Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Conférence] Du droit au territoire conféré par l’État vers le droit vécu et les normativités innues : quelles pistes pour penser un droit enraciné ?

Conférence de Doris Farget, professeure en sciences juridiques, UQAM.
Séminaire de l’Atelier d’écologie politique « Penser les transitions ».

Atelier d’écologie politique « Penser les transition »
(https://transire.hypotheses.org/1084)
jeudi 23 juin, 13h-15h, salle Chevrier
(3e étage, bâtiment Droit-Lettres, côté Droit).

Conférence de Doris Farget,
professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal

Du droit au territoire conféré par l’État vers le droit vécu et les normativités innues : quelles pistes pour penser un droit enraciné ?

Dans le cadre de cette présentation, je partirai de mon expérience à titre de juriste pour faire état, d’une part, des normes qui protègent les droits territoriaux des peuples autochtones en droit international et interaméricain et, d’autre part, du régime constitutionnel qui encadre les droits territoriaux des peuples autochtones au Canada, en particulier l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. J’expliquerai ensuite comment mon apprentissage de la recherche collaborative avec les peuples autochtones, en particulier en contexte Innu [1], me permet de réarticuler ma réflexion sur le droit tel qu’il est vécu par les justiciables autochtones, mais aussi sur ses failles et de recentrer mon regard sur des formes de normativité produites directement par les Autochtones eux-mêmes.

Doris Farget est docteure en droit des Universités de Montréal et d’Aix-Marseille. A avoir effectué deux stages postdoctoraux dont l’un au Département d’anthropologie de l’Université McGill, elle est aujourd’hui professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal et directrice du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les affirmations autochtones – Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (GRIAAC-CIÉRA-Montréal).



Notes

[1Peuple autochtone dont le territoire ancestral est situé à l’Est de la péninsule du Québec-Labrador, dans les régions de la Côte-Nord et du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Articles de la même thématique : Impérialisme, colonialisme

Retour sur la Grande Marche pour la Paix

Le 23 juin 2024, près de 300 personnes ont marché de Beaune à Dijon, soit la longueur de la Bande de Gaza, à l’initiative du Collectif pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israëliens.

Rassemblement contre la répression coloniale en Kanaky

À l’appel du Mouvement Kanak en France et plus largement du Collectif Solidarité Kanaky, des rassemblements sont prévus lundi 24 juin soir à 18h devant 11 prisons ou maisons d’arrêt en France Métropolitaine où sont détenus 11 membres de la CCAT (Cellule de coordination des actions de terrain, mouvement indépendantiste Kanak) dont Christian Tein, reconnu comme un leader, à Mulhouse et Brenda Wanabo Ipeze à Dijon.