L’étude sur l’exceptionnelle biodiversité des berges du Suzon va-t-elle permettre d’annuler le projet Venise-2 ?



Le Maire de Dijon s’apprête à présenter les résultats d’une étude faune-flore menée sur le terrain du projet Venise-2. Nous ne sommes pas dupes de cette manœuvre, moyen de gagner du temps, tout en endormant les Dijonnaises et les Dijonnais, et nous pouvons déjà craindre que les résultats de l’étude ne remettront pas en cause le projet immobilier.
Décryptage.
Communiqué du 20 mars 2024 du Collectif Sauvons les berges du Suzon

Retour sur le feuilleton des études

Que ce soit en réunion de Conseil municipal, en réunions publiques ou via les réseaux sociaux, à plusieurs reprises fin 2022, le Maire de Dijon a été sommé de justifier de l’impact du projet immobilier Venise-2 sur le dernier espace naturel au nord de Dijon, d’une surface de 3 hectares et comportant une importante ripisylve pour le Suzon.

Le 1er décembre 2022 en réunion publique, puis le 5 décembre 2022 au Conseil municipal, il a assuré qu’il ne délivrerait pas le permis de construire avant d’avoir le résultat « des études complémentaires pour envisager plus précisément les effets environnementaux du projet ».

Rappelons qu’il a menti sur ce point , puisque le permis a été accordé le 23 janvier 2023, donc avant le rendu des fameuses études et sans comporter d’étude sur l’impact de la bétonisation du site.

Ce sujet des études est revenu dans l’actualité en janvier 2024, tout d’abord lorsque la première adjointe a répondu aux questions posées par les riverains de Venise-2 lors des réunions publiques dans les quartiers, leur assurant qu’une "étude faune-flore 4 saisons" avait débuté en mars 2023.

Le Maire a confirmé cette étude en cours,lors des vœux de la Fédération régionale du BTP le 30 janvier 2024 : « Pour ce projet, on a décidé de faire une étude "faune-flore" pour savoir quelles seront les
conséquences qu’auront ces constructions sur un territoire qui est un peu à l’abandon. Cette étude faune-flore, elle prend 1 an. ».

Mais, pourquoi donc lancer une étude, alors que le permis de construirea déjà été accordé ?

Conclusion de l’étude

Il s’agit donc d’une étude "faune-flore", qui est réglementaire dans le cadre de projets soumis à étude d’impact, ce dont Venise-2 était pourtant dispensé.

Ce type d’étude, réalisée via un inventaire de terrain à des périodes différentes de l’année, propices aux diverses catégories d’espèces, vise à déterminer la présence d’espèces protégées au sens de la Directive européenne et du Code de l’environnement, pour lesquels il est interdit de détruire, de modifier ou de dégrader les habitats naturels.

Or, les bénévoles du collectif "Sauvons les berges du Suzon", aidés de naturalistes de plusieurs associations locales, ont déjà produit leur étude faune-flore sur le terrain.

Des inventaires sérieux, souvent réalisés sur plusieurs années, montrent que la RUBS recèle :

* 71 espèces d’oiseaux, dont 33 sont nicheurs,
* 3 espèces de chauves-souris,
* 8 espèces de coléoptères,
* 16 espèces d’orthoptères,
* 60 espèces de papillons : 55 espèces de papillons de jour (Rhopalocères) et 5 espèces de Zygènes, 7 espèces figurant sur la liste rouge des papillons menacés en Bourgogne.

Un article "Bilan du suivi en papillons de jour d’une zone semi-naturelle péri-urbaine sur les rives du Suzon, à Dijon (Côte-d’Or)" a d’ailleurs été publié en pages 119 à 130 du numéro 36 de la revue scientifique Bourgogne-Franche-Comté Nature.

En dépit d’un tel patrimoine naturel, que l’on peut qualifier de remarquable pour un milieu urbain, nous savons que la législation environnementale actuelle ne suffit pas à le préserver pour sa simple
valeur patrimoniale. D’où l’importance de la labellisation de "Réserve Urbaine de Biodiversité du Suzon" (RUBS) pardécret citoyen.

