Double manifestation à Dijon : nationalistes turcs et gilets jaunes se croisent sans se mélanger

Deux manifestations avaient lieu dans les rues de Dijon jeudi soir. Une manifestation appelée par des gilets jaunes pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, et une manifestation de l’extrême-droite turque, contre Macron et les Arméniens.

Ce jeudi soir dans les rues de Dijon, deux manifestations se sont croisées sans se mélanger.
Dans la journée, un appel publié sur les groupes facebook des gilets jaunes invitait à se réunir place de la République à 19h contre « la dictature et les erreurs politiques de Macron ».
Une centaine de personnes étaient au rendez-vous. Les manifestants ont dénoncé la mauvaise gestion de la crise sanitaire, les privations de liberté, et les conséquences économiques de la crise sanitaire et du confinement.

JPEG - 74.4 ko

Le rassemblement était encore éparse quand un autre groupe d’une centaine de personne est arrivé sur la place à grand renforts de slogans, fumigènes et feux d’artifices. Compact et dynamique, le groupe arborait de nombreux drapeaux turcs et quelques pancartes « Aucun musulman ne peut être terroriste » et « Médias français, complices de l’Arménie ».
Interrogés, ces seconds manifestants ont dit vouloir dénoncer les attaques de Macron contre les musulmans, ainsi que le rôle de l’Arménie dans la guerre au Haut-Karabagh, une région séparatiste de l’Azerbaïdjan. La Turquie est en effet alliée à l’Azerbaïdjan et historiquement ennemie de l’Arménie. Parmi les manifestants d’origine turques, notons que plusieurs faisaient le signe des Loups-Gris, une organisation ultranationaliste, voire néofasciste. Ce symbole se retrouve aussi sur les comptes twitter ayant partagé des vidéos de la manifestation. On pouvait aussi observer un drapeau de l’Empire Ottoman (une référence de grandeur passée pour les nationalistes turcs). Leurs slogans étaient quant-à-eux à la gloire de Recep Tayip Erdogan (président nationaliste et islamiste turc), de dieu, ou contre « l’Arménie, terroriste ».

JPEG - 63.9 ko
Le majeur, l’annulaire et le pouce réunis pour former une tête de loup : le signe de ralliement des Loups-Gris

Vers 19h45, le cortège appelé par les gilets jaunes est parti en direction de la place du théâtre, suivi de loin par le cortège des nationalistes turcs. Ne souhaitant pas être assimilés à ce second cortège, les manifestants contre le reconfinement ont laissé passer les nationalistes turcs, puis se sont dispersés au fil de la rue de la Liberté. Les nationalistes turcs ont quant-à-eux continué vers la gare avant d’être gazés boulevard Foch, puis sont retournés place de la République où leur manifestation s’est achevée dans la confusion. Alors qu’un raciste français a risqué le lynchage en leur disant de « rentrer chez eux, ici c’est pas la Turquie », les racistes Turcs ont été dispersés à coup de gazs lacrymogènes par des racistes français en uniforme [1].



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nationalisme, patriotisme

Les « loups gris » attaquent l’association kurde de Lyon et blessent gravement 4 personnes

Nous sommes profondément indignés d’apprendre qu’une vingtaine de « loups gris » à la solde de l’islamo-fasciste turc Erdogan ont attaqué aujourd’hui, samedi 3 avril, l’association kurde de Lyon membre de notre réseau. Les loups gris vêtus de cagoules, ainsi que de battes de baseball et d’armes blanches, ont attaqué avec la plus grande violence notre association de Lyon et passé à tabac ses membres. 4 kurdes se trouvant dans les locaux de l’association ont été blessés jusqu’au sang par les dangereux nervis d’Erdogan.

Agression fasciste : que sait-on des agresseurs ?

Dimanche 31 janvier, des manifestant·es pour la PMA ont été violemment attaquées par une quinzaine d’individus masqués. Que nous apprennent les images de la manifestation sur le déroulement des faits, l’identité des agresseurs, et leurs liens avec la manifestation « Marchons Enfants » ?

Articles de la même thématique : Turquie

Nouvelles du Rojava : entretien avec un internationaliste

Récemment des articles appelant à une mobilisation en Europe et partout dans le monde suite à de nouvelles attaques de l’armée turque contre l’administration autonome du Rojava ont été publiés sur de nombreux sites militants. Parce que nous avons un ami là-bas en ce moment, nous avons décidé de lui demander de nous raconter ce qu’il s’y passe.