Insultes racistes pendant Dijon-Amiens : les Lingon’s Boys condamnent



« Nous tenons à réaffirmer que le racisme est un fléau qui n’a ni sa place dans un stade, ni à nul autre endroit de la société. »

Communiqué faisant suite aux incidents survenus lors de Dijon - Amiens

Nous souhaiterions revenir sur ce qu’il s’est passé hier (vendredi 12 avril 2019 ndlr) au stade Gaston-Gérard lors du match opposant le Dijon FCO à l’Amiens SC. En effet, vers la 78ème minute, le jeu a été arrêté quelques minutes car le joueur d’Amiens Prince Gouano s’est plaint d’insultes racistes venues de la Tribune Nord. Sur le coup, personne n’a compris ce qu’il s’est passé, le public poussait fort son équipe dans ces dernières minutes et personne autour de nous n’a entendu la moindre insulte. C’est lors de l’annonce du speaker que nous avons appris la nouvelle.

Dans notre groupe, et plus généralement dans notre tribune, nous avons toujours prôné une ouverture totale envers les autres. Nous avons toujours accueilli chaleureusement les gens, nous avons toujours chéri les joueurs qui portent notre maillot, quelle que soit leur couleur de peau, leur origine ou leur religion. Nous tenons à réaffirmer que le racisme est un fléau qui n’a ni sa place dans un stade, ni à nul autre endroit de la société. Nous avons toujours été une tribune comopolite, fière de l’être et nous continuerons de l’être. Le football doit rester ce sport qui unit magnifiquement les gens, quelles que soient leurs origines, quelles que soient leur classe sociale.

Sans ambiguïté, nous condamnons de la manière la plus ferme le racisme et les discriminations sous toutes ses formes.

Le nom de notre club, de notre ville et de notre tribune est aujourd’hui sali et cela nous affecte très profondément. Une enquête est en cours et déterminera si ces cris ont eu lieu et d’où ils venaient. Nous laissons donc la justire faire son travail.

Ne cédons ni au racisme, ni à la haine, ni à la stigmatisation de tout un club.

JPEG - 195 ko

Vendredi, à la fin du match, Prince Gouano expliquait au micro de beIN Sports :
“On est au XXIe siècle, c’est inadmissible. J’ai marqué le coup en demandant d’arrêter le jeu. On est tous égaux, on est tous des êtres humains”, a expliqué Prince Gouano au micro de BeIn Sports après le match. “J’ai entendu des bruitages de singe (...). Je me suis retourné et effectivement il y avait un monsieur qui regardait dans ma direction et qui continuait”.
La Ligue de Football Professionnel a annoncé que la personne à l’origine de ces cris avait été identifiée et interpellée. Ce supporter, agé de 22 ans et habitant à Dijon a nié les faits. Il est poursuivi pour “provocation publique à la haine ou à la violence, en raison de l’origine ou la prétendue race, par paroles ou images” et “provocation à la haine ou à la violence lors d’une manifestation sportive”. Il a été placé dimanche 14 avril sous le statut de témoin assisté, échappant pour le moment à une mise en examen, contrairement à ce que requérait le parquet.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Racisme

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.

Samedi 19 mars : Contre le racisme, solidarité !

A l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, vingt organisations de Côte-d’Or vous donnent rendez-vous le samedi 19 mars, de 14h à 16h, place Darcy à Dijon.

Articles de la même thématique : Supporters / Ultras

Sochaux : quand le RN cherche encore le buzz...

Agressions verbales, humiliations, provocations, réseaux GAFAM, médias dominants, malhonnêteté intellectuelle, bassesse intellectuelle, buzz morbides, lâcheté, protection policière, mépris social, marché de noël et photos sexys, Julien Odoul utilise toutes les méthodes de la bourgeoisie pour exister. Ce startupeur d’extrême droite est venu vendredi soir au Stade Auguste Bonal pour provoquer encore une fois notre population et montrer par la même occasion son statut social : sous-bourgeois.

En Algérie, les stades contre le pouvoir

Une longue tradition de contestation. « Plusieurs chants des supporteurs des clubs de la capitale sont désormais repris par l’ensemble des manifestants. »