Revendications de l’AG des personnels, professeur·es et étudiant·es de l’Université de Bourgogne



Campus de Dijon, le 26 avril 2018

Nous, personnel.le.s, étudiant.e.s et enseignant.e.s réuni.e.s en assemblée générale portons les revendications suivantes :

  • Abrogation de la loi ORE et du dispositif Parcoursup, qui introduisent des logiques de sélection et de tri social inacceptables à l’entrée des universités et coûteuses pour celles-ci. Nous souhaitons une université ouverte à toutes et à tous.
  • Augmentation des moyens accordés à l’université afin de permettre aux personnel.le.s d’assurer leur mission de service public, et aux étudiant.e.s de réussir dans les meilleures conditions. L’université a besoin de 2 milliards par an a minima. Cet argent existe : le Crédit Impôt Recherche accordé aux entreprises s’élève à 6 milliards d’euros chaque année. Nous demandons également la fin du gel des postes des personnels (BIATSS et enseignant.e.s chercheur.seuse.s), et des moyens pérennes pour lutter contre la précarité croissante des personnel.le.s de l’université. C’est le choix politique le plus adapté pour répondre aux défis d’un enseignement supérieur de qualité. *
  • Fin de la répression, de la présence policière et des sociétés privées de sécurité dans notre université. Cette présence crée un climat délétère qui freine les initiatives du mouvement social. Nous exigeons de pouvoir mener des débats ouverts et démocratiques sur la place de l’université dans la société. Nous réclamons donc que toutes les composantes de la Faculté banalisent les cours lors des journées de mobilisation (Assemblées Générales et manifestations). Les réformes en cours ont été imposées de façon verticale et sans dialogue. Elles sont par ailleurs largement inapplicables et ne répondent pas aux problèmes concrets que rencontre aujourd’hui l’université.
  • Dans l’état actuel, et face aux urgences, nous appelons les personnel.le.s concerné.e.s à refuser de classer les dossiers et de siéger dans les commissions d’examen des dossiers de candidature. Nous demandons aux doyen.ne.s de procéder au « surbooking » (nombre d’appelé.e.s égal au nombre de candidature) afin que tous les bacheliers et bachelières souhaitant s’inscrire à l’uB soient accueilli.e.s en septembre prochain. Enfin, nous réclamons une transparence totale dans les décisions prises par les instances centrales (publication des données de paramétrage de Parcoursup notamment).
  • Nous réclamons le maintien du service public d’orientation (CIO) que le gouvernement s’apprête à supprimer en le transférant aux seules régions, lesquelles sont soumises aux besoins du marché du travail local. Par ailleurs, depuis 4 ans, l’université d’été du MEDEF est subventionnée par l’université de Bourgogne, à hauteur de 10 000 €, en plus du prêt des locaux. Nous réclamons la fin de ces subventions, ainsi que la préservation de l’indépendance des universités par rapport aux intérêts économiques.
  • Au vu du projet de réforme de la licence, aboutissant de fait à la fin de la compensation des UE et des rattrapages, nous exigeons du Président Bonnin qu’il s’engage à maintenir ces acquis.

Nous réclamons donc la mise en œuvre de toutes nos revendications afin de permettre aux étudiant.e.s, professeur.e.s et personnel.le.s mobilisé.e.s de reprendre le cours de leurs études et de leurs travaux. Si nous ne sommes pas entendu.e.s, la mobilisation ne cessera pas de se renforcer.

A ce titre, nous vous appelons, toutes et tous, membres de l’uB, à rejoindre les prochaines mobilisations.



Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?