[Novembre 2019] Et si c’était plus d’une Semaine Sans Frontières

Du l’immigration de travail à l’immigration irrégulière, de la crise économique à la gestion des flux migratoires ; pour ce mois de novembre , l’édito des Tanneries est rédigé par le collectif d’organisation de la Semaine Sans Frontières.

Dans les années 1970, sur fond de « choc pétrolier » et de « crise économique », la poignée d’hommes au pouvoir décide de stopper l’immigration de travail.
Un siècle après l’apparition de la nationalité et de l’étranger moderne, les gouvernants donnent ainsi corps à « l’immigration irrégulière » et bientôt à la « gestion des flux migratoires ».
Et la volonté de mettre un terme à l’immigration durable des étrangers - appliquée à partir du milieu des années 1970 par la haute administration - n’a pas seulement initié les contrôles frontaliers modernes : elle a également enclenché à l’encontre de celles et ceux présent.e.s sur le territoire de nouveaux modes de précarisation et de répression.
Depuis cette période, les gouvernants jouent continûment sur les deux tableaux : réduire au maximum les voies de l’immigration légale et, dans le même temps, fragiliser toujours davantage la situation de celles et ceux qui sont autorisés ou non à s’installer.
En Côte d’Or, le préfet mauvais et son admi­­­nistration (petit personnel, flics et cie) s’appliquent bien à rendre la vie dure aux personnes en exil et à pourrir la vie de celles et ceux qui s’activent pour tenter de leurs réserver un accueil et qui parient sur la solidarité plutôt que sur la préservation de leur pré carré.
Pour se redonner un peu de souffle dans la mise en place de ces tentatives, nous avons voulu organiser une semaine de rencontres, de discussions, qui permettrait d’aller à l’encontre de ces nouveaux modes de précarisation et de répression.
Du 13 au 16 novembre prochains s’organise une semaine Sans Frontières. Nous vous y attendons. Nous danserons ensemble après avoir bien mangé et discuté de comment aller plus loin dans les luttes avec les exilé.e.s.

Retrouvez tous les événements dans l’agenda !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
La dernière jam session de graffiti du festival banana pschit mi octobre, a laissé place, entre autres, à une nouvelle façade réalisée par le graffeur Roc BlackBlock.
On y voit Simone Segouin, résistante dans le groupe des FTP (Franc Tireurs Partisans) pendant la seconde guerre mondiale, photographiée par R. Cappa

PNG - 479.8 ko
PNG - 780.2 ko
PNG - 800.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre-culture

Free party de Lieuron : « Nous, associations de réduction des risques, soutenons Techno+ »

Nous, associations de réduction des risques, apportons notre soutien sans réserve à l’association Techno+, victime d’une campagne de désinformation et de dénigrement.
En ce début d’année et alors que les hésitations du gouvernement sur la gestion de la crise sanitaire s’accumulent et que la campagne de vaccination piétine, c’est sur la free-party de Lieuron que s’est jeté un acharnement médiatique et politique frôlant la chasse aux sorcières.

Des enfants qui apprennent sans école.

Des enfants qui apprennent sans école cela nous paraît fou-dingue, nous avons peine à l’imaginer. Aurions-nous oublié que l’être humain est une bestiole extraordinaire conçue physiologiquement et biologiquement pour apprendre perpétuellement ? Et/ou peut être que l’enfant est un être humain...

The Chomeuse go on // Lutter par l’image

Face au matraquage de la pub et des médias, notre collectif « THE CHOMEUSE GO ON » essaie de contribuer à un imaginaire populaire et engagé. Pour cela, nous proposons sur notre site une série de créations.