« Je ne suis pas blonde moi » : Julien Odoul est toujours aussi stupide



L’idiot qui sert de représentant au Rassemblement National en Bourgogne-Franche-Comté s’est encore distingué par une sortie sexiste lors d’un débat télévisé.

Julien Odoul, tête de liste RN aux régionales, s’est encore distingué par son sexisme et sa beauferie.
Mardi soir, il participait à un débat sur l’insécurité dans l’Essonne, sur LCI, en présence de Florence Portelli (LR), vice-présidente du conseil régional d’Île-de-France.

Alors que cette dernière répétait une phrase, pensant qu’Odoul ne l’avait pas compris, celui-ci l’a interrompue d’un « je ne suis pas blonde moi ». La phrase a évidemment fait réagir, notamment sur les réseaux sociaux, où Odoul a été critiqué par des élu·es de tous bords.

Il semble cependant assumer ses propos puisqu’il s’est contenté de dénoncer une « polémique stérile » et de ramener le problème du sexisme au harcèlement de rue et à l’islam.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rassemblement national

[Besançon] Steven Fasquelle, dernier des mohicans Lepéniste

Responsable des jeunes lepénistes et assistant parlementaire, Steven Fasquelle avait tout pour briller. Il ne lui manquait que la compagnie de ses ex-camarades du RN, presque tous partis chez Zemmour. Qu’à cela ne tienne, l’épopée militante s’est poursuivie à travers la Cocarde Étudiante. Pour le meilleur, et surtout le pire. Connivences néonazies, agressions politiques, symboles suprématistes... jusqu’où le cadre a t-il fermé les yeux sur ses compères ?

[Besançon] Itinéraire d’Etienne M., second mis en cause d’un vandalisme raciste

Deux individus seront prochainement renvoyés devant le tribunal de Besançon, après avoir reconnu leur participation au vandalisme raciste d’une statue de Victor Hugo le 21 novembre dernier. Sans surprise et malgré les réserves du parquet, les suspects s’avèrent être des membres notoires de l’extrême-droite locale. Focus sur Etienne M., double zélé de cette affaire comme du milieu.

Une ancienne élue RN fait la promotion de bataillons pro russes

Un ruban de Saint-Georges au milieu du parebrise, 4 autres autocollants qui font la promotion de bataillons militaires pro russes ou de la région séparatiste de Donetsk et une cocarde tricolore « Conseil Régional » trônent bien visible sur le bord de la voiture de Karine Champy...

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Besançon] Harcèlement d’élues EELV par l’extrême-droite

Depuis plusieurs semaines, des élues Europe Écologie Les Verts dénoncent des vagues de harcèlement en ligne à caractère sexiste et raciste. Derrière ces injures et menaces, des groupes d’extrême-droite, particulièrements rodés à ce genre d’exercice, agissent dans une impunité totale.