Dominique Lalanne : « L’arme nucléaire, c’est l’insécurité maximum ! »



27 ème vigie citoyenne mensuelle pour la reconversion du CEA Valduc

Le 26 avril 2022, à Dijon au jardin Darcy, puis à Moloy, près du site du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Valduc qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises, 6 lanceurs d’alerte du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ ont déployé des banderoles. Ils appellent

  • au respect par la France de l’art. 6 du Traité de non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole allègrement l’esprit et la lettre,
  • à l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), devenu depuis le 22 janvier 2021 la norme du droit international,
  • et à la reconversion à ces activités pacifiques des sites CEA-DAM, dont celui de Valduc.
JPEG - 991.1 ko

Le combat de Dominique Lalanne contre l’arme nucléaire

Notre ami Dominique Lalanne, né en 1943, physicien nucléaire, est décédé le 23 janvier 2022, à l’âge de 78 ans. Il avait terminé sa vie professionnelle comme directeur de recherche en physique nucléaire au CNRS.
Après s’être impliqué dans la lutte contre le nucléaire civil, il s’est engagé contre le nucléaire militaire en rejoignant l’association ‘Stop essais !’ devenue ensuite ‘Armes nucléaires Stop’, puis depuis 2016 ‘Abolition des armes nucléaires - Maison de Vigilance’, qui fédère une quinzaine d’organisations et dont il assurait l’animation.
Il a assisté à l’ONU durant de nombreuses années aux conférences du Traité de Non-Prolifération et travaillait comme expert à l’Observatoire des armements de Lyon.
Après avoir participé aux jeûnes contre l’arme nucléaire avec Solange Fernex et Théodore Monod à Taverny, il a contribué au développement de cette action de commémoration des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki sur Paris, et ensuite sur Dijon-Valduc.
De jeûnes en conférences, de négociations en marches pacifiques, il a gardé et entretenu avec constance l’espoir d’un monde dénucléarisé. En bon scientifique, il a toujours su être convaincant à partir d’une analyse des faits et d’une approche à la fois politique et éthique. Il a participé à plusieurs reprises aux vigies citoyennes près de Valduc. Excellent organisateur, il était à l’écoute et très respectueux de chacun.
Quand Éric Danon, ancien ambassadeur de France à la conférence du désarmement, a déclaré que l’arme nucléaire garantissait la sécurité de la France comme une porte blindée garantit la sécurité d’un logement, Dominique Lalanne lui a répondu qu’en réalité, la dissuasion nucléaire n’est pas une porte blindée, c’est une porte grande ouverte avec, au-dessus de la porte, un panneau indiquant « Défense d’entrer, danger de mort ! » Mais si un voleur ne croit pas à la menace de mort, il entre dans la maison...
« L’arme nucléaire, disait-il, c’est l’insécurité maximum. Il y a sur la Terre 2 000 bombes en état d’alerte, qui représentent chacune en moyenne 30 fois la bombe d’Hiroshima, c’est-à-dire un potentiel de destruction de 60 000 fois Hiroshima.
Il ne s’est rien passé depuis 50 ans en matière de désarmement nucléaire parce que la société civile a démissionné face aux États. »

JPEG - 39 ko

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le « Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires » s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, « Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires » (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2014.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

77 ans d’Hiroshima & Nagasaki - Actions antinucléaires à Dijon

À l’occasion de la commémoration des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki des 6 et 9 août 1945, des actions ont eu lieu à Dijon pour faire cesser les activités du CEA de Valduc qui fait la maintenance de 290 bombes nucléaires à 45 km de Dijon.

Festival les Bure’lesques : programme et infos pratiques

Du 5 au 7 août 2022, pour sa 3e édition, le festival de résistance au projet toxique d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo/Bure pose ses chapiteaux à Hévilliers, sur un magnifique terrain vallonné, comme en 2019. À bientôt dans le sud meusien !

Articles de la même thématique : Désarmement nucléaire