[Besançon] Un cadre du Rassemblement National affiche sa proximité avec la mouvance néonazie


Doubs

Un militant dynamique et déterminé, c’est ainsi que pourrait être présenté Théo Giacone par le « Rassemblement National. » Le jeune comtois est en effet parvenu à s’imposer au parti Lepéniste en deux années, cumulant depuis les candidatures et responsabilités. Sans fausse note, ou presque. Outre l’existence d’une photographie le faisant apparaître grimé façon « Ku Klux Klan », ce sont désormais ses accointances politiques qui posent question. Un relationnel avec la mouvance néonazie vient ainsi d’être établi, par des contacts et l’exhibition d’un étendard « Vandals Besak. »
 
 

Un selfie comme point de départ.

À partir du 12 décembre dernier sur son compte Instagram, Théo Giacone s’est adonné à l’exposition publique de ses ultimes exploits culturistes. Si ce n’est le port d’un accoutrement singulier incluant la coiffe d’une cagoule, jusque là rien d’extraordinaire. Mais ostensiblement fixé sur la coque du téléphone portable utilisé par ses soins, un autocollant très caractéristique a été décelé sur cinq clichés. Le visuel reprend le sigle « VDLBSK », en lettres blanches ceinturées de deux bandes rouges sur fond noir. Il s’agit du logo d’un groupe néonazi : les « Vandals Besak. »

Structurée de façon paramilitaire et semi-clandestine, la faction ne dispose pas d’un stand associatif ou d’une boutique numérique permettant l’acquisition du matériel visé. S’approvisionner sous ses couleurs ne se conçoit qu’au travers de ses rangs resserrés, traduisant ainsi cooptation et affinités. Une réalité qui en amène ensuite une autre, celle du sens posé par cette possession et son étalage malgré le palmarès de l’organisation. Ou comment les affinités d’un cadre du « Rassemblement National » tranchent avec l’image d’Épinal promise, pulvérisée par cette exposition infamante.
 
 

JPEG - 63.1 ko
Photographie de Théo Giacone publiée sur son compte Instagram le 12 décembre 2021, avec comparatif du visuel sur sa coque de téléphone et du logotype des « Vandals Besak. »

 
 

Le récit d’une ascension fulgurante.

Originaire d’une famille savoyarde de la classe moyenne, Théo Giacone s’est installé à Besançon en septembre 2020. Il s’est rapidement engagé auprès des instances locales du « Rassemblement National », intégrant l’organe de jeunesse « Génération Nation » ainsi que le bureau du Doubs. Devenu omniprésent au sein du parti, le jeune homme de vingt-et-un ans figure ainsi aux nombreuses actions militantes, parmi ses mentors Julien Odoul et Jacques Riciardetti, ou en tant que candidat de scrutins municipaux [1], départementaux [2], régionaux [3], et universitaires [4].

Malgré les doutes et les défections traversées par son camps [5], il ne s’est jamais départi d’un franc soutien à Marine le Pen. Une fidélité qui ne l’empêche pas d’œuvrer au-delà : réserviste dans l’armée et suivant une licence d’Histoire en deuxième année, il est aussi le fondateur et dirigeant du syndicat d’extrême-droite « la Cocarde étudiante. » Un mouvement qui ici n’en est encore qu’à ses balbutiements, mais le patriote mise sur les sempiternels coups de com’ pour attirer d’éventuelles recrues. En somme un parcours politique exemplaire, aux antipodes d’une étiquette sulfureuse.
 
 

JPEG - 36.4 ko
Théo Giacone, entouré par Julien Odoul (à gauche), Jacques Ricciardetti (à droite) et Jean-Baptiste Batifoulier (à l’extrême-droite), le 25 juillet 2020 à Tressandans.

 
 

Game of Thrones ou Ku Klux Klan.

Toutefois ce curriculum vitae brillant finira par se troubler, à cause d’une photographie brièvement apparue le 30 juillet 2019 sur Facebook. Celle-ci montrait Théo Giacone affublé d’un masque grossier façon « Ku Klux Klan » exécutant un simulacre de salut fasciste, entre deux bouteilles d’alcool. Le modèle d’un jour s’en était expliqué à « l’Est Républicain » suite à un embryon de polémique, l’article rapportant alors la version d’une méprise avec la série « Game of Thrones » [6]. Le dossier en était resté là dans le microcosme bisontin, et depuis la maîtrise était de rigueur.

