À propos des convocations pour « audition libre »

Quelques conseils de base de la Legal Team Parisienne.

Si vous êtes convoqué.e, vous pouvez en faire part à la caisse de solidarité contre la répression de Dijon, afin de pouvoir se mettre en lien et s’organiser collectivement.

Quelques infos concernant l’audition libre :

  • Vous devez la recevoir par courrier, et non y être « invité » par un appel des flics sur votre téléphone privé ; demandez donc une trace écrite avant toute chose.
  • Une audition libre n’est pas une garde à vue. Vous êtes « invité.e » à vous présenter au commissariat pour y être auditionné.e.
  • Vous êtes libre d’y aller, et vous êtes censé.e être libre d’en sortir dès que vous le voulez.
  • Vous pouvez, si vous le souhaitez, appeler le commissariat pour décaler le jour et l’heure de l’audition.
  • Vous pouvez vous faire accompagner par un-e avocat-e.
  • Pendant l’audition libre, vous avez droit au silence. Vous pouvez répondre aux questions que les flics vous poseront et/ou faire vos propres déclarations et/ou – mieux – garder le silence.
  • Vous n’êtes pas obligé.e de signer le procès verbal d’audition. Si vous choisissez de le signer, signez-le le plus près possible de la dernière ligne, de sorte que rien ne puisse y être ajouté.
  • Vous pouvez ne pas vous présenter à l’audition (d’autant plus si vous n’avez pas reçu de convocation écrite !). Mais attention : un mandat d’arrêt peut être délivré par le procureur ou le juge d’instruction. Ce n’est pas du tout systématique, mais c’est une possibilité.
  • Si les flics commencent un interrogatoire, vous pouvez décider de partir et alors « risquer » une mise en garde à vue, qui a l’"avantage", si l’on peut dire, de vous faire bénéficier de droits. Notamment l’assistance d’un avocat, de voir un médecin, qu’un proche soit contacté, etc.
  • Dernier conseil : laissez votre mouchard téléphonique à la maison, ne serait-ce que pour éviter des pressions des flics qui chercheront à avoir accès à vos données…

Le groupe légal

Article pompé sur Paris-luttes.info. Lire l’original : À propos des convocations pour auditions libres



Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.