« Je ne suis pas blonde moi » : Julien Odoul est toujours aussi stupide



L’idiot qui sert de représentant au Rassemblement National en Bourgogne-Franche-Comté s’est encore distingué par une sortie sexiste lors d’un débat télévisé.

Julien Odoul, tête de liste RN aux régionales, s’est encore distingué par son sexisme et sa beauferie.
Mardi soir, il participait à un débat sur l’insécurité dans l’Essonne, sur LCI, en présence de Florence Portelli (LR), vice-présidente du conseil régional d’Île-de-France.

Alors que cette dernière répétait une phrase, pensant qu’Odoul ne l’avait pas compris, celui-ci l’a interrompue d’un « je ne suis pas blonde moi ». La phrase a évidemment fait réagir, notamment sur les réseaux sociaux, où Odoul a été critiqué par des élu·es de tous bords.

Il semble cependant assumer ses propos puisqu’il s’est contenté de dénoncer une « polémique stérile » et de ramener le problème du sexisme au harcèlement de rue et à l’islam.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rassemblement national

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.

Le buste d’Henriette de Crans vandalisé : Une violence faite à toutes les femmes !

Henriette de Crans fut la première femme condamnée pour sorcellerie et à avoir été brulée vive à Besançon. Le 20 novembre dernier, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes un buste à son effigie a été inauguré par la maire de Besançon. Dans la nuit de lundi à mardi, cette statue a été vandalisée. Plusieurs croix gammées ont été retrouvées à proximité de la statue.