Soutien aux Jardins de l’Engrenage

Communiqué de l’Union Syndicale Solidaires 21 à propos de l’expulsion des Jardins de l’Engrenage.

Alors que la crise sanitaire est difficile à vivre pour toutes et tous, un besoin d’Ailleurs s’exprime avec ardeur. Cet Ailleurs peut se trouver loin comme près de chez soi, il peut être un jardin ou une chose partagée, parfois les deux.

C’est exactement ce qu’est le lieu Populaire des « Jardins de l’Engrenage », à Dijon. Un Ailleurs où se croisent des voisin.e.s, des maraicher.e.s ou des promeneurs.euses venant flâner et respirer. En ce printemps de confinement, des légumes et des fleurs qui poussent sont un paysage plus réjouissant que des bulldozers et des murs de béton.

Malgré cette évidence, le Préfet de Côte-d’Or vient ce mardi 20 avril de démontrer sa capacité à exercer son pouvoir autoritaire et répressif en expulsant, ce jour, les « Jardins de l’Engrenage ». Cette opération policière s’est déroulée dans la violence avec l’usage massif de gaz lacrymogène, des arrestations et le saccage des terres maraichères. Le préfet est même allé jusqu’à faire retirer la terre des sols en l’évacuant par camion. Un véritable scandale écologique.

Une fois de plus, la force publique démontre sa capacité à servir les intérêts financiers des promoteurs immobiliers, plutôt qu’à œuvrer à la préservation des terres et la création de lieu de cohésion. Le pouvoir autoritaire prouve une nouvelle fois son immense peur face à des personnes qui s’organisent, construisent et fédèrent.

L’Union Syndicale Solidaires 21 apporte son immense soutien aux membres des « Jardins de l’Engrenage » et à toutes celles et ceux qui luttent contre la bétonisation des terres à Dijon et ailleurs. Nous exigeons l’arrêt des poursuites contre les personnes interpellées.

Par ailleurs, cette solidarité doit s’exprimer dès les manifestations du vendredi 23 avril et du samedi 1er mai qui se dérouleront sur Dijon.

Nous voulons un autre avenir.

« Depuis longtemps, l’économie nous a séparé·es de la terre pour en faire un marché. Erreur fatale qui nous mène droit au désastre. La terre n’est pas du capital. C’est le vivant, le paysage et les saisons. C’est le monde que nous habitons en passe d’être englouti par la voracité extractiviste. Après avoir enclos et privatisé les communs, le marché capitaliste et ses institutions précipitent aujourd’hui le ravage de la biodiversité, le bouleversement climatique et l’atomisation sociale.  » Extrait de « l’Appel des soulèvements des terres »



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Étalement urbain

Articles de la même thématique : Bétonisation

Garden State : une réalité moins verte qu’on voudrait nous le faire croire !

A longueur d’interviews ces dernières semaines, François Rebsamen, Nathalie Koenders et Thomas Ghitti vantent la qualité environnementale et les bienfaits pour le quartier du projet immobilier Garden State, tout en se contredisant et en entretenant le flou sur la véritable destination des espaces et les modalités de prise en compte de l’avis des riverains.
Alors, « À quoi va ressembler Garden State ? » : les Jardins de l’Engrenage décryptent la situation.

Les promoteurs arrivent, tenez bon !

Après le saccage des Jardins de l’Engrenage par les forces du Désordre, Kawa TV revient en image sur cette parcelle de terre, lieu de culture et de résistance au cœur de Dijon.