Agression islamophobe au Conseil Régional, appel à rassemblement


Doubs

Vendredi dernier, pendant la séance du conseil de Bourgogne/Franche-Comté, le président du groupe RN aperçoit dans le public une mère accompagnatrice portant un foulard et l’invective violemment, en établissant un lien entre cet accessoire vestimentaire et l’attentat récent à la préfecture de Paris. Appel à rassemblement pour dénonçer cette infamie.

Un collectif de citoyens lance un appel à rassemblement , mercredi 16 octobre à 17h00 devant le conseil régional au 4 square Castan à Besançon.

Ce vendredi 11 octobre, se tenait une séance du conseil régional de Bourgogne/Franche-Comté à Dijon. Plusieurs enfants d’une classe originaire de Belfort y assistaient, pour une découverte des institutions démocratiques, programmée dans leur parcours scolaire.
La suite est désormais connue : le président du groupe Rassemblement National aperçoit dans le public une mère accompagnatrice portant un foulard et l’invective violemment, en établissant un lien entre cet accessoire vestimentaire et l’attentat récent à la préfecture de Paris, traumatisant au passage son jeune garçon en larmes. L’élu exige même à grands cris son exclusion en menaçant de quitter l’assemblée, ce qu’il fait finalement. Une autre élue du même groupe d’extrême droite n’hésite pas à poursuivre et à harceler la mère d’élève jusque dans les couloirs du bâtiment, la situation nécessitant l’intervention d’un agent de sécurité.
Cette véritable agression, perpétrée dans l’enceinte même d’une institution de la République, est particulièrement grave. Elle s’inscrit clairement dans un climat général de stigmatisation récurrente, par des responsables politiques et des media, des citoyen.ne.s musulman.e.s de ce pays.
Elle suscite, à bon droit, une vague de réprobation nationale. Nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent dire leur dégout et leur indignation devant ces faits à un rassemblement, ce mercredi 16 octobre à 17h00, devant le conseil régional au 4 square Castan à Besançon.
Pour soutenir cette mère et son enfant ; pour refuser ce climat de haine ; pour rappeler que la laïcité est un principe fort qui doit cesser d’être instrumentalisé et dévoyé ; pour dire qu’il reste encore des forces prêtes à se dresser contre l’infamie.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rassemblement national

[Besançon] Steven Fasquelle, dernier des mohicans Lepéniste

Responsable des jeunes lepénistes et assistant parlementaire, Steven Fasquelle avait tout pour briller. Il ne lui manquait que la compagnie de ses ex-camarades du RN, presque tous partis chez Zemmour. Qu’à cela ne tienne, l’épopée militante s’est poursuivie à travers la Cocarde Étudiante. Pour le meilleur, et surtout le pire. Connivences néonazies, agressions politiques, symboles suprématistes... jusqu’où le cadre a t-il fermé les yeux sur ses compères ?

[Besançon] Itinéraire d’Etienne M., second mis en cause d’un vandalisme raciste

Deux individus seront prochainement renvoyés devant le tribunal de Besançon, après avoir reconnu leur participation au vandalisme raciste d’une statue de Victor Hugo le 21 novembre dernier. Sans surprise et malgré les réserves du parquet, les suspects s’avèrent être des membres notoires de l’extrême-droite locale. Focus sur Etienne M., double zélé de cette affaire comme du milieu.

Articles de la même thématique : Islamophobie

Une rentrée scolaire 2023 islamophobe

L’ennemi identifié par l’état lors de la rentrée scolaire 2023-2024 s’appelle « Abaya ». S’il est décrit par certains comme une stratégie de diversion du gouvernement, il est plutôt une continuité des politiques racistes et islamophobes entreprises par les gouvernements successifs , et, survient deux mois après l’assassinat de Nahel. Le corps des personnes perçues musulmanes, ici des adolescentes en particulier, est à nouveau sous contrôle.