[Dijon] Conférence « Que reste-il de nos libertés ? »



L’Observatoire côte-d’orien des libertés publiques et des répressions vous invite à une conférence - débat :

Que rest-il de nos libertés ?

Animée par Arié ALIMI avocat, membre du conseil national de la LDH

Peut-on encore manifester librement dans le centre de Dijon et ailleurs en France ?
Les droits des migrants sont-ils respectés ?
Pourquoi tant de violences policières ces dernières années ? Venez échanger sur tous ces sujets, posez vos propres questions sur l’état des libertés publiques et l’état de droit en France en 2020 dans le cadre d’un débat animé par Arié Alimi
Arié Alimi est avocat en droit pénal et social plaidant notamment sur des questions relatives au respect des libertés publiques. Il est l’avocat des familles des lycéens du lycée Bergson victimes de violences policières, de Nabil Koskossi, défenseur de la cause palestinienne, de Geneviève Legay, militante d’ATTAC blessée par un policier lors d’une manifestation, des familles de Rémy Fraisse et Cédric Chouviat...

Vendredi 31 janvier 2020 à 19h
Salle Camille Claudel à Dijon
(4, rue Camille Claudel, Tram : arrêt Grésilles)

avec le soutien de :

Amis de la Terre Côte-d’Or, Amnesty International, Assemblée populaire, ATTAC 21, CGT, Ensemble, EELV, FSU, Générations, LDH Dijon, LDH 21, La France Insoumise, Mouvement pour une alternative non violente 21,Mouvement de la Paix, MRAP, NPA, Oxfam, PCF, Parti de Gauche, Solidaires, SOS Racisme, SOS Refoulement



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Et c’est qui (encore) les malfaiteur-euses ?

Les 28, 29 et 30 novembre prochains, la cour d’appel de Nancy jugera de nouveau nos sept camarades accusé·es – entre autres – d’association de malfaiteurs. Nous appelons à se saisir de cette date pour s’opposer, partout où c’est possible, à la relance du nucléaire, à l’imposition du projet Cigéo et à la répression des luttes.

Bilan de la répression et défense collective à Sainte Soline

« Pas moins de 7 hélicoptère et plus de 1700 FDO, un dispositif dont le coût est estimé à plus d’un million d’euros. », « une soixantaine de [manifestant·es] blessé·es dont 6 hospitalisé·es », 4 personnes placées en garde à vue", une personne arrêtée sur son lit d’hôpital... retour sur la répression des manifestations anti-bassines.

Articles de la même thématique : Police

[Besançon] Une « free party » interrompue par la police

Cent-cinquante personnes s’étaient retrouvées aux Près-de-Vaux ce week-end, autour de musiques électroniques et alternatives. Une occupation maîtrisée mais illégale de l’espace public, ayant conduit les services de police à intervenir pour stopper la fête.