[Chalon-sur-Saône] Une famille arménienne menacée d’expulsion

À Chalon-sur-Saône, une famille arménienne est menacée d’expulsion alors même que son pays est actuellement en guerre avec l’Azerbaïdjan.

L’Association de Solidarité avec Tous les Immigrés (ASTI) et les autres associations ou collectifs d’aide aux personnes migrantes appellent à manifester.

On ne renvoie pas des personnes dans un pays en guerre.
RDV à 10h samedi 10 octobre
place de la Mairie
à Chalon sur Saône.
Malheureusement l’Arménie est aujourd’hui en guerre dans le Haut Karabagh. Non seulement la famille YEGANYAN est insérée en France mais nous ne voulons pas qu’elle reparte dans un pays en guerre. Cela ne viendrait pas à l’idée du préfet de renvoyer une personne syrienne en Syrie, pays en guerre. Alors pourquoi renvoyer les YEGANYAN en Arménie, pays en guerre ? Depuis les 49 jours que la famille est en rétention (20 aout), par trois fois nous avons eu des RDV avec la préfecture, fourni tous les éléments demandés et obtenu le silence pour seule réponse. Alors, encore une fois, rassemblons nous nombreux pour demander la libération d’Eduard, de Gayane et de Tigran leur fils.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Squats - Expulsions