[Limoges] Libération de l’inculpé dans l’affaire de la caserne Jourdan

S. inculpé dans l’affaire de l’incendie des véhicules de gendarmerie de la caserne Jourdan à Limoges est sorti le 8 avril 2019 sous assignation à résidence en surveillance électronique (ARSE).
L’enquête est toujours en cours. La fin des investigations est estimée à 6 mois.

Le 27 mars 2019, après un an de détention provisoire, a eu lieu l’audience de renouvellement du mandat de dépôt criminel de S. devant la Juge des libertés et de la détention de Limoges.

Cette dernière a refusé de le remettre immédiatement en liberté sous contrôle judiciaire, jugeant la mesure pas assez contraignante et préférant attendre qu’un bracelet électronique puissent être posé, ce qui n’était possible techniquement que le 9 avril selon l’enquête de faisabilité du service pénitentiaire d’insertion et de probation d’Amiens. Elle a donc renouvelé le mandat de dépôt de 6 mois. Ce n’est donc que quelques jours plus tard, le 8 avril 2019, suite à une demande de mise en liberté que S. a été libéré sous bracelet électronique. Il est assigné à résidence sous surveillance électronique à Amiens pour une durée de 6 mois renouvelable.

Le temps effectué sous bracelet électronique compte comme de la prison.

Il a le droit de sortir de son domicile uniquement le matin de 8 h 45 à 13 heures et doit signer deux fois par semaine au commissariat. Il a interdiction de sortir du département de la Somme. Il a interdiction d’entrer en relation avec trois personnes dont les deux de Toulouse qui avaient été mis en garde à vue en même temps que lui le 27 mars 2018. L’enquête est toujours en cours. La fin des investigations est estimée à six mois. Une commission rogatoire de personnalité est notamment en cours. Elle consiste à convoquer à la gendarmerie des proches de S. pour leur poser des questions sur sa personnalité.


Voir en ligne : Libération de l’inculpé dans l’affaire de la caserne Jourdan


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.