[Dijon] Soirée-débat autour du Service National Universel


Maison-phare

Le collectif « Université Populaire / Voisins-Voisines » (la Maison-phare, la Ligue des Droits de l’Homme, ATTAC 21 et le Pôle d’Économie Solidaire 21) a le plaisir de vous convier à une soirée-débat autour du Service National Universel.

Service national universel (SNU) : engagement ou militarisation de la jeunesse ?
Depuis sa mise en place progressive, le SNU soulève de nombreuses interrogations auprès des jeunes, des familles, et des professionel·le·s de l’éducation, tant sur le fond que sur la forme.
Quels en sont les enjeux pour la jeunesse ? Pour l’éducation populaire ? Pour l’engagement citoyen ?

Pour en parler collectivement, rendez-vous jeudi 9 février, à 18h30, à la Maison-Phare (2 allée de Grenoble, Fontaine d’Ouche, Dijon).



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Service National Universel (SNU)

Séjour de cohésion SNU : entre inepties, pépites et inquiétudes

Roulements de tambours, trompettes bouchées, drapeau à l’envers, uniformes trop petits (ou trop grands), pieds mal chaussés, oui le SNU c’est dans même pas une semaine ! Solidaires et d’autres syndicats appellent à la grève et à la mobilisation lundi 21 juin.

Service National Universel : il est temps d’arrêter !

En cette période de confinement, il convient de prendre le temps d’argumenter en faveur d’un abandon immédiat du Service National Universel (SNU). En effet, alors que des murmures annoncent un décalage du « stage de cohésion » SNU (phase 1) aux vacances de la Toussaint du fait de la crise sanitaire, nous demandons l’abandon ferme et définitif de ce dispositif coercitif et (ré)éducatif pour de nombreuses raisons.