Présentation de « Abolir la police. Échos des États-Unis »


Quartier Libre des Lentillères

Le collectif Matsuda vient présenter et échanger autour du livre « Abolir la Police, Echos des Etats-Unis » pendant la fête des Lentillères.

Printemps 2020.

En plein confinement, nous assistons stupéfait.e.s à l’embrasement des États-Unis. A la suite de l’assassinat de George Floyd, un afro-américain de 46 ans étouffé par la police, une vague de contestations inédite depuis les années 1960 s’empare du pays. Manifestations, mobilisations sur les réseaux sociaux, pillages : la singularité de ce mouvement tient autant à son ampleur qu’à la radicalité de ses propositions.

Abolish and Defund the police, démanteler la police et ses financements, sont des mots d’ordre qui, vus de France, peuvent sembler bien lointains. Malgré l’importance des mouvements contre les violences policières, remettre en question l’existence même de la police reste ici une vague utopie.

Aux États-Unis ces mots d’ordre s’inscrivent pourtant dans l’histoire de la lutte des Noir·es contre l’esclavage et l’incarcération de masse. Ils s’incarnent aussi dans des expériences de justice transformatrice, de solidarité communautaire, de soins et d’autodéfense féministes. Plus largement, l’abolition du système pénal (police, justice, prison) ne se comprend que dans une perspective de bouleversement total des structures sociales et leur réagencement sur la base de communautés fortes.

En traduisant plusieurs textes écrits aux États-Unis ces dix dernières années, le recueil publié par le collectif Matsuda (https://abolirlapolice.org/) souhaite faire connaître l’histoire, les luttes et les expérimentations du mouvement abolitionniste.

Parce que nous pensons que les débats et pratiques autour de l’abolition du système pénal sont trop peu connus en France et en Europe, parce que nous voulons contribuer à les partager, parce que nous voulons apprendre à vivre sans police, nous avons invité le collectif Matsuda à présenter son livre.
Nous aimerions que cette parution soit l’occasion d’une rencontre entre toutes celles et ceux touché.e.s par l’idée de l’abolition de la police : des collectifs anti-carcéraux aux collectifs de proches des victimes de violences policières, en passant par par les collectifs queer et féministes et les franges les plus radicales des mouvements sociaux.

Nous vous invitons donc le samedi 23 octobre à 17h00 au Quartier libre des Lentillères pour rencontrer des membres du collectif Matsuda et discuter de leur travail. La présentation fait partie de la fête des Lentillères qui aura lieu tout le week-end.

À samedi !

JPEG - 630.6 ko
JPEG - 2.6 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Guide pour écrire aux personnes détenues

Conseils et informations à destination des personnes souhaitant envoyer du courrier à des prisonnier·e·s, avoir quelques astuces pour communiquer malgré la surveillance de l’administration pénitentiaire, envoyer des colis, réagir en cas de censure, etc.

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.

Deux nouveaux Centres Éducatifs Fermés dans la région

La presse locale a relayé début septembre la construction de deux nouveaux centres éducatifs fermés (CEF) en Bourgogne Franche Comté, un à Chantenay-Saint-Imbert dans la Nièvre [1] et un autre à Varennes-le-Grand en Saône et Loire [2].

Articles de la même thématique : Police

Pression policière à Audincourt : tout le monde déteste Julien Odoul

L’État français continue ses raids guerriers dans les quartiers post-colonialistes du Nord Franche-Comté. La population majoritairement prolétaire et précaire subit un acharnement de la part de tous les dominants bourgeois et leurs armes diverses et variées. La combinaison est puissante : Justice, gouvernement Macron, Préfectures de 3 départements (25-90-70), politiciens locaux de tous bords, médias dominants locaux et nationaux, fascistes du RN/FN, gendarmerie et police de tout l’Est de la France, CRS, gendarmes mobiles, caméras de surveillance, police municipale, grenades de désencerclement, grenades fumigènes, tasers, gazeuses, tonfas, menottes, équipe cynophile et de nombreux véhicules.

Thinkerflou - Mathieu Rigouste : L’enférocement policier

Invité de marque aujourd’hui dans le format interview de Kawa TV ! C’est Mathieu Rigouste, chercheur indépendant en sciences sociales que nous avons rencontré pour un Thinkerflou exceptionnel. À l’occasion de la réédition de « La domination policière » à La Fabrique, Kawa TV est allé discuter avec lui des liens entre la colonisation, le racisme et la police.