Appel à se rassembler devant le CHU de Dijon le 11 mai à 19H

« Rendez-vous le 11 mai à 19h à Dijon (et ailleurs) devant le CHU pour rendre hommage dehors à ceux et celles qui ont pris soin de nous pendant le confinement. Parce qu’il n’y aura pas de « retour au travail » sans possibilité de contestation écologique et sociale. »

Cet appel circule depuis plusieurs jours sur des sites, et des pages facebook, notamment « expansive.info », « Rouen dans la Rue », des pages de Gilets Jaunes et de la ZAD, et sur plusieurs sites d’actualités. Signé par des « salarié.e.s, étudiant.e.s, écologistes, paysan.ne.s, précaires et acteurs associatifs » il appelle à se retrouver devant les CHU partout et donc à Dijon le lundi 11 mai, en respectant les gestes barrières.

« Après deux mois de confinement, nous aurons enfin le droit de sortir de chez nous sans attestation. Sous contraintes. Rayon de cent kilomètres ; dix personnes maximum ; un mètre de distance minimum ; masque obligatoire dans les transports, fortement conseillé par ailleurs ; de nombreux espaces agréables des villes resteront interdits au public…
Dès le premier soir, manifestons notre soutien aux employé.e.s – éboueur.euses, facteur.trices, caissier.es, boulanger.es, paysan.nes- qui ont trimé durant toute cette période et rendons hommage à l’ensemble des solidarités concrètes qui se sont déployées et ont permis de palier les incompétences flagrantes de l’État.

Soutenons à ce titre encore plus particulièrement le personnel médical, qui se bat depuis des années contre le démantèlement de l’hôpital public sans rien obtenir en retour, et qui se voit propulsé en « première ligne », démunis de matériel adapté, pour faire face à cette pandémie.
Le 11 mai, le gouvernement veut que seul.es les activités qui lui profitent reprennent. Le déconfinement annoncé est grotesque, nous serons entassés au travail mais interdits de nous réunir à plus de dix pour toute autre activité. Le déconfinement ne vise qu’à « relancer l’économie » et au demeurant à la reprise d’un certain nombre d’activités dont l’on sait maintenant plus que jamais qu’elles empoisonnent le vivant. Tout en s’appuyant sur la situation pour poursuivre la destruction déjà bien entamée du droit du travail et multiplier les mesures sécuritaires.
Il faudrait accepter cela dans le silence ? Nous ne laisserons pas sacrifier toute forme de réjouissance collective et de protestation sur l’autel de la machinerie économique ! Nous ne les laisserons pas relancer l’intoxication du monde !

En ce sens, nous appelons à nous retrouver un première fois le 11 mai à 19h devant les CHU de chaque ville ou sur tout autre place emblématique.

À Dijon, rendez-vous à 19h au CHU, devant l’entrée de l’hôpital.

Sortons notre musique, nos banderoles et pancartes. Tout ce qu’il faut pour que ce moment soit festif et revendicatif ! Pour autant, soyons attentif.ve.s aux gestes-barrière, venons masqué.e.s et gardons nos distances. N’hésitons donc pas à prendre tout l’espace nécessaire !

Un collectif de salarié.e.s, d’étudiant.e.s, d’écologistes, de paysan.ne.s, de précaires et d’acteurs associatifs »



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »