[Auxerre] Des croix gammées taguées dans un hall d’immeuble


Yonne

Début janvier, les habitant·es d’un immeuble situé rue Philibert-Roux, à Auxerre, ont trouvé plusieurs crois gammées taguées au marqueur dans le hall de leur immeuble. Une plainte a été déposée. Le MRAP 89 a écrit une lettre ouverte au procureur :

Monsieur Le Procureur,
Notre association départementale du mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples soit MRAP 89, en lien avec le MRAP national, souhaite porter plainte dans l’affaire des tags nazis décris dans la presse. En effet ; il y est décrit « Une des croix gammées se trouvait sur le mur d’un garage et six autres, dans le hall et la cage d’escaliers de cette bâtisse du centre-ville. À côté de l’un des tags nazis, « MORT » a été écrit en lettres capitales. »
Il nous apparaît que de tels tags semblent notamment constitutifs du délit de provocation publique à la discrimination, à la haine, ou à la violence raciste ou religieuse, fait prévu et réprimé par l’article 24 alinéa 7 de la loi du 29 juillet 1881.
Notre association s’est récemment créée dans l’Yonne pour lutter contre toute forme de racisme, dans un climat particulièrement délétère. Il est évident que ce type de tags entre dans le champ de nos compétences associatives.
C’est pourquoi, nous souhaitons porter plainte et être informés de la suite de cette affaire. Nous pourrons être accompagnés par le MRAP national, en tant que partie civile, en cas de congrès.
Nous nous rapprochons de l’agence immobilière concernée et sommes disponibles pour toute forme d’interventions de soutien ou éducatives.
Nous vous remercions pour la diligence de votre réponse.
Agnès Cluzel
Présidente du comité 89 du MRAP

Photos via l’Yonne Républicaine.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Avant-guerre

Nous bavardions sous chloroforme
Sans prendre garde aux uniformes
Qui se massaient dans notre rue

Écofascismes - présentation discussion avec l’auteur

Antoine Dubiau viendra présenter son livre le jeudi 26 janvier à 19h à l’espace activité des Tanneries.
« Écofascistes ! » est parfois lancé comme une insulte pour discréditer les mouvements écologistes, qualifiés alors de « totalitarisme vert », l’auteur prend le parti d’analyser et théoriser ce à quoi le terme « écofascisme » peut concrètement et précisément faire référence. Pour cela il identifie un double mouvement qui relève à la fois de la fascisation de l’écologie et de l’écologisation du fascisme.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

[Besançon] Manifestation antifasciste vendredi 27 janvier

Le vendredi 27 janvier 2023 à 13h30 une manifestation a été appelée devant le TGI de Besançon, en marge du procès de deux militants d’extrême-droite qui avaient profané une statue de Victor Hugo le 20 novembre dernier.

[Besançon] Steven Fasquelle, dernier des mohicans Lepéniste

Responsable des jeunes lepénistes et assistant parlementaire, Steven Fasquelle avait tout pour briller. Il ne lui manquait que la compagnie de ses ex-camarades du RN, presque tous partis chez Zemmour. Qu’à cela ne tienne, l’épopée militante s’est poursuivie à travers la Cocarde Étudiante. Pour le meilleur, et surtout le pire. Connivences néonazies, agressions politiques, symboles suprématistes... jusqu’où le cadre a t-il fermé les yeux sur ses compères ?

[Besançon] Itinéraire d’Etienne M., second mis en cause d’un vandalisme raciste

Deux individus seront prochainement renvoyés devant le tribunal de Besançon, après avoir reconnu leur participation au vandalisme raciste d’une statue de Victor Hugo le 21 novembre dernier. Sans surprise et malgré les réserves du parquet, les suspects s’avèrent être des membres notoires de l’extrême-droite locale. Focus sur Etienne M., double zélé de cette affaire comme du milieu.