Baisse des capacités d’accueil à l’Université de Bourgogne : une fausse solution



« Nous appelons la direction de l’université à instaurer un rapport de force non pas avec ses composantes mais plutôt avec le ministère afin d’obtenir les moyens de garantir notre mission de service public de l’enseignement supérieur. »

Communiqué du Snesup Bourgogne

Lors de la conférence des directeurs et directrices de composantes du mois d’octobre, le Président Vincent Thomas a annoncé sa demande de baisse des capacités d’accueil dans certaines composantes pour la rentrée 2022.

Au niveau national, si la rentrée 2021 voit arriver 59 400 étudiantes et étudiants supplémentaires [1], pour 2022 le service du ministère projette une nouvelle augmentation de 17 100 supplémentaires. Doit-on se contenter de réduire l’accès aux formations du Supérieur pour la jeunesse alors qu’il manque l’équivalent de 2 à 3 universités pluridisciplinaires de taille moyenne sur le territoire national  ? La jeunesse ne mérite t-elle pas un vrai projet politique  ? La solution envisagée par la présidence de l’université de Bourgogne pour la rentrée 2022 pour pallier le sous-financement de l’Etat dans l’enseignement supérieur ne fait qu’augmenter la difficulté d’accès à l’enseignement supérieur et accentuer les inégalités.

Nous rappelons que l’insuffisance de capacités d’accueil est la conséquence directe du manque de moyens matériels et humains des établissements, qui procède de choix politiques de restrictions budgétaires pour les services publics depuis de nombreuses années. Au niveau national, la mobilisation des "Sans facs" prend de l’ampleur et témoigne de la difficulté à faire appliquer le droit d’étudier.

D’autres moyens existent pour établir un rapport de force avec les décideurs politiques, telle la mobilisation de la filière sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), en sous-encadrement chronique ces dernières années (très loin de la moyenne d’un enseignant pour 18-20 étudiants avec des pointes à 1 pour 40, 60 ou 100), qui a commencé l’année avec des actions des « STAPS oubliés  » partout en France et une rentrée décalée dans la plus grande UFR de France.

Nous appelons donc la direction de l’université à instaurer un rapport de force non pas avec ses composantes mais plutôt avec le ministère afin d’obtenir les moyens de garantir notre mission de service public de l’enseignement supérieur.



Notes

[1Chiffre extrait de la Note Flash du SIES (Systèmes d’information et études statistiques) du ministère de l’enseignement supérieur, octobre 2021.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Fermeture de 25 lits de psychiatrie générale au CHS de Sevrey !

Au centre hospitalier spécialisé de Sevrey (71) la Direction ferme une unité de 25 lits, faute de soignants. Ceci est le résultat d’un effondrement progressif des conditions de soins et de travail depuis de nombreuses années, dénoncé par les syndicats.

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?