Marche des Solidarités - Récit de l’étape Nuits - Dijon

De Nuits St Georges à Dijon, à toute allure et dans la bonne ambiance - récit d’une étape sous escorte policière, des percus qui résonnent au milieu des vignes, des marcheur.euses sans papiers qui croisent des voitures luxueuses et une préfecture qui reste silencieuse.

Il reste 9 jours avant la capitale, Paris, l’Elysée, l’objectif final !

“On veut une réponse Monsieur Macron”.

Après deux grosses mobilisations restées sans réponse au printemps 2020, une coodination d’organisations de sans-papiers a décidé de parcourir le territoire français et d’aller chercher réponse à leurs revendications au plus haut lieu du pouvoir, l’Elysée.

  • Régularisation des sans papiers
  • Fermeture des CRA
  • Logement pour toutes et tous

Parti.es de Marseille le 17 octobre, la marche du Sud a parcouru déjà de nombreuses étapes avant d’arriver à Nuits-Saint Georges ce midi, en train depuis Beaune. Illes y avaient dormi en tente, en camping sommaire la nuit dernière.

Après un déjeuner, la petite centaine de marcheur.euses s’élance direction Dijon. Sur le premier kilomètre, ils sont rejoints par une dizaine de camarades sans-pap dijonnais.

JPEG - 93.7 ko

Les premiers entraînent le groupe dans un élan que tout le monde n’arrive pas à suivre. Le rythme soutenu oblige à des pauses récurrentes pour attendre ceux et celles qui marchent moins vite mais qui ont rarement droit à leur halte car à peine arrivé.es, la tête de file repart, et l’on progresse ainsi “en accordéon”.

JPEG - 121.6 ko
JPEG - 105.7 ko

Parfois, c’est la voiture de tête de gendarmerie qui semble donner le rythme. Les premiers collent le véhicule en chantant. Ils semblent même le pousser Les marcheur.euses nous apprennent, quelque peu exaspéré.e.s, que c’est la première fois que les forces de l’ordre les accompagnent ainsi sur le trajet.

“Comme si on avait besoin d’eux, on n’a pas eu besoin d’escorte depuis Marseille, ça se passe très bien, mais là on sait pas ce qui leur prend !”

JPEG - 156.9 ko
JPEG - 235.7 ko
JPEG - 151.6 ko
JPEG - 97.7 ko
JPEG - 58.3 ko
JPEG - 124.3 ko
JPEG - 67.7 ko

On traverse les vignes et les communes riches de grands domaines viticoles. Peu de passant.es pour assiter à la joyeuse marche. A un carrefour, un conflit éclate avec la gendarmerie.

JPEG - 102.4 ko

Quelques marcheurs veulent emprunter la nationale pour être plus visibles. “On en a marre de chanter et crier des slogans pour les oiseaux et les raisins !”. Il est vrai qu’une belle énergie se déploie et rares sont les moments où ne résonnent les slogans

“So ! So ! Solidarités avec les sans papiers” “Egaux ! Egales ! Personne n’est illégal !”

. Les négociations n’aboutissent pas. La troupe repart sur la petite départementale bordée de pieds de vigne qui commencent à rougir avec l’automne. Nous croisons de rares véhicules, riches auto aux propriétaires encravatés et peu souriants.

JPEG - 98.5 ko
JPEG - 146.1 ko

Une pause goûter est la bienvenue et donne le ton pour la deuxième partie de la rando. Les enceintes sont de sortie et commencent à faire danser les moins fatigué.es. Après une bonne assiette de riz, c’est en dansant et presque en courant que le groupe s’élance pour parcourir la dernière dizaine de kilomètres. Les chants et les slogans ne s’arrêteront pas avant l’arrivée. L’approche de l’agglomération dijonnaise fait resserrer les rangs de la troupe. Les djembés et autres percussions donnent le rythme. On court presque. “En bande organisée, on marche jusqu’à l’Elysée” #Jul

JPEG - 107.9 ko
JPEG - 123.6 ko
JPEG - 133.2 ko

Quelques soutiens nous rejoignent au fil des derniers kilomètres. Autant de sourires qui font encore accélérer et redoublent l’enthousiasme des sans pap.

JPEG - 142 ko

Des saluts au balcon et des gestes d’amitié se répandent lorsque nous traversons Chenôve. La gendarmerie donne le relai à la police nationale, qui fait alors la circulation en moto ou à vélo.

JPEG - 96 ko
JPEG - 152.6 ko
JPEG - 128.5 ko
JPEG - 201.2 ko
JPEG - 137.3 ko

Deux dernières étapes, le centre commercial Kennedy et la place du 1er mai, et nous retrouvons les collectifs de soutien dijonnais qui viennent grossir les rangs. Nous sommes plus de 200 à parcourir le centre-ville pour enfin s’arrêter devant la porte close de la préfecture, gardée par quelques policiers sévères.

JPEG - 770.7 ko
JPEG - 960.9 ko
JPEG - 755.8 ko
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 144.5 ko
JPEG - 567.1 ko
JPEG - 765.8 ko
JPEG - 136.8 ko
JPEG - 63.3 ko
JPEG - 71.8 ko
JPEG - 671.1 ko
JPEG - 666.4 ko
JPEG - 607.8 ko
JPEG - 712.7 ko
JPEG - 689 ko
JPEG - 652.1 ko
JPEG - 750.5 ko
JPEG - 705 ko
JPEG - 641.5 ko

De nombreuses prises de parole témoignent de la colère des marcheur.euses et rappellent les trois principales revendications de la marche : régularisation inconditionnelle de tou.es les sans-papiers, fermeture des centres de rétention administrative et un logement digne pour tou.tes !

JPEG - 70.9 ko
JPEG - 78.5 ko
JPEG - 645.8 ko
JPEG - 684 ko
JPEG - 627.5 ko
JPEG - 663 ko

La nuit tombe alors que nous rejoignons le tram pour une belle opération de transports gratuits jusqu’aux Tanneries où un copieux dîner nous attend. SolMiRé, l’asso de soutien aux migrant.es de Besançon est aux commandes.

JPEG - 118.2 ko

Après le repas, c’est le bal des matelas qui s’installent pour la nuit, quelques machines à laver sont lancées. Quelques heures de repos et de répis avant un départ matinal en bus pour Avallon et une étape entre Avallon et Vézelay.

Rendez-vous le 17 octobre à Paris !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Loi asile et immigration

[Chalon-sur-saône] Stop aux expulsions de la honte !

La famille Yeganyan a quitté l’Arménie pour rejoindre la France et y habite depuis plus de 5 ans. Le 20 août, la famille a été arrêtée pour être menée dans un centre de rétention dans le but d’être expulsée dans leur pays d’origine. La communauté se mobilise pour contester.

Guimba au pays d’Ubu : Imbroglio franco-malien en Côte d’Or

Guimabe Coulibaly a rendez-vous mardi 21 janvier à l’Ecole nationale de Police de Paris à Vincennes. Le centre de rétention administrative (CRA) est sur place. Pratique quand on s’apprête à expulser un jeune malien de 20 ans. Retour sur sa situation depuis son arrivée en France, suivi d’un texte de sa main, et d’un texte du collectif lycée d’accueil international Le Castel.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

[En images] Arrivée de la marche des solidarités à Paris

Partie des quatre coins de la France à la mi-septembre, la Marche nationale des sans-papiers s’achevait samedi 17 octobre par une grande manifestation parisienne. Les quatre cortèges ont convergé place de la république avant de partir en direction de l’Élysée. Reportage en photos.