Journée nationale du monde de la petite enfance mardi 14 janvier 2020

Le mardi 14 janvier 2020, un mouvement de grève national va entraîner des perturbations dans le fonctionnement des établissements de la Petite enfance partout en France. Si vous êtes concernées vous pouvez faire grève, on vous explique comment.

Nous ne connaissons pas encore l’ampleur de ce mouvement. Toutefois, les parents sont d’ores et déjà inviter à prendre des dispositions dans le cas où ce mouvement serait suivi dans l’établissement d’accueil des enfants.

Le collectif Pas de bébés à la consigne regroupe une cinquantaine d’associations et s’est créé en 2009 pour défendre un accueil de qualité pour les jeunes enfants, en structures collectives et en accueil individuel. Quatre organisations syndicales ont déposé un préavis de grève ; la CGT des services publics, la CGT santé et action sociale ainsi que la CFDT Interco et le SNUTER-FSU. Un rassemblement est prévu le mardi 14 janvier 2020 à 10h00 devant la Préfecture (53 Rue de la Préfecture, 21000 Dijon).

Comment participer à une grève nationale ou locale ?

Si vous êtes dans établissement de la fonction publique, un ou plusieurs syndicats ont déposé un préavis de grève nationale qui vous couvre. Si vous êtes dans une structure /établissement à statut privé ou associatif : il n’y a pas de nécessité de préavis proprement dit. Par contre, pour se mettre en grève, il y a néanmoins quelques règles à respecter :

Il est obligatoire de présenter des revendications !

‐ soit un syndicat dépose une annonce de grève rappelant les revendications au niveau national pour le secteur et/ou la/les professions concernées,

‐ soit dans votre établissement vous faites un écrit à votre employeur/DRH (à envoyer par courrier postal ou électronique) qui reprend les revendications du collectif en ajoutant des éléments qui font le lien avec votre établissement.

Par exemple :

“Nous, salarié.e.s (EJE, puéricultrices, auxiliaire de puériculteurs…) de …. (établissement), nous nous sentons directement concerné.e.s par l’ordonnance petite enfance dans le cadre de la loi ESSOC.
Notamment le risque de voir s’accroître les possibilités d’accueil en surnombre, les dérogations de surface qui inscriraient dans la loi des conditions d’inégalité d’accueil selon les territoires, la non généralisation des temps d’analyse de pratiques qui sont un indispensable à la qualité d’accueil des enfants et de leurs familles. Nous sommes pour une politique ambitieuse de la petite enfance qui reconnaisse et valorise nos professions et prenne en compte la part de pénibilité de nos métiers.

Nous craignons que les arbitrages rendus par le gouvernement aient des conséquences importantes sur la qualité d’accueil et sur nos conditions de travail au quotidien, y compris …. (dans notre établissement).

Pour ces raisons, nous avons décidé de nous mettre en grève …………. (date) et de participer au mouvement engagé par le collectif “Pas de bébés à la consigne” (joindre le tract du collectif).”

S’il y a des revendications spécifiques dans l’établissement (dans l’association et/ou “l’entreprise”), vous pouvez compléter en les mentionnant (dans ce cas ces revendications devraient être suivies de négociations en interne).

Dans les départements et les villes, des structures syndicales interprofessionnelles existent et peuvent donner des conseils ou un coup de main supplémentaire. Les adresses de ces Unions locales ou départementales se trouvent sur les sites des syndicats.

Un rassemblement est prévu le mardi 14 janvier 2020 à 10h00 devant la Préfecture.


P.-S.

Pour d’autres infos sur le droit du travail : https://www.cidtd.fr/


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droit du travail

Alerte Canicule : Quels sont mes droits au travail ?

La température monte. Travailler dans une ambiance surchauffée devient pénible, voire dangereux. Si les météorologues ne parlent pas strictement de canicule ces prochaines semaines (Il faut au minimum 72 heures durant lesquelles les températures se montrent anormalement élevées), au dessus de 34° les employeurs ont des obligations et les salarié.es des droits spécifiques. Quels sont ses droits ?

[En images] La manifestation pour les soignant·es du 16 juin

Plus de 2000 personnes dans les rues de Dijon ce mercredi 17 juin pour exiger des moyens, plutôt que des médailles !

Répression syndicale : Rassemblement pour soutenir une syndicaliste d’Enedis

Une employée d’Enedis, syndicaliste élue au CSE, est convoquée en conseil de discipline mercredi 17 juin. Elle est accusée de « pourrir » l’ambiance au sein de son service et de « harceler » ses collègues, et risque un licenciement. Ses camarades de la CGT Énergies 21 appellent à un rassemblement de soutien.

Articles de la même thématique : Services publics

Fermeture de classe à l’école Champollion des Grésilles ?

L’éducation nationale prévoit de fermer une classe dans l’école champollion aux Grésilles.
Les institutrices et les parents d’élève se retrouvent devant l’école jeudi 25 juin à 16h05.

De l’irresponsabilité des dirigeants à la nécessité de s’insurger.

Alors que la pandémie du Covid-19 ne semble presque pas faiblir dans la quasi totalité du monde, les dirigeant-e-s politiques et économiques, européens commencent à prendre conscience que sans un Hôpital public avec des vrais moyens, il est impossible de lutter efficacement contre ce virus, et ceux qui suivront plus tard.

Clip « La psychiatrie en détresse »

Face au manque de moyens, aux restrictions budgétaires et au projet de privatisation d’un service à Lons-le-Saunier, le personnel du CHS Dole Saint-Ylie se mobilise avec un clip qui résonne aussi pour l’ensemble du secteur de la santé, du médico-social et du social victime des politiques d’austérité.