[Châtenoy] La commune sera-t-elle la victime collatérale du racisme de policiers ?

TN Rabiot Police Officiel est un groupe privé sur Facebook dans lequel des policiers, mais aussi des gendarmes, s’échangent des « centaines de message racistes, sexistes ou homophobes ainsi que des appels au meurtre » (réf streetpress.com).

Châtenoy est une paisible commune de Seine-et-Marne de 172 habitants dont le maire, Denis Celadon, vient d’être réélu brillamment en mars dernier par les Castelnéociens.

Si la renommée de Châtenoy ne s’étend guère, aujourd’hui encore, qu’au-delà des villages voisins, nous sommes en droit de nous demander, si ladite commune n’est pas en passe de pouvoir accéder non pas à une célébrité certaine, mais pour le moins à une certaine célébrité, attendu que l’une des conseillères municipales de ce charmant petit village, policière de son état, a créé sur Facebook le groupe privé TN Rabiot Police Officiel, (dont elle est l’une des « modératrices »).

Si la création et l’existence d’un groupe privé de policiers sur Facebook est un non événement en soi, l’existence d’un groupe privé sur lequel des policiers, mais aussi des gendarmes, s’échangent des « centaines de messages racistes, sexistes ou homophobes et des appels au meurtre » [1] n’est pour le moins pas banal - tout du moins peut-on l’espérer - au sein d’un pays qui se revendique encore celui de la patrie des droits de l’homme.

Il ne reste plus à espérer que, comme le firent jadis Didier Proriol et Armelle Carrasco, suspectés d’abus de confiance et de détournement de fonds publics dans « l’affaire Ressources », cette élue municipale démissionne de ces fonctions, afin que cette affaire ne cause pas de dommage collatéral à la paisible commune de Châtenoy.

JPEG - 126.5 ko
JPEG - 389.3 ko

Tout sur cette affaire de racisme policier, sur Streetpress.

Abacab


Notes

[1réf streetpress.com - 4 juin 2020

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Racisme

Manifestation des Grésilles : « Après l’abandon du Préfet, on veut sa démission »

Samedi 20 juin, une cinquantaine de personne des Grésilles et de Chenove ont manifesté pour demander la démission du Préfet, après avoir tenu une conférence de presse improvisée. Retour entre analyse et émotion sur ce moment trouble.

« Violences inter-quartiers », violences d’Etat : deux faces d’une même pièce

Communiqué du Comité Vérité et Justice 31.

Marine Le Pen à Dijon : faire barrage aux discours coloniaux

Mardi 16 juin, Marine Lepen est venue à Dijon pour charogner un bon discours sur le dos des Grésilles. Heureusement, un rassemblement d’hostilité a pu s’improviser sous ses fenêtres...

Articles de la même thématique : Violences policières

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Fête de la musique aux jardins de l’avenue de Langres

Fête de la musique libre et pirate contre les violences policières Aux jardins libérés de l’avenue de Langres
Il y a un (...)

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.