[Besançon] Polémique autour du concert de « Guerilla Poubelle »


Doubs

Le venue du groupe français de punk-rock à Besançon n’a pas fait l’unanimité, les protestations se multipliant à l’approche du concert qui s’est finalement tenu vendredi 24 juin. En cause, les accusations d’agressions sexuelles visant le chanteur et guitariste Till Lemoine. Plusieurs groupes féministes espéraient une déprogrammation pure et simple, qu’ils n’ont pu obtenir devant le « choix assumé de maintien » par l’établissement « l’Antonnoir. »

Jusqu’au dernier jour, le suspense était palpable. Annoncé depuis deux ans à Besançon, le passage du groupe musical « Guerilla Poubelle » était une première fois compromis par la crise sanitaire. Mais depuis le 22 mai 2021 et un article de « Médiapart » [1], les empêchements se placent sur un autre front… accusé par trois ex-compagnes de violences psychologiques et sexuelles, le chanteur et guitariste Till Lemoine provoque en effet un mouvement de rejet et de protestations.

Lorsque la date du 24 juin 2022 a été confirmée au café-concert et bar de nuit « l’Antonnoir », le mécontentement est donc apparu sur les réseaux sociaux et dans la rue. Une poignée de membres des « collages féministes Besançon » a tenu à marquer le coup, par une série de collages et de tractages sur place. Si le propriétaire Antonin Borie a finalement toléré l’agitation, il n’a toutefois pas manqué d’exprimer son incompréhension et le « choix assumé de maintien. »

Le gérant a ainsi déploré l’absence de plainte dans cette affaire, indiquant son souhait de ne pas se substituer à la justice ; mais aussi un choix collectif des salarié.e.s de sa boîte, dont une majorité de femmes. Des arguments insuffisants pour les opposant.e.s, qui exhortent à cesser la complaisance avec les agresseurs et à déconstruire la culture du viol. Si elles n’ont pas obtenu gain de cause, à l’avenir les militant.e.s comptent bien poursuivre les actions de sensibilisation.



Notes

[1Donatien Huet pour Médiapart, édition du 22 mai 2021 : « Violences sexuelles : les musiques extrêmes face à leurs démons » - https://www.mediapart.fr/journal/france/220521/violences-sexuelles-les-musiques-extremes-face-leurs-demons

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Rassemblement pour le droit à l’avortement

Dans le cadre de la mobilisation européenne pour le droit à l’avortement, la LDH, avec d’autres organisations partenaires, appelle à un rassemblement à Dijon samedi 2 juillet, à 11h place Darcy.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Rectorat de Dijon : un plan d’action égalité femmes/hommes au point mort

A l’occasion du 8 mars, et du séminaire dédié à l’égalité le 1er juin, le rectorat de l’académie de Dijon a communiqué sur la déclinaison localement du plan national d’action sur l’égalité femme-homme et la lutte contre les violences. La CGT Educ’action de l’académie de Dijon estime qu’il est grand temps que cette politique soit appliquée dans notre académie, alors que le plan national a été voté et signé il y a plus d’un an et demi.

[Besançon] Absence d’intimité, refus de plainte, propos dégradants… le commissariat central de la Gare-d’eau épinglé dans sa gestion des violences sexuelles et sexistes

Hier mardi 8 mars, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes. Place Louis Pasteur à Besançon, une revendication a retentit : « nous devons obtenir une meilleure prise en charge dans les commissariats, qui reste encore très insatisfaisante. » Dans un article paru mercredi dernier, le média « Kawa TV » a esquissé la situation locale en la matière. Un panorama édifiant pour une ville moyenne, et une véritable réflexion sur la considération institutionnelle des violences sexistes et sexuelles.