Présentation de « Abolir la police. Échos des États-Unis »


Quartier Libre des Lentillères

Le collectif Matsuda vient présenter et échanger autour du livre « Abolir la Police, Echos des Etats-Unis » pendant la fête des Lentillères.

Printemps 2020.

En plein confinement, nous assistons stupéfait.e.s à l’embrasement des États-Unis. A la suite de l’assassinat de George Floyd, un afro-américain de 46 ans étouffé par la police, une vague de contestations inédite depuis les années 1960 s’empare du pays. Manifestations, mobilisations sur les réseaux sociaux, pillages : la singularité de ce mouvement tient autant à son ampleur qu’à la radicalité de ses propositions.

Abolish and Defund the police, démanteler la police et ses financements, sont des mots d’ordre qui, vus de France, peuvent sembler bien lointains. Malgré l’importance des mouvements contre les violences policières, remettre en question l’existence même de la police reste ici une vague utopie.

Aux États-Unis ces mots d’ordre s’inscrivent pourtant dans l’histoire de la lutte des Noir·es contre l’esclavage et l’incarcération de masse. Ils s’incarnent aussi dans des expériences de justice transformatrice, de solidarité communautaire, de soins et d’autodéfense féministes. Plus largement, l’abolition du système pénal (police, justice, prison) ne se comprend que dans une perspective de bouleversement total des structures sociales et leur réagencement sur la base de communautés fortes.

En traduisant plusieurs textes écrits aux États-Unis ces dix dernières années, le recueil publié par le collectif Matsuda (https://abolirlapolice.org/) souhaite faire connaître l’histoire, les luttes et les expérimentations du mouvement abolitionniste.

Parce que nous pensons que les débats et pratiques autour de l’abolition du système pénal sont trop peu connus en France et en Europe, parce que nous voulons contribuer à les partager, parce que nous voulons apprendre à vivre sans police, nous avons invité le collectif Matsuda à présenter son livre.
Nous aimerions que cette parution soit l’occasion d’une rencontre entre toutes celles et ceux touché.e.s par l’idée de l’abolition de la police : des collectifs anti-carcéraux aux collectifs de proches des victimes de violences policières, en passant par par les collectifs queer et féministes et les franges les plus radicales des mouvements sociaux.

Nous vous invitons donc le samedi 23 octobre à 17h00 au Quartier libre des Lentillères pour rencontrer des membres du collectif Matsuda et discuter de leur travail. La présentation fait partie de la fête des Lentillères qui aura lieu tout le week-end.

À samedi !

JPEG - 630.6 ko
JPEG - 2.6 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Libre Flot enfin libéré

Libre Flot est placé sous bracelet électronique, pour « raison médicale » suite à sa grève de la faim. C’est une étape importante franchie dans l’affaire du 8 décembre, mais la lutte continue :

Reprise des hostilités en Corse

Après deux semaines d’émeutes et d’actions diverses et une semaine de deuil, la colère n’est pas retombée en Corse. La preuve ce dimanche à Ajaccio où 15 000 personnes sont encore présentes pour exiger une discussion avec l’État français. Retour sur une nouvelle semaine d’agitation.

Journée internationale de soutien à Libre Flot le 4 avril

Libre Flot, inculpé le 8 décembre 2020 avec six autres personnes pour association de malfaiteurs à caractère terroriste, est toujours incarcéré, en attente d’un procès. Il a entamé une grève de la faim le 27 février. Voici de ses nouvelles.

Articles de la même thématique : Police

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

[Auxerre] Scandale dans la police municipale

Le 15 avril dernier, un conseiller municipale d’opposition à Auxerre a publié deux photos prises dans les locaux de la police municipale laissant appraraitre sur un tableau l’inscription « Challenge Marginaux ».