[Dijon] Rassemblement des travailleurs de la métallurgie le 7 février

JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 930.9 ko
JPEG - 602.2 ko

200 métallos devant l’UIMM BFC pour exiger une Convention collective de haut niveau et contre la réforme des retraites.

Une délégation CGT a été reçue par les responsables de l’IUMM.

Communiqué de la La Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT Bourgogne Franche-Comté

Rassemblement et manifestation devant l’UIMM de Dijon pour exiger :

  • Le retrait de la réforme des retraites par points
  • La satisfaction de nosrevendications
  • Une Convention Collective de haut niveau social

Depuis le 5 décembre nous vivons une mobilisation historique par son ampleur et sa durée pour exiger le retrait d’une réforme des retraites rétrograde, mais aussi pour imposer une négociation afin d’améliorer le système actuel.Dans ce contexte, les salariés de la métallurgie se doivent d’être à l’offensive partout pour faire grandir les mobilisations à partir de chaque entreprise et en lien avec leurs propres revendications.
En effet, l’entreprise de démolition de notre modèle social en France et les attaques incessantes contre nos conquis sociaux, sont avant tout l’œuvre et l’apanage du MEDEF et de l’UIMM (patronat de la métallurgie) en particulier. Pour s’en convaincre il suffit de voir la jubilation du patronat à chaque réforme mis en œuvre par le gouvernement pour comprendre à qui elles vont profiter.
Fort de cette politique, l’UIMM a engagé avec les organisations syndicales une négociation nationale sur le champ conventionnel. La refonte envisagée par l’UIMM va concerner toutes les Conventions Collectives Territoriales de la métallurgie, la convention collective de la sidérurgie ainsi que la Convention Collective Nationale des Ingénieurs et Cadres. Sans surprise le patronat de la métallurgie veut imposer aux salariés de la branche un recul social de 60 ans.

Ainsi l’UIMM :

  • A déjà mis en place avec l’aval des autres syndicats les contrats de chantiers, c’est la précarité à vie pour les salariés.
  • Veut passer le quota d’heures supplémentaires de 220 h à 450 hpar an et pour les cadres porter les forfaits jours de 220 à 235 jours/an.
  • Veut casser les 35 h en flexibilisant le temps de travail et en allongeant la durée du travail.
  • Ne veut plus reconnaître les qualifications des salariés, mais classer le poste de travail occupé pour mieux baisser les salaires.
  • S’attaque aux rémunérations par le biais de la suppression des différentes primes, telles que l’ancienneté, équipes, panier...
  • Veut s’attaquer aux congés familiaux...

Tout un arsenal de mesures qui ont pour objectifs : La diminution de ce qu’il appelle « le coût du travail » et la « compétitivité des entreprises » qui sont en fait la recherche maximum du profit à court terme au bénéfice de quelques privilégiés.
Aujourd’hui,s’il y a un déséquilibre financier des retraites, il vient avant tout des politiques d’austérité et de régression sociale menées depuis des années par le patronat et les gouvernements successifs.
Il est vraiment urgent de montrer à ce gouvernement et au patronat que nous ne sommes plus au temps des maîtres de forge !
L’argent public que sont nos impôts et nos cotisations sociales doit servir avant tout l’intérêt général et pas une caste de privilégiés qui gavent les actionnaires et paupérise les salariés et les populations.
Les richesses créées par les salariés doivent être redistribués pour satisfaire nos revendications. Revendiquons dans chaque entreprise :

  • L’augmentation des salaires de 10% avec minimum 1800€ rapporterait près de 15 Mds d’€ de cotisations sociales.
  • La réduction du temps de travail à 32 h créerait 4 Millions d’emploi.
  • L’égalité Femmes/Hommes c’est + 6 Milliards dans les caisses.
  • La retraite à 60 ans à 75 % du salaire permettrait de libérer des emplois pour l’embauche des jeunes.
  • La reconnaissance de la pénibilité pour des départs anticipés avant 60 ans.
  • Une Convention Collective Nationale de haut niveau social ou chaque salarié doit être, considéré et respecté dans son travail, reconnu dans sa qualification et valorisé par sa rémunération.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève et rassemblement des employé·es de La Poste mardi 18 mai

« Les postiers exigent avant toute chose, les moyens de bien faire leur travail pour assurer un service public postal de qualité, des emplois stables et qualifiés, plus de reconnaissance à travers les salaires ainsi que la prise en compte de leurs qualifications, des droits et garanties de haut niveau et plus de démocratie dans l’entreprise ». Rassemblement le 18 mai à 10h devant la Direction, 15bd de Brosses à Dijon.

Les infirmier·es anesthésistes manifesteront devant l’ARS lundi 17 mai

Lundi 17 mai, les infirmier·es anesthésistes diplômés d’État (IADE) seront en grève pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail. Les IADE réclament notamment une revalorisation salariale équivalente à celle des autres métiers de l’hôpital. À Dijon rassemblement devant les locaux de l’ARS à 9h30.

Verdict le 25 mai pour MBF Aluminium à Saint-Claude

Le 27 avril au tribunal de commerce de Dijon, la mobilisation des salariés de la fonderie de MBF Aluminium, sous-traitante automobile basée à Saint-Claude dans le Jura a permis d’ouvrir des perspectives de reprise. C’est le mardi 25 mai que sera rendue la décision après l’étude des deux projets de reprise de l’activité. L’entreprise compte environ 280 salariés et les principaux clients sont PSA pour 75% et Renault 20% du chiffre d’affaires.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.