Intrusion à la Pitié-Salpetrière : des témoignages qui démontent la version de la Préfecture de Paris

Après l’emballement médiatique pour décrier les manifestant·es du 1er mai parisien, Paris-Luttes.Info a centralisé une dizaine de témoignage qui attestent une toute autre version que celle de la Préfecture.

Toute la classe politique est unanime : des manifestants ont tenté d’entrer en force dans une unité de réanimation de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pendant la manifestation du premier mai. Pour Castaner et compagnie, il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’un acte prémédité et d’une tentative de nuire au service hospitalier. C’est évidemment faux, mais le pouvoir n’en est pas à son premier mensonge et ce n’est pas la première fois que le pouvoir joue sur la corde affective pour criminaliser les mouvements sociaux :

  • Le 14 juin 2016, lors de la plus grosse manifestation contre la Loi travail, la devanture de l’hôpital pour enfants Necker est dégradée. Cet acte isolé (et accidentel) sera monté en épingle afin de condamner l’ensemble des manifestants, ceux-ci étant accusés d’avoir « dévasté l’hôpital Necker » par cet imbécile de Manuel Valls.
  • Le 11 février 2017, pendant les manifestations qui demandaient justice pour Théo, victime d’un viol policier, la préfecture a sorti un gros mytho pour essayer de retourner l’opinion : les manifestants auraient tenté de brûler vive une famille dans une voiture. Évidemment complètement faux mais plus c’est gros, plus ça passe, ça avait fait la une des journaux avant d’être démenti.

Sur cette nouvelle intox à propos de la Salpêtrière, le site Paris-luttes.info a recueilli une dizaine de témoignage qui démonte la version policière, et décrivent plutôt une situation où les manifestant·es auraient été chargé et gazé par la police, à tel point qu’ils et elles n’avaient plus aucune autre échappatoire que l’hopital. Un scénario de terreur qui n’est pas sans rappeler l’acte 21 dijonnais, au cours duquel des centaines de personnes ont été contraintes de traverser une voie ferrée à l’aveugle et sous les gaz...

Retrouvez tous les témoignages :

Des témoignages sur l’intox de la préfecture à propos de l’intrusion à la Pitié-Salpêtrière

Toute la classe politique est unanime : des manifestants ont tenté d’entrer en force dans une unité de réanimation de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pendant la manifestation du premier mai. Pour Castaner et compagnie, il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’un acte prémédité et d’une tentative de nuire au service hospitalier. C’est évidemment faux, mais le pouvoir n’en est pas à son premier mensonge…



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias libres

Dijoncter, les dessous de la modé

Dijoncter.info est un site participatif animé par une équipe de modération. Mais au fait... Ça consiste en quoi la modération ?

Dijoncter Papier #3 est sorti !

Dijoncter Papier #3 vient de sortir des presses ! Si vous voulez savoir où le trouver, combien il coûte ou lire l’édito avant de l’avoir en main, cet article est pour vous.

Articles de la même thématique : Violences policières

Manifestive en Hommage à Steve

Plus personne ne peut le nier : la police brutalise, mutile, tue. Le drame de la Fête de la musique de Nantes en 2019, qui a coûté la vie à un jeune fêtard, nous a rappelé à cette odieuse réalité. Parce que nous voulons continuer à danser la tête haute où nous voulons et quand nous voulons, nous appelons à rejoindre la prochaine Manifestive Dijonnaise le Samedi 19 Juin 2021 à 14h place de la République à Dijon.

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !