Discussion autour de « Critiques de l’école numérique » en présence des auteurs

Mercredi 27 novembre, deux des auteurs de « Critiques de l’école numérique » seront aux Tanneries pour présenter cet ouvrage et discuter de l’invasion du numérique dans les écoles, du primaire au supérieur.

« L’ouvrage collectif Critiques de l’école numérique est un pavé de 400 pages dans "la mare de l’engouement pour l’éducation 2.0". Plus de 20 professionnels y témoignent et analysent les problèmes de plus en plus importants que "le tout numérique" génère dans l’apprentissage, l’enseignement et les relations éducatives, de la petite enfance à l’université. » [1]

« Puisque la vie s’écoule désormais essentiellement devant des écrans, le bouleversement de la condition humaine engendré par l’informatisation à tout-va est une question majeure de notre temps. L’ouvrage collectif Critiques de l’école numérique, qui vient de paraître aux éditions L’échappée, apporte une parole de combat contre les technocrates qui veulent adapter les enfants aux machines. » [2]

« L’école est la dernière institution sociale et culturelle qui résiste au numérique, et, pour certains, c’est un scandale. L’école numérique est avant tout un projet qui entend remodeler l’ensemble des pratiques pédagogiques au moyen du numérique. Derrière ce projet, il y a une idéologie qui ne fait l’objet d’aucune remise en question alors que ses effets se font ressentir de façon très concrète : sur le choix des financements et des investissements, sur l’organisation de l’institution scolaire, sur le métier des enseignants ou encore sur le développement psychique et psychomoteur des enfants. En cela, notre livre est un livre d’athées face à la nouvelle religion de l’époque. » [3]


Discussion autour de Critiques de l’école numérique, coordonnée par Cédric Biagini, Christophe Cailleaux et François Jarrige, L’échappée, 2019
En présence de de Christophe Cailleaux et François Jarrige.

Mercredi 27 novembre, 18h
Espace autogéré des Tanneries (35-37 rue des Ateliers)

Entrée libre, suivi d’un repas

JPEG - 356.4 ko

« Plus l’école et l’éducation sont présentées comme étant en crise, plus l’utopie numérique y multiplie les promesses. Les injonctions permanentes à innover, à être optimistes, à individualiser les parcours, à se réinventer, à disrupter… imposent partout le numérique. Même s’il existe une grande variété de situations en matière d’équipements informatiques selon les niveaux et les établissements, l’idée que l’école telle qu’on la concevait jusqu’alors est obsolète et qu’elle doit, coûte que coûte, s’adapter à un monde contemporain ultraconnecté, a triomphé. Ainsi, dirigeants économiques, intellectuels et politiques ne cessent d’appeler enseignants et pédagogues à céder devant l’impératif d’un prétendu progrès technique abstrait, et à s’en remettre les yeux fermés aux apprentis sorciers de la Silicon Valley.
Ces mutations profondes, aux conséquences désastreuses pour notre psychisme et nos sociétés, s’opèrent à grande vitesse dans une sorte d’inconscience générale et d’hypnose collective. Rares sont celles et ceux qui osent s’exprimer publiquement pour remettre en cause ces orientations. Ce livre leur donne la parole et montre que les processus en cours ne sont ni « naturels », ni inéluctables. Enseignants, intellectuels, soignants, parents, syndicalistes… y développent une critique sous forme d’enquêtes et d’analyses sur les soubassements théoriques et les arrière-plans économiques de la numérisation de l’éducation, de la petite enfance à l’université, et témoignent de leurs expériences quotidiennes. Autant de contrepoints qui expriment un refus de se laisser gouverner par des technocrates et autres startupeurs et ingénieurs qui entendent révolutionner nos vies. »



Notes

[2La Décroissance, le journal de la joie de vivre, octobre

[3Marianne, 18-24 octobre

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document