Transparence des cultures OGM : les Faucheurs Volontaires appellent à un rassemblement devant la DRAAF

Alors que la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) vient de rendre obligatoire la déclaration en mairie des cultures d’OGM, les Faucheurs et Faucheuses Volontaires de Bourgogne appellent à un rassemblement contre le manque de transparence sur les cultures de Colzas et de Tournesols génétiquement modifiés.

Depuis 2015, sous l’impulsion du collectif des Faucheurs Volontaires d’OGM, plusieurs associations ont déposé un dossier au Conseil d’Etat pour dénoncer le manque de transparence sur les cultures de Colzas et de Tournesols OGM cultivés sur des milliers d’hectares en France. Le Conseil d’Etat a bouté en touche en demandant à la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) de prendre position.

Enfin, le 25 juillet 2018, la CJUE a légiféré. Les Etats européens se doivent d’appliquer le principe de précaution inscrit dans la loi sur l’environnement (art. 1) en ce qui concerne les Variétés mutées Rendues Tolérantes aux Herbicides (VrTH). De ce fait, ces organismes relèvent désormais du champ d’application de cette directive européenne et sont soumis aux obligations prévues par cette dernière : évaluation, déclaration en mairie, autorisation, traçabilité, étiquetage et surveillance.

Nous, Faucheurs Volontaires d’OGM, sommes régulièrement devant la justice pour notre désobéissance à la loi. Nous demandons donc aux institutions de tenir leurs obligations. En ce moment, des milliers d’hectares de Colza OGM sont semés en Côte d’Or et nous nous demandons quelles sont les mesures mises en place par l’Etat. Nous avons demandé à la DRAAF, service déconcentré de l’Etat, de nous rencontrer.

Monsieur le Directeur de la DRAAF Bourgogne-Franche Comté nous reçoit le Mercredi 26 septembre à 11H

Nous appelons donc tous les militants à venir nous rejoindre devant la DRAAF - 4 bis rue Hoche à DIJON (derrière la gare) vers 11H30

Nous demandons à ce que des mesures soient prises rapidement. Les publics doivent savoir que les champs servent de paillasse de laboratoire pour développer le brevetage du vivant et les plantes à pesticides.

Les Faucheurs et Faucheuses Volontaires maintiennent leur détermination et rappellent que réglementés ou non, ils ne laisseront pas d’OGM s’installer, ni dans les champs, ni dans les assiettes et poursuivront leurs actions d’éradication partout où la nécessité s’imposera dans les formes de la désobéissance civile non violente.

Le collectif des Faucheurs et Faucheuses de Bourgogne.


P.-S.