Communiqué de soutien de prisonniers de Fleury pour la Palestine

Depuis la prison de Fleury, les prisonniers apportent leur soutien au peuple palestinien.
Action et communiqué.

Nous, détenus du bâtiment D1 de la maison d’arrêt de Fleury-Merogis, avons décidé de bloquer la cours de promenade en soutien au peuple palestinien qui manifeste depuis plusieurs jours pour tenter de braver le blocus imposé par Israël et contre l’installation de l’ambassade américaine à Jérusalem, à l’occasion des 70 ans de la Nakba et pour faire valoir le droit au retour des Palestiniens.

Même si nous sommes privés de liberté, nous tenons à manifester contre les massacres dans la bande de Gaza de la part du gouvernement israélien, en solidarité avec les 61 Palestiniens tués par les forces militaires coloniales (dont 8 enfants et 1 bébé), et les 2.400 blessés.

Tout comme les Palestiniens, qui font de la Palestine un symbole de dignité et de lutte de longue haleine, notre manifestation est une manifestation pacifique, sans violence et sans haine. Nous bloquerons la promenade dans le calme jusqu’à à l’arrivée des Éris. Parce que Fleury est la plus grande prison d’Europe, nous voulons exprimer notre solidarité avec Gaza, qui est la plus grande prison du monde !

« Nous sommes tous des enfants de Gaza »

JPEG - 16.6 ko
Message de la prison


Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Lutte contre la maxi-prison de Haren (Bruxelles)

Entretien avec une militante, membre du Collectif de Lutte Anti-Carcérale (CLAC) à Bruxelles et active dans le combat contre la construction de la maxi-prison de Haren.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

Du confinement à l’enfermement administratif

Quelques notes à propos de la quarantaine comme mode de gestion de la pandémie

Articles de la même thématique : Palestine

Rassemblement contre les annexions en Palestine

Un collectif d’associaitions (qui va s’étoffer dans les jours qui viennent), appelle à se rassembler Place F. Rude (Bareuzai) , Vendredi 26 juin à 17h30 pour protester et informer sur le projet d’annexion des colonies implantées en Cisjordanie, et de la Vallée du Jourdain par Israël.

Journée d’étude sur la Palestine

Journée d’étude « La société international et l’Etat palestinien à l’aune du plan Trump », le mardi 10 mars à 9h30 dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme à Dijon.

Rencontre et projection avec Lyad Alasttal

Jeudi 21 novembre, à 19h aux Tanneries, le collectif d’organisation du festival du film palestinien de Dijon accueille Lyad Alasttal, cinéaste de Gaza, initiateur du projet Gaza stories qui a pour objectif de témoigner à partir de courts métrages de la vie à Gaza.