[Montceau] Grève des aides à domicile pour les fêtes



Appel à la grève des aides à domicile de Montceau pendant les fêtes.

Le syndicat CGT de l’association Apalib-Domisol Montceau appelle les aides à domicile qui y sont employées à faire grève les 24 et 25 décembre. Leur objectif est de demander une prime Covid à hauteur de celle octroyée par l’agence régionale de santé aux aide-soignant(e) s de l’association.

Le 13 novembre dernier, elles ont travaillé en noir avec l’inscription "en grève" sur leurs vêtements. Elles appellent à profiter de leurs familles pour les fêtes à défaut de prendre soin de celle des autres 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Elles demandent une prime Covid pour les aides à domicile et auxiliaires de vie sociale d’un montant et selon les conditions de versement équivalents que celle versée aux aides-soignantes de l’association par l’Agence Régionale de Santé. Le Département, qui a la charge des services d’aide et d’accompagnement à domicile, a voté le versement d’une prime de 1 000 € pour les aides à domicile à temps plein et d’un montant calculé au prorata pour les salariés travaillant à temps partiel alors que l’ARS a octroyé 1 500 € aux aides-soignantes de la structure et ce quel que soit le volume d’heure effectué.

Le syndicat explique dans son communiqué : « Ainsi une aide à domicile « auxiliaire de vie » qui effectue des toilettes à domicile présente sur toute la période en contrat - NDLR : 1er mars - 30 avril - à temps partiel de 110 heures percevra 725 € de prime alors qu’une aide-soignante qui effectue le même travail aura perçu 1 500 € ». Il ajoute : « Le Département doit attribuer une prime quel que soit le volume d’heures travaillées et notre direction doit faire un geste en l’augmentant ».

La CGT Apalib-Domisol Montceau demande également l’application de l’avenant 43 négocié par la Branche de l’Aide, de l’Accompagnement et des Soins à Domicile et portant sur la revendication des grilles de salaires. Cet avenant a fait l’unanimité entre organisations syndicales et employeurs mais n’a pas obtenu l’agrément ministériel. « Nos salaires n’ont pas évolué depuis 11 ans, or une revalorisation des grilles serait la bienvenue dans un secteur qui peine à recruter ».



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »