Les avocats reconduisent la grève, rassemblement le 12 mars

Réunis ce jeudi 5 mars en assemblée, les avocats du barreau de Dijon ont décidé de reconduire la grève contre la réforme des retraites. Ils appellent par ailleurs à un rassemblement devant le Palais de Justice jeudi 12 mars.

Communiqué intersyndical dijonnais

SAF, UJA, CGT Chancelleries & Services Judiciaires, Syndicat de la MAgistrature, SDGF-FO, USM, ACE

Depuis deux mois, les avocats sont entrés dans un mouvement de résistance face à la réforme de leur régime des retraites qui, si elle devait entrer en vigueur, impacterait le fonctionnement du service public de la justice.

Nous, personnels de greffe, magistrats et avocats du ressort des juridictions dijonnaises, souhaitons rappeler que ce mouvement légitime n’est en rien, comme le soutient le gouvernement, la cause d’une dégradation du fonctionnement du service public de la justice.

Nous dénonçons conjointement l’indigence des moyens de la justice dans notre ressort.

Nous faisons tous le constat d’une justice à bout de souffle, sous dimensionnée, et qui ne repose que sur notre abnégation, et ce depuis de trop nombreuses années.

Cette situation est accentuée par des réformes successives, élaborées dans la précipitation, sans concertation no moyens suffisants pour les mettre en oeuvre dans les juridictios, créant ainsi de nombreux disfonctionnements.

Confrontés à une mobilisation exceptionnelle des avocats, qui ne demandent comme nous tous qu’à pouvoir remplir leurs missions, le gouvernement se contente de les pointer du doigt au lieu de donner à la justice les moyens dignes d’un État de droit, au détriment des justiciables.

Nous devons rester unis dans le combat contre la réforeme des retraites et pour une justice digne de ce nom.

C’est pourquoi, nous, organisations signataires dijonnaises, invitons à un rassemblement unitaire et solidaire devant le Palais de Justice de Dijon le 12 mars 2020 à 11h45.

La lutte sur tous les fronts

Depuis le 18 février, la mobilisation des avocats passe aussi par une liste aux élections municipales de Dijon (« Nous ne battrons pas en retraite »), menée par Me Gavignet. Ils souhaitent ainsi porter le sujet de la réforme des retraites dans cette élection locale.
Les membre de l’Union des Jeunes Avocats ont par ailleurs publié un clip contre la réforme...

Dans la continuité des diverses et multiples actions que nous avons entreprises, nous souhaitions marquer le coup une nouvelle fois en mettant en scène le célèbre Eugène et ses compères.

Ce clip 100 % UJA est le support d’une chanson intitulée « Ma Si Belle Profession ». Nous avons modestement enregistré ce titre en reprenant les accords et l’air de la chanson « Hénin-Beaumont » de l’artiste française Gauvain Sers.

Nous espérons sincèrement que ce clip et cette musique vous seront sources de jouissance même si l’actualité ne pousse pas tellement à la réjouissance.

Le cas échéant, nous vous invitons à diffuser et partager massivement le fruit de notre dur labeur.

Enfin, nous souhaitons remercier les personnes impliquées dans ce projet :

  • Guitares : Alexandre JAFFEUX ;
  • Paroles : Thomas TISSANDIER ;
  • Chant (par ordre d’apparition) : Paul BROCHERIEUX, Thomas TISSANDIER, Alexandre JAFFEUX et Virginie NUNES ;
  • Réalisation : Alexandre JAFFEUX ;
  • Acteurs (par ordre d’apparition) : Paul BROCHERIEUX, Claire de VOGÜE, Thomas TISSANDIER, Marie CHAGUE-GERBAY, Alexandre JAFFEUX, Virginie NUNES, Inès PAINDAVOINE et Sarah FOUCHER (sans oublier Eugène et cie).


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.

Après le café serré, l’a(u)ddition

Récit de la journée de mobilisation du 12 mars 2020 à Chalon, contre la retraite par points, Macron, et son monde.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.