[Dijon] Conférence « Que reste-il de nos libertés ? »

L’Observatoire côte-d’orien des libertés publiques et des répressions vous invite à une conférence - débat :

Que rest-il de nos libertés ?

Animée par Arié ALIMI avocat, membre du conseil national de la LDH

Peut-on encore manifester librement dans le centre de Dijon et ailleurs en France ?
Les droits des migrants sont-ils respectés ?
Pourquoi tant de violences policières ces dernières années ? Venez échanger sur tous ces sujets, posez vos propres questions sur l’état des libertés publiques et l’état de droit en France en 2020 dans le cadre d’un débat animé par Arié Alimi
Arié Alimi est avocat en droit pénal et social plaidant notamment sur des questions relatives au respect des libertés publiques. Il est l’avocat des familles des lycéens du lycée Bergson victimes de violences policières, de Nabil Koskossi, défenseur de la cause palestinienne, de Geneviève Legay, militante d’ATTAC blessée par un policier lors d’une manifestation, des familles de Rémy Fraisse et Cédric Chouviat...

Vendredi 31 janvier 2020 à 19h
Salle Camille Claudel à Dijon
(4, rue Camille Claudel, Tram : arrêt Grésilles)

avec le soutien de :

Amis de la Terre Côte-d’Or, Amnesty International, Assemblée populaire, ATTAC 21, CGT, Ensemble, EELV, FSU, Générations, LDH Dijon, LDH 21, La France Insoumise, Mouvement pour une alternative non violente 21,Mouvement de la Paix, MRAP, NPA, Oxfam, PCF, Parti de Gauche, Solidaires, SOS Racisme, SOS Refoulement



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droit de manifester

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

La Gazette des confiné·es #14 - Censure du web, éducation numérique et manifs empêchées

Resterons-nous libres de vous informer encore longtemps ? Cette quatorzième Gazette s’ouvre par la fin. La fin du parcours législatif de la loi Avia, promesse de censure et d’arbitraire. On s’interroge. Est-il permis d’évoquer les sabotages d’antennes et de câbles attribués à l’« ultragauche » par les renseignements ? D’afficher les startuppers pour qui l’école numérique est une promesse d’argent ? De critiquer la collapsologie ainsi que Martin Hirsh et ses errements ? Ou serons-nous rattrapés par les chaussettes à clous pour crime de pensée ? Les manifestant·es du 11 mai l’ont appris à leurs dépens. L’ambiance est policière.

Rassemblement devant le TGI en soutien à deux inculpés pour « manifestation interdite »

Ce lundi, deux personnes sont convoquées au tribunal car elles ont refusé de payer une amende pour participation à une manifestation interdite. Appel à rassemblement de soutien à 13h15 devant le TGI de Dijon.

Articles de la même thématique : Répression

Course à la 5g, d’autres formes de lutte prennent le relais

Ce jeudi 9 juillet deux hommes seront jugés par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, accusés d’avoir incendié le 15 avril dernier un relais téléphonique à Foncine-le-Haut dans le Jura.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

[Lons-le-Saunier] Manif des gilets jaunes : trois personnes en garde à vue

A la suite des rassemblements de ce samedi, trois personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue au commissariat de Lons le Saunier.