Le 16 juin les soignants déconfinent leur colère !



Après 3 mois de mobilisation intensive du personnel hospitalier dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, il est temps de demander des comptes au gouvernement. La CGT et FO appellent à un rassemblement mardi 16 juin à 14h place de la Libération, pour dénoncer les dangers de la logique comptable et exiger de meilleures conditions de travail.

Communiqué de la CGT CHU Dijon

Tous en grève et dans la rue le mardi 16 juin Déconfinons nos colères !

On n’est pas des héros, on est des soignants, on a fait notre boulot et on exige les moyens de le faire correctement.

  • Les décideurs font des choix de classe : 5 milliards pour Renault, qui licencie, et rien pour les hôpitaux, des mots, du pipeau. C’est le contraire de ce que voudrait l’intérêt général de la population.
  • Y’en a marre des bas salaires, du manque de lits, du sous-effectif pendant que d’autres se gavent.
  • Pendant la crise covid, on a payé là, les fermetures de lits et suppressions de postes qu’on subissait depuis des années, et dont on savait qu’elles allaient nous mener à des catastrophes.
  • Ce n’est pas pour rien que les mouvements hospitaliers se succédaient, aux Urgences et ailleurs.
  • Là, à peine terminé l’afflux de cas, on a retrouvé les journées où on soigne les gens au lance-pierre, sans pouvoir prendre le temps de rien, avec la crainte de ne pas pouvoir tout faire, d’oublier quelque chose, de maltraiter les gens faute de temps.
  • Il manque du monde dans les services, et les arrêts maladie, covid ou non, s’ajoutent à la situation de sous-effectif.
  • La prime, on l’attend toujours ! Et ce qu’il nous faut ce sont des revalorisations de salaire,
    Ceux des infirmières sont au 26e rang mondial, mais les autres salaires sont pires !!
    Sans les primes il y a des ASH qui seraient en-dessous du smic.
  • Pas question de retrouver les injonctions à la « rentabilité », pas question qu’on recommence à nous mégoter les moyens, à nous dire qu’on coûte cher, à discuter taux d’occupation des lits comme dans l’hôtellerie...
  • Quant à la médaille, ça révolte tout le monde ! Alors découpez selon les pointillés (voir plus bas) et venez la jeter à la poubelle

le 16 juin à 14h place de la Libération.

Ensemble, exigeons :

Des augmentations de salaires de 300 euros pour tous
Des ouvertures de lits et du matériel
Des embauches en nombre pour répondre aux besoins et soigner la population correctement
JPEG - 92.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Hôpitaux

Grève et manifestation des sages-femmes

Pour la 4e fois cette année, les sages-femmes CFDT de Côte-d’Or seront en grève. Le 7 octobre, en soutien au mouvement de grève national, elles descendront dans la rue pour défendre leur profession. Mais leur colère dépasse de simples revendications personnelles ou locales. Car des conditions de travail des sages-femmes dépendent le bien-être des femmes qu’elles prennent en charge.