[Belgique] Appel à rejoindre la ZAD de la sablière d’Arlon

Un site naturel près d’Arlon, en Belgique, regorgeant de biodiversité, sera prochainement rasé pour y implanter un zoning de PME. C’est une situation intolérable, une aberration écologique contre laquelle nous sommes prêts à nous battre.

À Arlon comme ailleurs, l’aménagement du territoire est synonyme de guerre au vivant.
Ici, arbres, hirondelles, triton et papillons ont été jugé squatteurs indésirables avant nous.
On connaît la sentence que les civilisés appliquent aux sauvages.
En langage du pouvoir on dit Site à Réaménager et dynamisation de l’économie locale.
On sait trop bien ce que cela veut dire.
Aussi, nous avons décidé de les défendre.

Dans notre langage on dit alors ZAD partout.
Ainsi nous déclarons la ZAD de la sablière d’Arlon.
Contre leur projet de zoning d’entreprises, de bureaux, de parkings.
Contre la marchandisation sans bornes, contre le capitalisme.
Si leurs rêves sont nos cauchemars,
Que nos rêves soient leurs cauchemars aussi.

Le devenir ZAD de nos existences n’est pas voué qu’à défendre une nature menacée.
C’est aussi une riposte contre un monde devenu invivable.
Contre une société qui asservi, humilie, contrôle, surveille, enferme et réprime sans relâche.
Qui rouille nos corps et nos libertés, quand elles ne les rouent pas de coups parce qu’on porte un gilet.
Le devenir ZAD de nos existences est poussé par un instinct de vie, par définition, sauvage.
Sauvage car réfractaire à la domestication des civilisés.

Là, hors autoroutes normatives, nous recréons des sentiers de liberté dans la brousse.
À l’instar des hérétiques, hors-la-loi, sorcières, indésirables et pourchassés d’autrefois.
Nous avons cessé de croire aux abstractions et aux vieilles idées de la gauche.
Le temps des doctrines, des chapelles et des avant-gardes est révolu.
Les regards d’espoir tournés vers demain ne nous captivent plus.
Il n’y a pas de conditions objectives à attendre passivement.
Il y a le maquis à prendre ici et maintenant contre le totalitarisme marchand.

Notre appel est cri d’oiseau adressé à nos pairs, nos alliés, nos complices en devenir.
Il est signal tourné vers les êtres-forêt, les maquisards, les réfractaires.
Il est alerte contre la destruction qui menace nos territoires-refuge.
Il est besoin de s’organiser contre les véritables casseurs, États et promoteurs,
Il est procès de la bétonneuse sans âme et plaidoyer pour la vie.
Il est invitation à s’enraciner pour habiter le territoire.
Il est désir de créer d’autres mondes.
Il est appel à nous rejoindre.

Mort au parti des cravates.

Nous sommes du parti des oiseaux.

JPEG - 512.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Urbanisme

Jardins de l’Engrenage - les légumes et les arbres sont enracinés, ils ne partiront pas

La décision du tribunal de Dijon a acté l’expulsabilité des terres occupées par les Jardins de l’Engrenage à partir de la date du 20 novembre. La maison n’est pas concernée par cette décision. Malgré les titres réducteurs et racoleurs de la presse locale qui laissent à penser que l’affaire est pliée, les légumes poussent, les jardinier.e.s jardinent et les promeneurs se promènent !

Articles de la même thématique : Bétonisation

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.