=> C’est pourquoi nous affirmons que l’étude demandée par la Mairie, payée aux frais du contribuable, concluera à l’absence d’enjeu de biodiversité et servira de prétexte à maintenir le projet d’urbanisation de ce havre de biodiversité.

Changer d’imaginaire sur la nature

Revenons au qualificatif du Maire, qui parle de la RUBS à ses amis bétonneurs comme d’un « territoire un peu à l’abandon ».

Quant à sa première adjointe, qui « connaît bien le quartier », elle affirme en réunion publique que « Personne aujourd’hui ne se promène dans cette zone. C’est que des ronces », oubliant au passage sa
signature de l’engagement de la Ville de Dijon, « Ambassadeur de la Stratégie Régionale pour la Biodiversité »

Voilà une vision passéiste de la nature en ville où seuls les espaces ayant subi l’intervention de l’Homme trouvent grâce aux yeux des décideurs !

Dès aujourd’hui, la biodiversité ordinaire est un enjeu fort : par leurs projets, les élu.e.s doivent accompagner les habitant.e.s vers une modification de l’imaginaire collectif sur la nature, désormais tourné vers une meilleure cohabitation et une plus grande compréhension du vivant.

Rappelons que, jusqu’en 2021, la prairie du Suzon bénéficiait d’un entretien annuel réalisé par fauchage tardif en septembre, permettant à la flore et aux insectes d’accomplir leurs cycles, tout en évitant au milieu de s’embroussailler au risque d’étouffer les fleurs et herbes. Cette opération a brusquement pris fin, à la faveur de la promesse de vente des terrains municipaux au promoteur de Venise-2.

A l’été 2023, les bénévoles de la RUBS ont fauché eux-mêmes la prairie, à l’aide d’outils manuels, sans moteur ni pétrole.

Avec la raréfaction des ressources et l’effondrement de la biodiversité, les enjeux des années à venir sont bien d’accompagner l’évolution de la nature vers une réconciliation de l’humain avec son milieu de vie.
A travers les mémoires produits par les avocats de la Ville dans les différents recours judiciaires contre le projet Venise-2, nous déplorons que l’exécutif de la Ville de Dijon est totalement incapable s’approprier cette nouvelle vision du monde. Les résultats de l’étude faune-flore pourraient-ils faire changer les choses ?

Collectif Sauvons les berges du Suzon

alerte-beton@riseup.net

https://www.facebook.com/100085552113599

Ressources et actualités de la RUBS



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Étalement urbain - artificialisation des sols

Programme perpétuel des Lentillères

Envie d’arreter le capitalisme ? De faire du pain ? Ou d’en apprendre plus sur les zappatistes, de faire du maraîchage, d’écouter un bon concert de punk, de réparer ton vélo, d’apprendre à conduire dans une auto-école buissonière ? Voici toutes les activités rejoignables du quartier libre des Lentillères ! Dans ce programme perpetuel de l’année 2024, les collectifs du quartier t’expliquent comment et pourquoi les rejoindre.. à toi de jouer !

Mairie de Dijon : les Illusionnistes de l’urbanisme

François Rebsamen fait marche arrière sur la destruction programmée du petit Verger de Larrey, au nom du besoin d’espaces de respiration en ville et du respect de la volonté des habitants. Habile tour de passe-passe destiné à détourner les regards du saccage à grande échelle des derniers espaces de nature en ville. Décryptage.

Articles de la même thématique : Biodiversité

Afforestation au bord de la Lino

Le dimanche 14 avril, une quarantaine de citoyens ont répondu présent à l’invitation de l’association Forestiers du Monde afin de planter 550 arbres et arbustes composés de 51 espèces sur un délaissé routier. Une action concrète et locale pour limiter le dérèglement climatique et favoriser la biodiversité. Un article provenant du site Dijon-écolo.

Soirée sur les semences

Soirée conviviale sur les semences ! Rencontre avec les associations Graine de Noé, La Graine et le potager, Du vert dans la ville & Conférence gesticulée de Stéphanie Felix : La graine, le concombre et le Monopoly.