400 personnes contre l’extrême droite



Ce samedi 16 avril, 400 personnes ont manifesté pour s’opposer à l’extrême droite et dénoncer les résultats du premier tour des élections présidentielles, avec une petite manif sauvage qui est venue égayé la fin du parcours officiel !

C’est environ 400 personnes qui se sont rassemblées à Darcy ce samedi 16 avril à 15h pour s’opposer à l’extrême droite. « Contre l’extrême droite et ses idées, pas de Marine Le Pen à l’Elysée ! » comme le déclarait l’appel national de l’organisation syndicale Solidaire.

À Dijon les organisations de Côte d’Or LDH, CGT, FSU, Solidaires, ATTAC, Mouvement de la Paix, MRAP, LSR21, SAF, SOS Racisme et SOS Refoulement étaient signataire de cet appel à manifester.

Au moment des prises de parole le mot d’ordre est évidemment de s’opposer à l’extrême droite, avec des positions assez différentes quant aux pratiques de vote encouragées... Si SOS Racisme n’hésite pas à appeler à voter pour Macron, beaucoup d’autres organisations dénoncent le néo-libéralisme macroniste comme une des causes principales de la montée du fascisme en France. La FSU par exemple restera sur une ligne mélenchoniste en appelant à ce qu’il n’y ait "aucune voix pour Marine Le Pen". Faire barrage dans les urnes en appelant à voter Macron n’est donc clairement pas une évidence dans la manif.

Après plusieurs prise de parole le cortège a pris la direction de la place de la République. Les manifestations se font rares ces derniers temps et on a presque l’impression d’être nombreu·ses, pourtant quand quelqu’un s’écrie "Alors les 22% pour Mélenchon ?!" on se dit qu’on devrait être beaucoup plus !

Malgré des conditions météorologiques plus que favorables à l’exercice de la manifestation c’est bien place de la République que le parcours s’arrête. Les organisations rangent donc banderole et drapeau après 500 mètres de manif...

Pourtant il semblait beaucoup trop frustrant de s’arrêter là et environ 150 personnes partent rue Jean-Jacques Rousseau dans un cortège dont la moyenne d’âge avait nettement chuté mais où "il y avait même des familles".

La manif sauvage a pris la direction du centre ville en scandant "Dijon Dijon Antifa !", "Facho Macho on aura ta peau" ou encore "À bas l’état policier". Arrivé place de la Lib’ le cortège réalise un presque sans faute "Siamo tutti antifascisti" et reprend l’habituel "Ahhh ah anti anti capitaliste" devant un parterre de bourgeois.

On remonte la rue la Lib’, un petit détour rue du Bourg, on reprend des slogans du début des années 2000 comme "Nous sommes tous des enfants d’immigrés, première, deuxième, troisième génération !". Puis la manif s’arrête au milieu de la rue de la Lib’.. Ça faisait vraiment longtemps qu’on avait pas fait de manif sauvage, on ne savait presque pas quoi faire alors qu’il n’y avait pas un flic en vue...

On a un petit regret en imaginant la rue de la Lib’ recouverte de tags, mais on se contentera de se dire que ce n’est qu’une douce reprise des hostilités après une si longue période sans manifestation. Parce que quelque soit le résultat des élections de dimanche, on sait qu’il y aura un enjeu crucial à se retrouver dans la rue.

Des manifestant·es



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Manifestations

La ZAP de Pertuis prépare son grand charivari

Dans la continuité des Soulèvemets de la Terre, la Zone À Patates, Zone à Défendre, lieu de résistance au projet d’artificialisation de 86 hectares en plaine de Durance à Pertuis.

Face aux élections rassemblement !

On se retrouve place du 1 er mai à 19 heures ramène ta musique, de quoi grignoter, des drapeaux, des banderoles… Pour prendre le temps de discuter de la suite ou simplement ne pas être seul dans ce moment qui nous met en colère. Contre la résignation et la division, restons solidaires et déterminé.e.s.

Articles de la même thématique : Antifascisme

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.

[Besançon] Pour l’extrême-droite, le parasitage du 1er mai tourne au fiasco

Lors de l’édition du 1er mai 2022 à Besançon, les principales officines d’extrême-droite se sont mobilisées. Pour leurs militants, il n’était pas question de laisser la gauche monopoliser les rues et les médias. Mais d’une prétendue démonstration de force affirmée sur les réseaux sociaux à grands renforts de montages vidéos, on retiendra surtout un véritable naufrage. Ils étaient dix, peut-être quinze. Certains de la région, d’autres venus depuis la Bourgogne pour l’occasion. Leur exploit ? Pour les uns, une mise en scène de quelques minutes, dans une artère déserte, sous lourde protection policière. Pour les autres, une tentative d’infiltration du cortège, se soldant par une éviction humiliante et par un sauvetage de la BAC.