200 personnes ont bravé l’interdiction de manifester contre la réforme des retraites



Puisque c’est certainement pas au préfet de décider où et quand on va manifester, la manifestation dijonnaise de ce samedi a bien eu lieu (en version réduite).

Après l’incontestable succès de la manifestation de jeudi dernier, la frange la plus combative de l’intersyndicale appelait ce samedi à une nouvelle manifestation contre la réforme des retraites. Suite aux coups de pression préfectoraux (on rappelle que la préf’ a opportunément fait « fuiter » une lettre à destination d’un des co-secrétaires de Solidaires 21 dans la presse), les syndicats avaient décidé de déclarer ladite manifestation. Résultat (attendu) : une interdiction de manifester décrétée la veille de la manif, dans un délai trop court pour permettre la moindre contestation administrative. Énième entrave au « droit de manifester », sur lequel il devient de plus en plus difficile de se reposer dans la pratique. Heureusement les dernières manifestations, ce samedi compris, nous ont montré que l’inventivité et le rapport de force assumé peuvent déjouer les menées autoritaires de l’État et des préfectures.

JPEG - 801.8 ko
JPEG - 434.3 ko

Ce samedi donc, on était environ 200 à se sont réunir place de la République, sous couvert d’assister à la conférence de presse intersyndicale. Les représentants des syndicats (et de la LDH) ont une nouvelle fois dénoncé la réforme des retraites, mais aussi la répression dont son opposition fait l’objet : interdiction de manifester, on l’a vu, mais aussi violences policières. Outre les images des désormais fameux « BRAV-M », de leurs exactions et humiliations, encouragées et couvertes par leur hiérarchie, deux manifestant·es ont été mutilé·es jeudi dernier : une accompagnante d’élève en situation de handicap (AESH) dans un lycée de Rouen, qui a eu le pouce arraché par une grande de désencerclement, et un cheminot membre de Sud Rail, qui a perdu un œil à Paris, probablement à cause de ces mêmes grenades.

JPEG - 775.9 ko
JPEG - 682.2 ko

Passé le temps des discours, le rassemblement s’est vidé petit-à-petit... pour mieux se reformer place du Bareuzai, après que le mot ait discrètement tourné parmi les personnes présentes. Sans mégaphone, banderole, ou pancarte, un cortège désordonné a ensuite sillonné les rues de l’hypercentre en clamant des slogans contre la réforme. « La retraite à 60 ans, on s’est battu·es pour la gagner, on se battra pour la garder », « On ira jusqu’au retrait », « Même si Macron ne veut pas on est là », etc.

JPEG - 971.2 ko

Bien emmerdés par ce cortège au milieu des boutiques et des consommateur·ices du samedi, les flics n’ont pas pu intervenir et se sont contentés de suivre un temps la manif, avant de se faire chasser. Deux-trois poubelles ont été cramées, histoire de rappeler à Macron et au préfet qu’on ne va pas sagement attendre que le mouvement s’essouffle comme ils l’espèrent. On est reparti au bout d’une heure - une heure et demi, en se donnant rendez-vous mardi, à 14h place de la Lib’ !

Des manifestant·es



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Discussion avec Alessandro Pignocchi sur la colère du monde agricole

Alors que le monde agricole vient de montrer sa colère et sa détermination à tout le pays, un certain nombre d’interrogations restent en suspens. Les revendications des principaux syndicaux sont-ils les réels intérêts des agriculteur.ice.s ? Les écologistes sont-ielles leurs vrai.e.s ennemi.e.s ? Alessandro Pignocchi a semblé la bonne personne vers qui se tourner.

Articles de la même thématique : Droit de manifester

Au Sénégal, des visages et des noms sur les morts de la répression

Alors que le pays est entré dans une crise politique inédite qui risque d’aboutir à de nouvelles violences, après l’annulation de l’élection présidentielle par Macky Sall, un collectif de journalistes sénégalais a documenté la répression des manifestations de juin 2023. Le projet « CartograFreeSenegal » retrace l’histoire et les circonstances de la mort d’une partie des 29 victimes recensées.

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.