Sauf que depuis une litanie de connexions a attiré l’attention, d’abord avec la fréquentation d’un débit de boisson élevé en « quartier général » de la « Cocarde. » Théo Giacone s’y est maintes fois exposé, dont le 25 novembre dernier sur Instagram en proclamant : « pour nous rencontrer, tout se passe au pub de l’Étoile à Besançon. » Même si les tauliers ne sont pas au parfum, en tout cas ces hôtes là se sentent chez eux. Le fait que salariés et locaux soient accueillants à l’égard des « Vandals Besak » y a peut-être contribué, l’établissement essuyant une sinistre réputation en la matière [7].
 
 

JPEG - 30.4 ko
Photographie de Théo Giacone parue sur son compte Facebook le 30 juillet 2019, montrant l’intéressé affublé d’un déguisement douteux.

 
 

Collages sous haute surveillance.

Une source affirme ainsi un véritable attachement de circonstances, bien ancré dans la réalité. Une connaissance de Théo Giacone rapporte la mise en place d’une coordination entre l’équipe RN/Cocarde et les néonazis : « Il était exaspéré par l’arrachage systématique de sa propagande, acte assumé par les antifas y compris sous ses yeux et à peine quelques minutes après la pose. Une demande de chaperonnage aurait donc été faite aux Vandals Besak, afin que ce genre d’issue ne puisse plus se reproduire. Dans cette entraide œcuménique, chacun trouvait son compte. »

Une combinaison étayée par plusieurs témoins, notamment durant la nuit du 24 novembre 2021 : « Nous étions quelques amis à proximité du bar de l’U., juste en face de l’Université. Alors que nous buvions au grand air, quelques personnes se sont activées près des panneaux d’affichage. Pas de quoi fouetter un chat. Mais nous avons surtout été intrigués par une poignée d’individus, cornaqués de noir et disséminés autour des premiers… on aurait dit une milice ! » Certains on cru y voir Alexandre Meuret et Florent Gaillot, deux têtes connues pour leurs penchants brutaux.
 
 

PNG - 841.8 ko
Steven Fasquelle et Théo Giacone lors d’une opération « collage » le 24 novembre 2021 à Besançon, aux couleurs de la Cocarde Étudiante et du Rassemblement National.

 
 

« Meine Ehre heißt Treue. »

Sur les diverses pages gérées par Théo Giacone, des interactions laissent deviner un répertoire dans lequel ce « voisinage » se confirme. Il y a Teddy Mairet, militaire ciblé pour ses tatouages glorifiant le IIIe Reich dont la devise de la SS [8] qui fut condamné en 2015 pour l’attaque d’une librairie [9], Alexandre Meuret, qui se décrit comme « H88ligan », Florent Gaillot, ancien du « Bunker » contre lequel une plainte pour violences court depuis le 2 décembre 2019, ou encore « Hélix Dijon », groupe identitaire mêlant entraînements à la boxe et marches aux flambeaux.

Au-delà de leurs parcours litigieux, ces échantillons forment surtout le coeur des « Vandals Besak. » Si ceux-ci n’ont émergé qu’à partir de l’été 2020, les individus qui la composent – dont Mairet, Gaillot et Meuret – s’étaient déjà physiquement « fait la main » en 2019-2020 notamment au « pub de l’Étoile » [10]. Le premier ensuite retenu au 2e régiment de parachutistes, les seconds s’illustreront avec leur nouvelle bannière lors du tabassage perpétré le 31 janvier 2021 [11] ou pendant l’opposition au pass sanitaire [12]… « Hélix Dijon » s’inscrivant comme supplétif de la sale besogne.
 
 

JPEG - 234.4 ko
Aperçu du groupuscule néonazi « Vandals Besak », ici lors d’une pose en marge d’une opération « commando » le 31 janvier 2021 à Dijon.

 
 

Une attache isolée et virtuelle dans un océan de « followers » ?

Dans le reste de la bande, on peut citer Sébastien Favier, condamné à sept reprises en particulier pour violences en réunion et détention illégale d’armes [13], Olivier Bordy, référent « Terre et Peuple » inquiété par une procédure suite à l’agression d’un journaliste [14], ou encore Philippe Tribout, passé sur le front du Dombass et actuellement incarcéré après une attaque raciste d’une rare sauvagerie [15]. Sans même aborder le reste du compagnonnage de Théo Giacone, composé d’activistes identitaires, maurassiens et nationalistes de toute la France, cet ensemble apparaît sérieux.

