« Esthétique des luttes, esthétique des transitions » : séminaire en visioconférence

Jeudi 5 novembre, l’atelier de recherche « Penser la/les transitions » de l’université de Bourgogne organise un séminaire en visioconférence à propos des imaginaires de luttes liés à la transition socio-écologique et des récits qui leurs sont associés.

Les formes sensibles des contestations contemporaines se sont considérablement renouvelées depuis la Chute du mur, événement à la fois symbolique et pragmatique marquant la fin d’une ère politique. Les interventions d’artistes en coopération étroite avec des militants ou activistes permet de repérer la spécificité de ces formes inédites, qui expriment un rapport renouvelé à l’engagement public et politique et un nouvel imaginaire du changement socio-historique. Non plus construction ex nihilo, après avoir fait table rase du passé, mais davantage construction dans des espaces éphémères, « intercalaires », poreux (Kellenberger, 2004) ou zones autonomes temporaires (Hakim Bey, 1991), où s’inventent des répertoires d’action propres, à partir de l’hybridation et le métissage des pratiques artistiques, citoyennes, protestataires. L’imaginaire de la transition né à la fin du XXe siècle (Chabot P., 2015), engendre-t-il un nouvel horizon d’action majeur en construction qui permettra davantage de donner sens à ces expressions ?

En nous intéressant à une transition socio-écologique radicale et aux conditions de sa réalisation, la question de l’esthétique rejoint plusieurs axes d’exploration : l’imaginaire d’une transition et les récits qui le construisent, les formes d’une transition en lutte et leur rapport à l’environnement, le rapport au pouvoir et les stratégies de lutte, et enfin la place de l’artiste et de sa pratique dans la transition.

À partir d’un regard croisé entre sciences sociales et praticiens d’une esthétique des transitions, cette séance devrait permettre de poser les bases d’une réflexion sur la spécificité des formes et leur expression, sur le lien entre expérience esthétique et horizon d’action collective.

Programme

- John Jordan, artiste-activiste, cofondateur de Reclaim the Streets, de la Brigade activiste des clowns, du collectif The Laboratory of Insurrectionary Imagination qui mélange art, activisme et permaculture. Il a notamment co-dirigé le livre We Are Everywhere. The Irresistible Rise of Global Anti-Capitalism (Verso, 2004) et vit sur la zad de Notre-dame-des-landes.
- Gilles Yovan, acteur, danseur, ingénieur culturel, il est co-fondateur du journal des Périphériques vous parlent et de l’Université du Bien Commun à Paris.

Infos pratiques

Lieu : séance en visioconférence
Inscription obligatoire pour les auditeurs : lir3s@u-bourgogne.fr
Horaire : 14 h. – 17 h.
Organisatrice : Sonja Kellenberger (IRTESS Bourgogne)

JPEG - 1.2 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre-culture

The World is Over ! ou pas. Cela dépend de toi.

The World is over ! ou pas. Cela dépend de toi. Un référendum sonore pour remettre en cause le dogme dicté par l’instinct de survie : la permanence de l’humanité ? Un détournement de The War is Over ! avec des airs post-situ... Ou comment une certaine forme d’art peut devenir un outil pour hacker la realité. Autremenent dit comment à l’air du story-telling écrire en musique ses histoires. Cette compilation de 10 h de musique horsnorme a débuté en work-in-progress le 1er avril 2020 et depuis le 23 juin elle est dispo en téléchargement gratuit. Face A pour arrêter l’humanité et Face B pour continuer.

L’agit-prop de la pandémie

Affiches, autocollants et graffitis du monde entier, une liste d’œuvres d’art et de messages militants qui sont venus redécorer les rues désertes de nos villes en ces temps de crise sanitaire liée au Covid-19. Autant de messages passionnés qui prouvent que, plus que jamais, il n’y aura pas de retour à la normale.

Articles de la même thématique : Histoire des luttes

Les Martyrs de Chicago - aux origines du 1er mai

Le 1er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200 000 travailleurs américains d’obtenir la journée de huit heures. Mais d’autres, moins chanceux, au nombre d’environ 340 000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder.
Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester, à Chicago. Une marche de protestation a lieu le lendemain et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait une quinzaine de morts dans les rangs de la police.