« Violence policière, Révolte potagère ! » : près de 500 manifestant·es en soutien aux Jardins de l’Engrenage

Samedi 24 avril, près de 500 manifestant·es sont venu·es apporter leur soutien aux Jardins de l’Engrenage, au terme de 4 jours d’affrontements avec les forces de l’ordres. L’après-midi s’est terminé par un moment de convivialité et de jardinage.

5e jour : Violence policière, Révolte potagère !

Journée d’expression de soutien aux jardins, matinée calme et conviviale - pour changer - avant un début d’après-midi fort en émotions avec, dans le même temps des contrôles abusifs autour de l’agora, l’arrestation de deux camarades occupant le théâtre venus apportés sur place les preuves du désastre (1600 palets de lacrymos, nombreuses grenades à main, désencerclantes...).
La police veut cacher les preuves de son massacre et empêcher la mise à nus de ses mensonges ! Nous n’avons pas été violent, la violence vient de la police, du maire, des promoteurs !
Le rassemblement a pu commencer par de belles rencontres avec des soutiens venus d’un peu partout avant de poignantes prises de parole remémorant le début des jardins dont la fin n’est pas prête d’être écrite. Plus d’un mot a été adressé au maire, au promoteur, aux entreprises du BTP, à la police responsables du chaos de ces derniers jours.
Des paroles vraies qui ont touché la foule galvanisée s’étant alors emparée de cette énergie pour rejoindre l’Engrenage sur un chant collectif de « Gardiens de la paix ».
Alors arrivée après de multiples chants et slogans enthousiastes aux abords de l’avenue du Drapeau, un grand cordon de CRS a bloqué le passage.
« Même dispersés, on ira jardiner ! »
Tout le monde s’est enfin retrouvé en fin d’après-midi aux jardins pour de jolis moments de partage et de solidarité pour reconstruire du vivant. Destruction du bloc tombé, préparation de la future fresque qui va s’étaler sur le mur vomi par Pennequin sur les potagers, rétablissement de la terre où logeaient il y a peu les jardins familiaux.
Festivités et Repos ce soir sans les agents au Garde à vous.
À demain, Dimanche 25, 15h pour une bourse aux plantes et d’autres activités dont la naissance de la fresque et de nouvelles plantations !
PS :
Après la confiscation des banderoles, la police a relâché les camarades qui ont tenté de ramener les 360 ogives de lacrymo au rassemblement.... Ils se retrouvent accusés de « port d’arme de catégorie B ».

En images

Rassemblement et manifestation
JPEG - 422 ko
Le rassemblement prend forme à l’agora du Grand Théâtre occupé
JPEG - 850.5 ko
JPEG - 746.8 ko
JPEG - 820.6 ko
JPEG - 572.2 ko
JPEG - 602.9 ko
Un cortège s’élance rue Jean-Jacques Rousseau, en direction des Jardins
JPEG - 668.3 ko
Avenue du Drapeau, au niveau de Dijon Métropole, un barrage de flic coupe le passage
JPEG - 948.2 ko
JPEG - 728.5 ko
JPEG - 909.2 ko
JPEG - 926.8 ko
JPEG - 386.4 ko
Après un temps d’hésitation, le cortège se disperse lentement : rendez-vous est donné aux Jardins
JPEG - 973.8 ko
Rendez-vous aux Jardins
JPEG - 484 ko
Sur place on prend la pose pour la postérité
JPEG - 499.1 ko
JPEG - 984.8 ko
JPEG - 314.7 ko
JPEG - 440.6 ko
On s’acharne sur des pans de murs mis à terre ces derniers jours
JPEG - 883.7 ko
JPEG - 920.1 ko
Sur une partie du terrain, la terre végétale n’a pas pu être volée. Les occupant·es et leurs soutiens s’affairent à remettre le terrain en état pour de futures plantations
JPEG - 971.5 ko
JPEG - 561 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

[Morvan] Retour sur la coupe rase de la forêt du Vieux-Dun

Deux mois tout juste après la coupe rase du Vieux-Dun, Adret Morvan est revenu sur les lieux du crime. Anne Faisandier, autrice du documentaire La Forêt est à nous, a tourné une courte vidéo, histoire de montrer les ravages profonds et durables de cette pratique forestière à bannir.

Articles de la même thématique : Bétonisation