« Violences » pendant les manifestations : les Tanneries répondent à MM. Bourguignat et Bichot

Réponse des différents collectifs de l’espace autogéré des Tanneries aux accusations des élus de droite Laurent Bourguignat et Emmanuel Bichot. Dimanche 9 juin ceux-ci ont, dans deux communiqués publiés dans le Bien Public, accusé les Tanneries d’être à l’origine des dégradations ayant eu lieu pendant l’acte 30 des gilets jaunes.

Communiqué des différents collectifs investis aux Tanneries suite aux accusations et allégations sans fondement de Laurent Bourguignat et Emmanuel Bichot relatifs aux manifestations du samedi 8 juin dans le centre ville de Dijon.

Nous tenons à pointer plusieurs inepties dans les communications de ces 2 responsables politiques qui semblent ne pas bien savoir de quoi ils parlent tant leur discours est truffé d’allégations fausses et diffamatoires.

Pour commencer, les Tanneries 2 ne sont plus un squat, comme le dit Laurent Bourguignat. C’est par contre toujours un espace auto géré : beaucoup de sensibilités cohabitent dans ce lieu et chacun.e est libre de s’exprimer et intervient, lors d’un processus démocratique, dans la gestion du lieu.

Dans le courrier du même Laurent Bourguignat, « les black blocks » sont cités comme un groupe qui serait constitué. Nous lui rappelons ici que les BB ne sont pas des groupes, mais une forme d’action. Nous lui conseillons vivement de chercher un peu la définition exacte sur Internet. Cela devrait l’éduquer.

Quand à ses allégations à peine voilées qui sous-entendent que les casseurs viendraient de chez nous, nous lui demandons expressément de fournir les preuves indiscutables de ce qu’il avance au risque que ses propos puissent être taxés de diffamation.
A notre sens, les casseurs, viennent de partout, de la droite comme de la gauche, des villes comme des campagnes et des usines comme des hôpitaux. Nous ne pensons pas qu’ils aient un refuge de prédilection où ils se regrouperaient avant d’agir…

Nous n’avons pas envie de passer trop de temps à décrypter les discours nébuleux et d’une rare bêtise de ces deux personnes mais plutôt de repréciser ce que l’on fait ici et où nous nous situons en terme de pensée et d’actions.

Nous défendons le bien commun bien plus que ces personnes qui, à part vitupérer dans la presse, ne font pas grand chose pour celui-ci.

Nous créons des AMAP afin d’offrir un service de consommation locale équitable, nous aidons les migrants en difficulté, nous proposons une offre de services culturels à bas prix pour que tou.te.s y aient accès, nous créons des liens forts avec des ressortissants d’autres pays, nous organisons des conférences qui ont pour buts avoués de partager les connaissances. Bref, encore une fois, nous oeuvrons pour le bien commun. Et vous ? Que faites vous ?

[GJ Acte XXX] Tout le nord-est à Dijon !

Pour leur 30e samedi de manifestation consécutif, les gilets jaunes dijonnais avaient lancé un appel à leurs homologues de tout le nord-est. Une manifestation tendue, pendant laquelle ils ont pu montrer que leur détermination reste intacte.

14 juin

Politiquement maintenant, nous défendons des valeurs humanistes. Nous dénonçons le sexisme, l’homophobie, la transphobie, le racisme et d’une manière générale toutes les stigmatisations et toutes les violences, y compris celles de l’État. Nous défendons les solidarités de toutes natures : entre les générations, les peuples, les genres et beaucoup d’autres. Mais peut-être que ces valeurs ne sont pas les vôtres et que vous estimez que combattre pour ces causes n’est pas juste ? Peut-être, puisque vous semblez tellement épris de justice, devriez-vous vous attaquer à de vraies causes qui bénéficieraient à l’ensemble de manière massive ? Non ? Trop difficile ?

Pour être très clairs, nous soutenons évidemment le mouvement des Gilets Jaunes qui exprime une juste colère du peuple envers vos semblables qui ne font que s’exprimer depuis un endroit confortable, bénéficiant de mannes financières acquises, justement, grâce au bien commun.
Ce mouvement est lui aussi composé de différentes sensibilités politiques que nous ne cautionnons pas toutes mais nous adhérons à l’idée générale d’une opposition citoyenne qui s’exprime.

Alors Messieurs, ne nous parlez pas de bien commun quand vous n’avez pas même un échantillon sur vous de cette notion qui, nous, nous tiens à coeur et que nous défendons de manière totalement désintéressée depuis 20 ans. Le bien commun n’est pas une vitrine de commerçant, ça c’est le bien privé. Le bien commun, c’est oeuvrer pour plus d’égalité, d’accès à la connaissance, de culture et d’humanité . Toutes ces notions dont vous avez perdu le mode d’emploi et que vous devriez prioriser dans vos actions et discours plutôt que de vous aigrir à chercher des responsables aux situations que vous et vos semblables avez générées.

Pour finir, nous réaffirmons ici que le public des Tanneries forme selon nous une image juste de la société. Nos adhérent.e.s viennent de partout, de toutes les classes sociales et de toutes les CSP avec pour lien commun les valeurs que nous avons énoncées plus haut. Votre discours réducteur ne fait que cliver encore et encore et n’a pour but, comme à vos habitudes, que de dresser des catégories de populations les unes contre les autres. Nous défendons tout le contraire. Ne vous en déplaise.

Les collectifs de l’espace autogéré des Tanneries.

Lisez aussi l’édito de janvier, en réponse à la Préfecture :

[Janvier 2019] Personne ne nous a attendu pour exprimer sa colère

Ce mois-ci, l’édito des Tanneries est une lettre adressée au préfet en réponse aux diverses références à la « mouvance anarcho-libertaire ».

29 janvier


Proposer un complément d'info

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Gilets Jaunes Acte 44