[Côte d’Or] Toujours plus de militaires dans les rues



Avec le passage du plan Vigipirate au niveau Urgence attentat, ce sont maintenant 70 militaires qui vont patrouiller en Côte d’Or.
France Bleu Bourgogne précise que « ces soldats patrouillent en treillis militaire, et fusil mitrailleur en main dans les rues de Dijon, Beaune ou Montbard mais ils peuvent se trouver aussi partout dans le département. Ils surveillent notamment les lieux de culte, on les retrouve par exemple à Dijon autour de l’église Saint Michel en centre ville. [...]
Avec la pandémie de Covid, les militaires portent aussi leur attention sur les établissements de santé. » [1]
D’après France Bleu toujours, François Rebsamen à déclaré qu’il « apprécie qu’ils soient visibles ». On le comprend puisque mis à part le fait d’alimenter le sentiment d’insécurité en rappelant à tout un chacun qu’il faut en permanence craindre les attentats - ce qui est indispensable à la mise en place de politiques liberticides - on se demande bien à quoi servent ces militaires, dont on a bien vu ces dernières années qu’ils n’ont aucun effet dissuasif et aucun effet réel sur notre sécurité.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Terrorisme / Antiterrorisme

Une rencontre avec Kamel Daoudi, une émission de Mayday

Kamel Daoudi est connu pour être l’un des plus anciens assignés à résidence en France. Pour ces émissions on a pris le temps d’aller le rencontrer à Aurillac, on l’a enregistré longuement et on vous restitue son histoire Kafkaïenne en 2 segments d’une cinquantaine de minutes chacun.

Analyse des méthodes de la justice dans le procès anti-terro des inculpé.es du 8.12

Nous allons tenter ici d’exposer les différentes méthodes des juges et des procureur.es au cours du procès des inculpé.es du 8.12 qui s’est déroulé du 3 au 27 octobre 2023 à la 16e chambre du Tribunal correctionnel de Paris. Nous ne reviendrons pas sur les aberrations que comporte le dossier en lui-même, que ce soit le rapport du juge d’instruction ou celui du PNAT, ni sur les mensonges et manipulations de la DGSI, car tout ceci mériterait un autre texte au vu de la quantité de matière à développer.

Articles de la même thématique : Répression

Dijoncter Papier #6 est sorti !

Pour fêter les 6 ans de Dijoncter.info, une édition papier vient de sortir ! Interviews, tuto, réflexion et recettes, le magazine regroupe des articles inédits qui brassent des questions liées au travail du sexe, aux centres de rétentions administratives ou aux nouvelles formes de répression du mouvement social.

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

La répression de la liberté de manifester continue

En juin 2023, une trentaine de personnes ont reçu un courrier pour leur participation à une « casserolade » auxquelles elles n’ont pas donné suite. Quelques unes de ces personnes ont reçu un deuxième courrier considérant qu’elles ont reconnues leur culpabilité et les menaçant d’amendes. Voici les réactions du CVLR21 [1].