Une simple série de hasards ? Le raisonnement aurait sans doute pu être plaidé par Théo Giacone, jusqu’aux derniers clichés et témoignages compromettants. Entre discours policés et porosités ultranationalistes, trouver l’équilibre demeure un chemin de croix. Une tradition dans l’ex « Front National », ainsi que le rappellent le lancement d’une section « Génération identitaire » par Brice Malagoli à Vesoul [16], l’union confessionnelle de Jacques Ricciardetti avec la « Fraternité Saint-Pierre » de Besançon [17], ou le ralliement de responsables à l’équipe d’Éric Zemmour [18].
 
 

JPEG - 35.6 ko
Théo Giacone et Jean-Baptiste Batifoulier, lors d’une opération « boîte aux lettres » pour le Rassemblement National le 6 janvier 2020 à Besançon.

 
 

Au Rassemblement National, le silence est d’or.

Les statuts et le règlement intérieur prévoient pourtant la radiation « pour motif grave » (« atteinte à l’image » et/ou « manquement à la probité »), ainsi que « par l’adhésion à un autre parti ou groupement politique de droit ou de fait. » Le « Rassemblement National » du Doubs avait déjà été confronté à un dossier similaire en novembre 2015, un certain Florent-Pierrick Baumer étant apparu avec un tee-shirt néonazi [19]. Alors que la Présidente Marine le Pen promettait de « foutre ces personnes à la porte plus vite que la lumière », une mesure d’exclusion avait ici été prononcée.

Une résolution interne qui n’a rien d’accessoire en région Franche-Comté, dont la mémoire est encore maculée du collaborateur vichyste Roland Gaucher ou de l’auteur d’un attentat en 1988. Si les allégations visant Théo Giacone n’ont aucune commune mesure avec ses prédécesseurs, la nature de ses fautes présumées résonne néanmoins tout aussi difficilement. Dûment sollicité à ce sujet, à ce jour le parti n’a pas donné suite à nos requêtes. Persistance d’un « no comment » total ou initiation d’un examen de conscience de son poulain, le dilemme est aujourd’hui inévitable.
 
 



Notes

[1Théo Giacone était candidat aux élections municipales du 15 mars 2020 sous l’étiquette « Rassemblement national », en 15e position sur la liste « Changeons Besançon » menée par Jacques Ricciardetti à Besançon. Avec 7,21 % des voix, ils seront éliminés dés le 1er tour.

[2Théo Giacone était candidat aux élections départementales du 20 juin 2021 sous l’étiquette « Rassemblement national », en binôme avec Sandy Willem dans le canton de Saint-Vit. Avec 25,49 % des voix, ils seront éliminés dés le 1er tour.

[3Théo Giacone était candidat aux élections régionales des 20 et 27 juin 2021 sous l’étiquette « Rassemblement national », en 6e position sur la liste « Pour une région qui vous protège » menée par Géraldine Grangier dans le Doubs et Julien Odoul en Bourgogne/Franche-Comté. Avec 22,47 % au 1er tour puis 23,33 % des voix au second tour pour le département, l’intéressé n’a pas été élu.

[4Théo Giacone était candidat aux élections universitaires du 15 mars 2020 sous l’étiquette « Union estudiantine de l’Université de Franche-Comté », liste nationaliste menée par Marvin Beurton de « l’Union des étudiants patriotes » et avec la présence de Jean-Baptiste Batifoulier du RN. Il ne sera élu dans aucun collège.

[5Marylou Magal pour l’Express, édition du 9 décembre 2021 : « Zemmour : anciens du RN, militants radicaux... qui compose localement son parti ? » (lien).

[6Céline Mazeau pour l’Est républicain, édition du 5 mars 2020 : « Le candidat, le masque et le Ku Klux Klan » (lien).

[7Toufik-de-Planoise pour Factuel.info, édition du 5 février 2020 : « À Besançon, trois nouvelles agressions attribuées aux néonazis » (lien).

[8Sébastien Bourdon, Justine Brabant et Matthieu Suc pour Médiapart, édition du 16 mars 2021 : « Néonazis dans l’armée : la longue litanie des « cas isolés » » (lien). Teddy Mairet y est cité pour avoir arboré des tatouages néonazis : un « soleil noir » sur l’épaule, une « totenkopf » sur le bras, ainsi que la devise de la « SS » sur le torse.

