Grèves et blocages dans le secondaire en Bourgogne Franche Comté



Des mouvements de grève et de blocages ont eu lieu dans plusieurs établissements de BFC durant cette semaine pour dénoncer les conditions de reprise des cours et l’incohérence des protocoles sanitaires. Une intersyndicale appelle à la « grève sanitaire » pour mardi 10 novembre.

Besançon

Mardi 3 novembre au matin, 200 lycéens bloquaient l’entrée principale du lycée Pasteur à Besançon. La mobilisation semble émergée principalement de l’incohérence entre un reconfinement qui ampute la vie sociale d’un côté et l’absence d’adaptation de l’organisation au sein des établissements scolaires de l’autre.

Source : CGT Addsea

PNG - 2 Mo

_

Beaune

Depuis lundi 2 novembre, une partie du personnel est en grève au lycée Marey à Beaune. "Leur objectif : dénoncer la mise en place du nouveau protocole sanitaire jugé « insatisfaisant » et obtenir, entre autres, « une limitation des effectifs au sein de l’établissement."

Lire leur communiqué

_

Auxerre

Un mouvement de grève a débuté mercredi 4 novembre et devait se prolonger le jeudi dans le collège Paul Bert.
Un extrait de leur communiqué :
« Nous exigeons, de réelles mesures de protection, pour les élèves, pour leurs familles et les personnels.
Nous exigeons le recrutement des personnels nécessaires à la prise en charge pédagogique et à la sécurité des élèves.
Nous n’accepterons pas d’être sacrifiés à la préservation de l’économie. »

*

Par ailleurs, il semblerait que la tension monte dans différents établissements de l’Yonne comme dans le Puisaye, où un enseignant et représentant du syndicat Sud-Éducation évoque une "situation apocalyptique".

Source : france 3 bourgogne

_

Cuiseaux

À Cuiseaux, en Saône-et-Loire, c’est l’ensemble des professeurs qui s’annonçaient en grève jeudi 5 novembre.
"L’ensemble des enseignants et enseignantes du collège de Cuiseaux sera en grève jeudi. Ils.elles ont pu en effet constater lundi l’absence de mise en place du protocole sanitaire renforcé tant vanté dans les médias par le ministre Blanquer et notre rectrice.
La direction du collège avait proposé une réorganisation du temps scolaire afin renforcer la protection sanitaires des élèves et des personnels, tout en permettant la continuité pédagogique, via une alternance en demi groupe chaque semaine. Ce dispositif a été refusé par les services départementaux de l’académie au titre que « le principe de scolarisation primait sur le principe sanitaire."

Lire leur communiqué

_

Sur proposition du SNES-FSU, une intersyndicale appelle à la "grève sanitaire" à l’échelle nationale, le mardi 10 novembre. Les revendications portent notamment sur une réorganisation générale dans les établissements, notamment à un "passage à un fonctionnement en demi-groupe", à l’aménagement des épreuves du BAC et au recrutement de personnels nécessaires pour assurer la mise en place d’un protocole sanitaire cohérent.

Source : site SNES-Fsu



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Collège

Un enfant qui ne va pas à l’école, c’est … extraordinaire !

En France, il y a quelques milliers d’enfants et de parents qui n’ont toujours pas trouvé de bonne raison de se/les soumettre à l’instruction linéaire et formelle de l’éducation nationale. Ils et elles exercent leur droit à la liberté d’instruction inscrite dans toutes les déclarations relatives aux droits humains et dans notre Constitution française.

Articles de la même thématique : Lycée

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

La CGT Educ’action de l’académie de Dijon apporte son soutien au mouvement lycéen

Depuis le début de la semaine des actions ont eu lieu au lycée polyvalent Henri Vincenot (Louhans, 71), au lycée polyvalent Jean-Joseph Fourrier (Auxerre, 89), au Lycée Niepce-Balleure (Chalon, 71). Elle s’inscrivent dans le cadre d’un mouvement national pour l’annulation ou l’aménagement des épreuves du bac cette année.