Nique la SAFER ! Un appel contre les institutions agricoles, en soutien à la Zad

Le siège de la Safer de Bourgogne Franche-Comté a été repeint en soutien à la zad. Retour sur la Safer, et appel à action contre les institutions agricoles.

JPEG - 1009.3 ko

Cette semaine, le siège de la Safer Bourgogne Franche-Comté s’est vu offrir un petit ravalement de façade par des personnes a priori fâchées contre cet organisme et surtout solidaires avec les camarades de la Zad en prise aux expulsions.

Pourquoi les SAFER sont nos ennemis ?

La safer - Societé d’Aménagement Foncier et d’Étabissement Rural - est l’organisme qui décide de l’attribution des terres aux agriculteurs. Aujourd’hui en France, n’importe qui souhaitant s’installer en agriculture dépend d’elle.

Bien que leurs missions semblent d’interêts public, qu’elles affirment « installer des jeunes », elles restent à la botte du ministère de l’agriculture et de la finance. Ses pouvoirs sont gigantesques sur le monde agricole : elle achète le maximum de terre, gére, négocie, observe les marchés et surtout elle étudie et juge les différents projets fumeux ou pas...
Par son jugement, c’est elle qui donne les directions que prennent l’agriculture puisqu’elle a le pouvoir de décider quels projets vont voir le jour.
Elles sont liées au monde paysan (sur tout le territoire métropoloitain et trois DOM) et pèse sur lui pour qu’il entre toujours plus dans des logiques de productivité, en favorisant les agrandissements et les projets d’exploitation industrielles.

JPEG - 2 Mo

Bref,

Tout ce qu’on aime quand on imagine rester sur des terres après avoir lutté sans relâche contre encore une fois une idée d’aménagement de territoire plus que décadante.
C’est bien dans ses sales pattes que les terres de la zad pourraientt retomber si cette expulsion réussissait.
Alors honneur aux zadistes, soutenons-les partout et mettons la pression aux instances du pouvoir agricole !

Nous en profitons pour relayer ce judicieux appel du comité zad 04 !

Journée d’action contre les institutions agricoles

Appel pour la zad et son monde

Ce mardi 17 avril, Journée Mondiale des Luttes Paysannes, nous appelons à des rassemblements devant les institutions agricoles dans toute la France en soutien au mouvement de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes qui a réussi à empêcher la construction d’un nouvel aéroport.

Pour notre part, nous nous retrouverons à la MSA de Manosque ce 17 avril à partir de 10 heures.

Les habitant.es de la Zone ont développé depuis des années des projets expérimentaux, agricoles, artisanaux et/ou de vie. Depuis le 9 avril au matin, l’Etat attaque la ZAD avec une brutalité sans (cent) nom. Depuis lundi, on compte plus de 200 blessé.es, dont certain.es très graves dues aux armes utilisées par la gendarmerie (grenade de désencerclement, gazage massif, flash-ball etc.).
L’Etat, après l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport le 17 janvier 2018, a fait semblant d’ouvrir des négociations avec le mouvement sur l’avenir des terres et leurs occupant.e.s. “Et en même temps”, il préparait la destruction des lieux de vie, de création et d’utopie.

Nous savons très bien que, sans le mouvement d’occupation des terres, le projet d’aéroport n’aurait pas capoté. Le mouvement, dans sa diversité, a donc toute légitimité de gérer les terres sauvées de la destruction et du bétonnage : depuis des années qu’ils et elles vivent dans le bocage, ils et elles ont appris à le connaître et savent parfaitement quoi faire de ces terres.
Sans compter que c’est l’Etat qui, en voulant récupérer les terres pour l’aéroport, a fait de cette zone en grande partie un désert rural. C’est le mouvement d’opposition qui l’a fait revivre en le protégeant dans tous les sens du terme.
Et maintenant l’Etat, du haut de son mépris et de sa frustration de n’avoir pas construit cette infastructure, voudrait imposer des conventions individuelles sur ces terres. Légalement, les structures agricoles collectives existent depuis 1960 (GAEC, CUMA, etc.) et là, il ne faudrait que de l’individuel ! C’est quoi ce délire !
L’Etat voudrait intégrer cette zone dans le modèle agricole dominant et en phase terminale : concentration des terres, pesticides, érosion des sols, pollutions multiples etc.

Nous serons devant une des institutions aux mains de la FNSEA, oligarchie agricole productiviste, qui valide les projets agricoles et donc pourrait accepter ceux de la ZAD.

Nous appelons à amplifier les actions de soutien déjà considérables à la ZAD et ses formes de vie !
L’Etat technocratique est têtu et fort, nous devons le faire plier par notre inventivité, nos forces conjointes et nos solidarités.

Par ailleurs la ZAD n’est pas la seule attaque de l’Etat.
Par exemple, dans le coin, la ligne SNCF des Alpes est attaquée dans son existence en dehors de la réforme SNCF.

Les réformes actuelles ou récentes mènent à toujours plus d’individualisation, de compétition et de précarité.

Il fait enfin beau, amplifions les mouvements !

Comité ZAD 04


P.-S.

Retrouvez tous les messages de soutien envoyés à soutienzad at riseup.net


Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.