ça craque. plus personne veut travailler, ’parait que c’est la grande désertion. Les gens quittent leurs emplois, c’est bon on a donné. C’est stylé, « grande désertion » on dirait un nom de western, ou de période historique : au moment où le rideau est tombé, où tout le monde s’est levé pour se casser. On dirait le nom de ce moment où on abandonnerait le système tout pourri puis on irait traîner ici et là pour voir ailleurs si on y est.

Pendant ce temp, à Versailles a l’Elysée ou tout autre batiment obsolète, c’est la panique. Le pôle emploi-bientot France travail invente le Pack remobilisation. L’Etat s’est engagé auprès des grands patrons à leur fournir un « vivier » de chômeur.ses. Alors hop tout le monde rédige des CV et réflechit à son avenir-travail-dans-l’industrie et sa mobilité-tu-dois-être-prêt-à-tout puis hop tu dois te challenger en acceptant un bullshit-job sous payé. C’est un peu contre-intuitif, comme challenge, t’as plutôt l’impression d’une régression, mais de toute façon, t’as pas le temps de capter, tu es déjà radié.

Voila le double mouv : quand les salarié·es quittent leur boulot parce qu’il a plus de sens, on tape sur les précaires comme dans une armée de réserve. Double rendement : soit on donne de la main d’oeuvre au MEDEF, soit on radie les réfractaires et ça fait baisser les chiffres du chômage.

Ça craque de partout. guerreincendieguerre, flambée sur le gaz et l’elec. panique fait trop chaud il tombe de la grêle. ya plus de saisons, on dirait bien que y a une erreur systême.

Allo allo on a des problêmes ! Parait que c’est le moment de voir le soleil se lever sur un feu de poubelle. de se retrouver sur des rond points pour y faire des cabanes. Parait que c’est le moment où on pourait faire grève. grève de son taf, grève de ce monde.

Après un été caniculaire on rêve ici d’un automne chaud bouillant.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Précarités

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?

Inégalité de traitement et autres violations du droit : Ethicofil, une éthique en toc

Inégalité de traitement, absence de réunions obligatoires du CSE, pressions, menaces, absence de suivi CDDI, irrespect de procédure, congés payés imposés aux salarié(e)s en violation des textes en vigueur, invention du concept de volontariat-collectif…
Cet inventaire à la Prévert, quoique non exhaustif, n’est pas tiré de l’œuvre nauséabonde d’un grand patron d’extrême droite comme on pourrait le penser, mais de celle du président d’Ethicofil, association dont le CA est majoritairement composé de « militants » de la CFE-CGE – et dont le président, lui-même conseiller prud’homme CFE-CGC – semble s’asseoir, chaque jour un peu plus, sur le code du travail.

Articles de la même thématique : Droits sociaux

Notation des allocataires : l’indécence des pratiques de la CAF désormais indéniable

Après plus d’un an de mobilisation contre les pratiques de notation des allocataires de la CAF au côté des collectifs Stop Contrôles et Changer de Cap [1], et après avoir détaillé le fonctionnement de l’algorithme de la CAF et son cadre politique, nous publions aujourd’hui le code source de cet algorithme de notation. Nous vous invitons aussi à consulter ici notre page de présentation sur l’utilisation d’algorithmes similaires au sein d’autres administrations.

La chasse aux précaires est ouverte !

A l’heure où le gouvernement souhaite imposer 15 heures « d’activités » obligatoires par semaine aux bénéficiaires du RSA, témoignage d’une mère célibataire qui subit le harcèlement des contrôleur.ses de la CAF et de Pôle Emploi. Edifiant.