Nouvelle atteinte à la liberté de manifester et appel du 1er Mai

Communiqué suite à l’arrêté préfectoral du 13 avril 2021 interdisant la diffusion de musique amplifiée en Côte d’Or et de l’arrêté préfectoral du 15 avril 2021 interdisant la manifestation prévue à Dijon ce samedi 17 avril.

Alors que les manifestives sont depuis le début de l’année une manière forte et festive de faire résonner les revendications d’une jeunesse sacrifiée par cette année de restrictions inédites, le préfet de région Bourgogne Franche-Comté, Fabien SUDRY, veut s’accorder le droit de porter une nouvelle fois une atteinte inadmissible à la liberté de manifester sous prétexte de crise sanitaire.

Des motifs fallacieux

Comme nous le déplorions dans notre dernier communiqué, cette crise sanitaire accorde un pouvoir exorbitant à l’exécutif. La préfecture se donne ainsi le pouvoir d’interdire la manifestation au prétexte « de la dégradation de la situation sanitaire », alors même que la liberté de manifester est l’une des garanties démocratiques les plus essentielles. De surcroit, le juge des référés du Conseil d’État a statué en juin 2020 que « l’interdiction de manifester n’est pas justifiée par la situation sanitaire lorsque les mesures barrières peuvent être respectées ».
Lors du dépôt de déclaration de cette manifestive, un protocole sanitaire efficace a été élaboré : une association de réduction des risques a été sollicitée et masques et gels hydroalcooliques étaient prévu en nombre. Dès lors, les motifs invoqués par le préfet nous sembles fallacieux.

Des mesures toujours plus aberrantes : l’interdiction de diffusion de musique amplifiée sur la voie publique

De manière plus insensée encore, le préfet a acté l’interdiction de la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique, et ce, du 13 avril au 11 mai 2021. Cette mesure, parmi d’autres (interdiction de livraison après 22h, port du masque dans les parcs, nouvelle interdiction de consommation d’alcool sur la voie publique), vient s’ajouter à une liste déjà bien trop longue des interdictions que nous subissons à répétition. La diffusion de musique serait « propice à des attroupements incompatibles avec le respect des gestes barrières ». L’exécutif se félicite de mesures abjectes dont l’efficacité semble dérisoire alors qu’aucun cluster n’a été démontré dans aucune manifestation, pas même festive, depuis le début de l’épidémie !

Les manquements graves de l’état dans sa gestion de la crise sanitaire ne doivent pas mettre nos libertés fondamentales en péril.
Depuis le début de l’épidémie, la gestion par le gouvernement des masques, des tests, des tenues de protection et maintenant des seringues s’avère chaotique. Nous n’avons pas à payer cette gestion catastrophique, autoritaire et verticale. Alors qu’il pourrait beaucoup plus concrètement décider de la réouverture des 103 000 lits d’hôpitaux supprimés depuis les années 90, il fait le choix d’éliminer les dernières miettes de légèreté que nous permettait la diffusion de musique lors des précédentes mobilisations. En raison de l’incompétence du gouvernement, la population subit de plein fouet précarisation, dépression, isolement. Et quelle est la réponse de l’état policier face à son peuple en souffrance ? Toujours plus d’interdictions aliénantes et dénuées de sens.

En premier lieu, le comité de soutien à la Maskarade BFC va déposer un recours au Tribunal Administratif afin de tenter de faire reconnaître l’illégalité de l’arrêté portant sur la diffusion de musique amplifiée sur la voie publique, et de l’arrêté d’interdiction de manifestation.

Quelque soit la réponse du tribunal, la mobilisation ne faiblira pas.

En second lieu, nous appelons l’ensemble de la population : nos soutiens, le public, les syndicats, associations, le peuple ; à rejoindre les cortèges et actions prévues le 1er mai partout en France, afin d’organiser une convergence des luttes sans précédent. Parce que le 1 er Mai est une date importante et symbolique pour nombre d’entre nous, nous appelons la jeunesse à se mobiliser, à affirmer que nos revendications sont bien politiques, et que plus que jamais, nous unir et faire front ensemble face à leurs lois sécuritaires et liberticides. Le 1er mai, la lutte continuera.

Comité de Soutien à la Maskarade Bourgogne-Franche Comté / Conscience Nocturne / Collectif 25 Novembre / L’Union Syndicale Solidaire 21 / Skanky Yard / Dubatriation / Conscience Sonore Records / Comité de Soutien à la Maskarade Auvergne Rhône-Alpes / Le Cercle Marcel Martinet de la Libre Pensée de Dijon / Kronik’Art Sound System / IDL’ Event / Mamatek Sound System / Collages Féministes Dijon / Comité National de Soutien à la Maskarade / CHS Organisation / Maloka / Espace Autogéré des Tanneries / La Libre Pensée de Dijon-Henri Barabant / Solidaires Etudiant.es / Les Rainettes / PCF Côte d’Or / NPA 21 / Cohésion Sonore / Intrusif Sound System / Keep Smiling / Messaje / Attac 21 / F.S.U 21 / OneWay Sound System / LFI Côte d’Or / Génération Dijon 21 / Parti de Gauche 21 / SOS Racisme / Mouvement pour la Paix / Parti Ouvrier Indépendant Démocratique 21 /



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droits sociaux

Besançon : intermittents et précaires occupent l’inspection du Travail

Le CIP (Collectif des Intermittents et Précaires) ainsi que l’intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) et l’association AC (Agir contre le chômage) ont appelé à cette première édition locale du « vendredi de la colère. » Alors que le Centre National Dramatique est occupé depuis plus d’un mois à l’instar de dizaines d’autres théâtres et sites en France, les militants de Besançon ont décidé de marquer le coup par une mobilisation et des actions conséquentes.

Articles de la même thématique : Droit de manifester