Saccage à l’Engrenage


Jardins de l’Engrenage

Depuis ce mardi matin 7h une véritable opération de saccage des jardins de l’Engrenage est en cours.

Ce mardi matin très tôt, un dispositif policier accompagné par une armada d’engins de chantier a été déployé pour dévaster les terres de l’avenue de Langres occupées depuis bientôt un an.
Plusieurs bulldozers, pelleteuses, porte-chars et manitou de l’entreprise DESERTOT ont été mobilisés pour tenter de mettre fin aux jardins, ainsi que des bucherons qui ont été chargés de tronçonner les arbres.
La municipalité déploie les grands moyens. Fleurs, brins d’herbe, tout y passe. La volonté est clair : rien ne doit rester de ce qui peut ressembler à de la verdure.
Cette opération de saccage arrive au début du printemps alors que depuis des semaines les jardinièr·es s’étaient remis·es à la tâche pour faire de cet endroit un lieu de passage ouvert et partagé entre les riverain·es.

La maison située au milieu des jardins reste protégée par une décision de justice, et ne sera pas expulsée aujourd’hui (sauf si les flics décident de passer en force illégalement). C’est d’ailleurs grâce à la présence des habitant·es dans cette maison que l’alerte a été donnée tôt dans la matinée. L’appel relayé par des voisin·es ami·es a permis que des personnes solidaires convergent dès les premières minutes. Celles-ci ont tenté de bloquer les engins de chantier en débordant le dispositif policier qui venait à peine de se mettre en place. Quelques personnes ont ainsi pu rejoindre la maison pour la défendre, pendant que plusieurs autres montaient sur le toit de la maison.

Rapidement, face à l’arrivée de personnes déterminées à défendre les jardins, les forces de l’ordre se sont mis à gazer. Les manifestant·es ont continué à harceler le dispositif policier en le coutournant à plusieurs reprises. Différentes formes de résistance se sont alors déployées : un engin a été endommagé, les camions bennes ont été bloqués alors qu’ils emportaient la terre... La mairie non contente de tout détruire a choisi de piller la terre végétale. À 13h ce sont déjà plus de 40 camions de terre végétale qui ont été arrachés aux jardins.

L’objectif est clair : la mairie va laisser derrière elle un paysage lunaire pour ensuite mieux se gargariser de défendre l’écologie à Dijon. L’hypocrisie municipale n’a pas de limite. D’un côté elle candidate pour être capitale verte européenne, de l’autre elle détruit les terres et les initiatives qui s’organisent pour les défendre. Alors que la résistance à la métropolisation dijonnaise ne cesse de s’intensifier depuis un an, on a hâte de voir quels arguments bidons vont être déployés pour venir justifier pareil désastre écologique.

À 14h, l’opération est toujours en cours, les personnes sur place appelle à les rejoindre !
Tous les gestes de soutiens et de solidarités envers les occupant·es et jardinièr·es sont les bienvenus.

JPEG - 643 ko
JPEG - 844.4 ko
JPEG - 197.8 ko
JPEG - 723.7 ko
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 559.9 ko
JPEG - 652.8 ko
JPEG - 1002.6 ko
JPEG - 431.7 ko
JPEG - 347.4 ko
JPEG - 812.2 ko
JPEG - 366.6 ko
JPEG - 381.4 ko
JPEG - 561.9 ko
JPEG - 506.7 ko
JPEG - 652.2 ko
JPEG - 931.8 ko
JPEG - 447.3 ko
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 862.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Courrier aux élu·es : NON au béton là où coule le Suzon !

Un nouveau projet immobilier destructeur de biodiversité en ville menace les quartiers nord de Dijon ! Par le vote irresponsable du Conseil Municipal le 27 juin dernier, 3 hectares de pleine nature sont promis à une destruction imminente, dans un complet déni de la démocratie locale pourtant prônée par le Maire.

Projet ECLAT : mobilisation le 29 septembre

M. Accary doit rendre des comptes ! Les caisses publiques ne sauraient être utilisées pour financer des projets qui contribuent à la destruction de terres agricoles, au réchauffement climatique, à la pollution, à la surconsommation et à l’épuisement des ressources.

Articles de la même thématique : ZADs

Le Château de l’Angle expulsable

Après plusieurs mois d’occupation, les habitant·es de cette maison située sur le quartier des Lentillères ont reçu un « commandement de quitter les lieux », préalable nécéssaire à une expulsion. Appel à se montrer vigilant·es et réactif·ves en cas de tentative d’expulsion.

Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale.

180 personnes et collectifs « penseur.euses et bâtisseur.euses de la ville » apportent leur soutien au quartier libre des Lentillères, à sa ZEC (Zone d’Ecologies Communale) ainsi qu’aux formes d’habitats diverses et multiplient qui peuplent le quartier ! Merci à elleux, leur soutien est précieux et sera déterminant dans la bataille !