[9Fafwatch Franche-Comté, édition du 20 octobre 2015 : « Attaque de la librairie l’Autodidacte : le 2e Régiment National-Socialiste de Parachutistes en 1re ligne » (lien).

[10Toufik-de-Planoise pour Factuel.info, édition du 20 décembre 2019 : « Néonazis et extrême-droite de retour dans les bars à Besançon » (lien).

[11Toufik-de-Planoise pour Radio BIP/Média 25, édition du 31 janvier 2021 : « Dijon : un groupe nationaliste attaque des manifestantes féministes » (lien).

[12Toufik-de-Planoise pour Radio BIP/Média 25, édition du 26 août 2021 : « Pass sanitaire : à Besançon, les manifestants se désolidarisent d’un groupuscule néonazi » (lien).

[13Timothée Boutry pour le Parisien, édition du 17 janvier 2019 : « Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur d’ultradroite surnommé Sanglier incarcéré » (lien).

[14France 3 Franche-Comté, édition du 17 septembre 2021 : « Besançon : comment l’ultra-droite nationaliste réinvestit la capitale comtoise et le fait savoir » (lien).

[15Pierre Plottu et Maxime Macé pour Libération, édition du 4 février 2021 : « Agression raciste ultra-violente à Besançon : prison ferme pour le néonazi » (lien).

[16Fafwatch, édition du 9 mars 2021 : « [Franche-Comté] Vesoul : Génération Identitaire déjà soluble dans le RN » (lien).

[17Toufik-de-Planoise pour Factuel.info, édition du 5 mars 2020 : « Jacques Ricciardetti, à l’extrême-droite du Père… » (lien).

[18Parmi les ralliements à Éric Zemmour en Bourgogne/Franche-Comté, on retrouve notamment Jean-Baptiste Batifoulier, Franck Gaillard, Christian Launay, Patrick Adam, ou Damien Cantin.

[19Alexane pour MaCommune.info, édition du 24 novembre 2015 : « Un ex-membre du MoDem porte un T-shirt néonazi sur Facebook » (lien).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rassemblement national

Cartographie de l’extrême droite française [mise à jour janvier 2022]

« Nouvelle mise à jour d’une cartographie de l’extrême droite que nous publions régulièrement depuis 10 ans en collaboration avec le site antifasciste REFLEXes, et qui sera peut-être la dernière de notre part : l’atomisation du camp nationaliste, la faiblesse des structures collectives au détriment de la mise en avant d’individus nous obligent à repenser cet outil de compréhension de l’extrême droite. On s’en explique en comparant la première version du schéma à la situation actuelle, tout en vous proposant, comme à chaque fois, un descriptif détaillé de la carte. N’hésitez pas à proposer vos éventuelles corrections et ajouts dans les commentaires. »

[Franche-Comté] Un ex-cadre du RN reconnaît avoir profané trois mosquées

Fin novembre dernier, plusieurs lieux de cultes musulmans avaient été dégradés par des graffiti de croix de Lorraine. L’auteur des tags a été récemment identifié, il s’agit d’un ancien responsable-adjoint de l’organisation de jeunesse du RN et candidat aux dernières départementales. Un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé a son domicile.

Sochaux : quand le RN cherche encore le buzz...

Agressions verbales, humiliations, provocations, réseaux GAFAM, médias dominants, malhonnêteté intellectuelle, bassesse intellectuelle, buzz morbides, lâcheté, protection policière, mépris social, marché de noël et photos sexys, Julien Odoul utilise toutes les méthodes de la bourgeoisie pour exister. Ce startupeur d’extrême droite est venu vendredi soir au Stade Auguste Bonal pour provoquer encore une fois notre population et montrer par la même occasion son statut social : sous-bourgeois.

Articles de la même thématique : Milices

L’actualité du fascisme : intervention de M. Rigouste

Ce texte reproduit l’intervention orale de Mathieu Rigouste lors du « meeting pour Clément » tenu le 8 septembre 2018 à la Bourse du Travail de Paris, dans le contexte du procès des meurtriers de Clément Méric – militant antifasciste assassiné en 2013 par des skinheads d’extrême-droite.

2015-2018 : l’extrême-droite de plus en plus armée

Depuis plusieurs années, les groupes d’extrême-droite se réorganisent. Corrélé à une forte augmentation de la circulation des armes en France et à une fascisation de la police, on voit des groupes d’extrême-droite s’armer, et parfois passer à l’action.