Rage against the machism

Samedi 23 novembre, un millier de personnes manifestaient dans les rues de Dijon contre les violences sexistes et sexuelles. Quelques photos et un récit de la manif par des participantes au cortège.

Après plusieurs semaines d’organisation, elle est enfin là, la manif « contre les violences sexistes et sexuelles ». On a hâte, c’est pas tous les jours qu’une manif est ouvertement féministe. C’est pas tout les jours que le cortège de tête est appelé en mixité choisie (sans mec cis*).

On se retrouve tou·te·s devant l’hôtel de ville. À 14h pétante, la place est déjà bondée. Une belle mixité de génération, des tas de gars venus en soutien, un peu d’émotion de se rassembler autour d’un sujet qui n’aurait rassemblé qu’une poignée de militantes il y a quelques années.

Le contexte social est tendu. La pref n’a pas envie de débordement, ni même vraiment de manif planplan. Le parcours initialement prévu devait s’arrêter devant des lieux symboliques des oppressions : le conseil régional, la préfecture, le commissariat, Sephora… mais le parcours a été intégralement refusé, les cabanes de noël à protéger, la rue de la Lib et ses consommateurs à ne pas troubler...Le trajet sera confiné à une miette de goudron, place de la lib/république, on a intérêt à y aller tranquille pour pas avaler la portion en 20mn…

Peu d’espace, mais du monde ! C’est plus de 1000 personnes qui forment le cortège, la tête est en non-mixité choisie, une sono passe une playlist concoctée pour l’occas, des carnets de chants circulent. En début de manif, une poignée de gens entonne « l’hymne des femmes », chant historique des luttes féministes des années 70. Signe des temps, peu ou pas reprennent le refrain. Une nouvelle génération de féminisme est là, sans l’ancrage historique dans les mouvements de libération passés mais avec une folle envie d’en découdre avec le patriarcat, mais plus seulement. Le capitalisme, le racisme, la grossophobie, le validisme, l’hétéronorme : le féminisme sera inclusif ou ne sera pas.


Sur le même sujet : Chants et slogans de la manifestation du 23 novembre contre les violences sexistes

La manif est rythmée par des prises de paroles. La première sur l’origine de la date du 25 Novembre, les sœurs appelées Las Mariposas ont été assasinées par le dictateur Dominicain Trujillo, pour avoir osé être femmes ET militantes. Seront aussi évoquées les injonctions faites aux corps, l’islamophobie, les femmes migrantes, et la pathétique incompétence de la Police dans la prise des plaintes et leur complaisance avec les agresseurs.

Une foret de pancartes est brandie par la foule. Chacun.e choisi parmi des tas de panneaux, le nom des 124 femmes tuées en 2019 en France et des punchlines pour tous les goûts : « Les femmes ont autant besoin d’un homme que les poissons d’une bicyclette », « Les putes ne sont pas coupables, la Police oui », « All Clitoris Are Beautiful », « Sous les paillettes la rage », « Rage against the machisme », « le rage des meufs, la haine des keufs » une hache brandi sur un panneau sépare l’homme (Polanski), de l’artiste. Aussi, des tas de pancartes en soutien aux femmes voilées, aux travailleuse/eurs du sexe, le cortège s’avance en chantant sa « solidarité aux femmes du monde entier ». En ce jour de mouvement mondial, on est là, tou·te·s ensemble, partout, dans les rue.
Le parcours se décore, les rues se parent d’affiches, les rues changent de nom, les obscurs gars scientifiques du 17e siècle qui ont inventé un nouveau bouchon pour les pneus et qui ont eu l’honneur d’avoir un nom de rue se retrouvent recouverts par Emma Goldamn, Monique Wittig et Angela Davis.

On fini, place de la République. Un cercle se forme. Un spectacle de danse, les dernières prises de paroles, des applaudissements. Et on repart avec l’envie, l’espoir, de remarcher ensemble. Dans la ville, dans la nuit, dans des rassemblements féministes larges, dans des actions radicales... Discuter, se trouver et se revoir pour avoir la joie de piétiner le patriarcat.

JPEG - 486.6 ko
JPEG - 448 ko
JPEG - 489.1 ko
JPEG - 419.6 ko
JPEG - 399.6 ko
JPEG - 346.4 ko
JPEG - 511.5 ko
JPEG - 636 ko
JPEG - 406.2 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Inceste

« Inceste » est une brochure, imprimée en avril 2019, qui raconte des histoires d’inceste vécues par différentes personnes.

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

La France : le paradis des pédophiles ?

Sujet peu enclin à l’humour aujourd’hui sur Kawa TV, mais essentiel à mettre en lumière et à analyser : on va parler de pédocriminalité et d’inceste. Le documentariste Patric Jean signe un ouvrage salutaire sorti en janvier 2020 : ça s’appelle « La loi des pères » et on vous propose ici de le vulgariser. Il établit notamment un lien entre les mouvements masculinistes, les sursauts patriarcaux et les agressions pédocriminelles....

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

La Moutarde Nous Monte Au Nez, le podcast féministe qui vous fait (re)vivre le weekend du 8 mars

La Moutarde Nous Monte Au Nez, c’est un groupe de féministes de Dijon, qui ont décidé de mettre en avant les actions locales et féministes du coin. Pendant une soirée et une après-midi les 7 et 8 mars 2020, iels ont arpenté les rues de Dijon et la place Darcy pour aller à la chasse aux sons et aux mots, les mots des dijon·naise·s et des personnes qui se sont déplacées des communes aux alentours.